Caroline Garcia n'aura probablement pas de wild-card pour Moscou

Caroline Garcia n'aura probablement pas de wild-card pour Moscou

Publié le , modifié le

Alors qu'elle souhaitait obtenir une wild-card pour le tournoi de Moscou afin d'avoir son destin en main pour le Masters de Singapour, Caroline Garcia va peut-être être obligée de faire l'impasse sur le tournoi russe. C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre le directeur du tournoi ainsi que le président de la Fédération russe de tennis

Inarrêtable depuis dix jours et ses sacres à Wuhan et Pékin, Caroline Garcia pourrait bien être stoppée en plein envol. Alors qu'elle espérait obtenir une wild-card pour la Kremlin Cup qui débute la semaine prochaine, la joueuse française a reçu une fin de non-recevoir de la part des organisateurs du tournoi. Dans des propos rapportés par des journalistes sur place, le directeur du tournoi Aleksei Selivanenko a expliqué vouloir donner sa priorité aux joueuses nationales. "C'est notre droit. Notre priorité va aux joueuses russes", a-t-il ainsi déclaré.

Shamil Tarpischev, président de la Fédération russe de tennis et de la Kremlin Cup, a lui aussi laissé entendre que Caroline Garcia, 9e joueuse mondiale depuis lundi, ne bénéficierai pas du précieux sésame pour disputer le tournoi russe la semaine prochaine. L'ancien tennisman a expliqué qu'une des wild-card sera attribuée à Maria Sharapova et qu'une seconde sera accordée à l'Espagnole Garbine Muguruza ou à l'Américaine Sloane Stephens. 

Une décision qui n'arrange pas les affaires de Caroline Garcia. Sur un nuage depuis le début de la tournée asiatique, la joueuse de 23 ans est depuis lundi 8e à la Race et donc qualifiée pour le Masters de Singapour qui débute dans deux semaines. Sans cette invitation, Garcia n'a plus son destin entre ses mains et devra attendre le résultat de Johanna Konta en Russie pour savoir si elle pourra participer à la grande messe de fin de saison. La Britannique dépassera in extremis la Française si elle parvient à atteindre la finale à Moscou. Garcia, elle, n'a plus qu'à prendre son mal en patience...

Mathieu Aellen