Nuria Llagostera Vives
L'Espagnole Nuria Llagostera Vives | AFP - STAN HONDA

Llagostera Vives suspendue 2 ans

Publié le , modifié le

A 33 ans, cela signifie la fin de carrière de Nuria Llagostera Vives. Elle a subi un contrôle antid-opage positif lors du tournoi de Stanford. L'analyse a fait apparaître des traces de methamphétamine, un stimulant. 35e mondiale en 2005, la joueuse se concentrait de plus en plus sur le double. La Fédération internationale a décidé de la suspendre deux ans, à compter du 8 septembre 2013. C'est la troisième suspension en quelques mois dans le tennis, après ceux de Marin Cilic et de Viktor Troicki, qui ont défrayé la chronique.

La méthamphétamine est une drogue de synthèse psycho-stimulante très addictive. C'est ce produit qui est ressorti des analyses urinaires de Nuria Llagostera Vives lors d'un contrôle anti-dopage au tournoi de Stanford, en septembre dernier. Jusque-là plus connue pour avoir posé nue dans un magazine espagnol afin de trouver des sponsors, l'ancienne N.2 du tennis ibère féminin écrit une page bien plus sombre de son histoire personnelle.

A 33 ans, ce contrôle anti-dopage positif, et la suspension de deux ans décidée par la Fédération internationale (ITF), sonnent comme la fin définitive de sa carrière. Quart de finaliste en double au dernier Open d'Australie et battue au 3e tour à l'US Open, l'Espagnole ne pourra plus jouer jusqu'en septembre 2015. Mais attention, les récents cas examinés par la Fédération internationale ont été de longs feuilletons, pour Marin Cilic comme pour Viktor Troicki. Le Croate avait vu sa suspension réduite par la Tribunal arbitral du sport (TAS), comme celle du Serbe.