Caroline Wozniacki
Caroline Wozniacki | ROSLAN RAHMAN / AFP

Masters: Wozniacki sort Pliskova pour aller en finale et couronne Halep

Publié le , modifié le

La Roumaine Simona Halep est assurée de finir l'année à la première place mondiale après la défaite de la Tchèque Karolina Pliskova (N.3) face à la Danoise Caroline Wozniacki (N.6) 7-6 (11/9), 6-3 en demi-finale du Masters, ce samedi à Singapour. Pliskova était la dernière joueuse susceptible de détrôner Halep mais il lui fallait gagner le trophée que Wozniacki tentera de remporter pour la première fois dimanche face à l'Américaine Venus Williams (N.5) ou la Française Caroline Garcia, opposées dans l'autre demi-finale.

Caroline Wozniacki s'est qualifiée pour la deuxième finale du Masters de sa carrière sept ans après ! A l'époque numéro 1 mondiale, la Danoise s’était inclinée contre Kim Clijsters à Doha. Elle aura donc l'occasion de s'adjuger l'un des plus grands trophées du circuit, elle qui n'a jamais réuissi à conclure en Grand Chelem. Ce samedi, la manière avec laquelle elmle a surpassé une bonne Karolina Pliskova en dit long sur le niveau de jeu affiché par les deux femmes.

Un premier set de folie

Le premier set entre les deux joueuses a duré pas moins d’1h22. Caroline Wozniacki a sauvé six balles de set tandis que Karolina Pliskova en a écarté cinq avant de craquer sur un dernier long échange en mettant un revers dans le filet (11-9 pour la Danoise dans ce jeu décisif de folie). La Tchèque avait gâché trop d’occasions de break (2/9 contre 2/5 à sa rivale) et commis trop de fautes directes (21 à 9).

Sur sa lancée, Wozniacki se détachait dès l’entame de la deuxième manche en appuyant ses coups et en faisant courir sa rivale, sans surjouer et viser les lignes. Elle menait logiquement trois jeux à un mais concédait son engagement dans la foulée pour laisser la Slave espérer (3-2 puis 3-3). Vive en jambes, capable de contrer la puissance adverse dans toutes les zones, la Danoise a néanmoins réussi à terminer le match en boulet de canon avec des coups gagnants splendides. Après deux heures un quart de jeu, elle se qualifiait pour la finale (7-6, 6-3).

Grégory Jouin @GregoryJouin