Bartoli-  Mauresmo
Amélie Mauresmo n'avait pas vu venir la retraite de Marion Bartoli | MAXPPP - LE PARISIEN

Mauresmo, conseillère de Bartoli mais pas entraîneur

Publié le , modifié le

En marge de la rencontre de la Fed Cup entre la France et l'Allemagne, Amélie Mauresmo a révélé sa collaboration à venir avec Marion Bartoli. La numéro 1 tricolore, qui a annoncé continuer sa carrière sans son père/entraîneur,dimanche après-midi, sera désormais conseillée sur les grands tournois par la capitaine des Bleues.

Ça bouge dans le clan Bartoli. Après avoir annoncé dimanche après-midi vouloir continuer sa carrière sans son père, Walter, en tant qu'entraîneur, Marion Bartoli a dévoilé une nouvelle collaboration avec Amélie Mauresmo. C'est en marge de la rencontre entre la France et l'Allemagne à Limoges perdue (3-1),que la numéro 1 tricolore a partagé à la presse sa nouvelle collaboration. "Pour moi, avait confié Bartoli, l'idéal ce serait d'être avec quelqu'un qui m'aide à gagner un Grand Chelem et je pense qu'Amélie peut le faire. Mais c'est à elle qu'il faut poser la question, je ne peux pas répondre à sa place."

Il n'en fallait pas plus pour imaginer Amélie Mauresmo entraîner la joueuse de 28 ans. Mais l'ancienne victorieuse de Wimbledon et de l'Open d'Australie, a tenu à modérer cette déclaration en fin de journée. Non, elle n'entraînera pas Marion Bartoli. Mais elle sera présente à ses côtés lors des grands rendez-vous du circuit WTA pour l'accompagner.

"Marion doit d'abord avoir sa structure"

"On a pas mal parlé depuis plusieurs semaines sur ce sujet notamment, reconnait Mauresmo. Elle  sait que je l'aiderai au même titre que les autres joueuses de l'équipe de France car j'estime que c'est mon rôle de capitaine. Cela passe par une présence sur les grands tournois, un dialogue avec les  entraîneurs. Je ne sais pas comment qualifier ce poste. Marion doit d'abord  avoir sa structure. Moi je serais derrière, en tant que personne ressource, un peu dans un rôle de conseillère".

Mauresmo, qui a arrêté sa carrière en 2009, a déjà collaboré avec plusieurs joueurs depuis le début de sa retraite, notamment Michaël Llodra et la numéro 1 mondiale Victoria Azarenka. Si son apport sera profitable à Bartoli, gageons qu'il ne suffira pas à l'épauler suffisamment sur le circuit et que l'annonce d'un nouvel entraîneur soit à prévoir. A moins qu'elle décide de suivre la voie de ses homologues masculins, comme Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon, qui avaient décidé pour un temps, de faire cavalier seul.