Alizé Cornet
Alizé Cornet | KARIM JAAFAR / AFP

Alizé Cornet blanchie après ses trois "no show"

Publié le , modifié le

Alizé Cornet a été blanchie par le tribunal de la Fédération internationale de tennis (ITF) après ses trois "no show" aux contrôles antidopage. La Française, qui risquait jusqu'à deux ans de suspension, a démontré qu'elle n'avait pas sciemment échappé aux contrôles et que, selon son avocat, la préleveuse n'avait pas effectué tous les efforts raisonnables pour la localiser".

Lors du 3e "no show" - en un an - la personne chargée d'effectuer le contrôle antidopage inopiné, n'avait pas pu joindre la joueuse, qui était alors à son domicile, à Cannes le 24 octobre. "La préleveuse a sonné plusieurs fois mais Alizé ne pouvait rien entendre car son interphone était cassé", explique son avocat Me Gramblat. Elle (la préleveuse) a attendu dehors alors que des gens sortaient de l'immeuble. Elle aurait pu y rentrer facilement (et aller frapper à la porte de la joueuse) si elle avait parlé avec l'un des résidents qui sortait", poursuit-il. Or, selon la réglementation, il est exigé "de faire tous les efforts raisonnables pour entrer en contact avec le joueur ou la joueuse", ajoute Me Gramblat.
La joueuse avait déjà plaidé sa cause sur cet incident d'octobre, en estimant qu'il s'agissait d'un "énorme malentendu". 

Cette décision va sans doute être reçue comme un véritable soulagement pour la Française qui, depuis l'ouverture de la procédure disciplinaire, a connu les pires difficultés sur le circuit. Toutefois, pour être totalement tranquille elle va devoir  attendre la suite, l'ITF  pouvant encore faire appel de cette décision dans les trois semaines à venir.

En attendant, Alizé Cornet (N.3 française et 32e mondiale)  va pouvoir participer au tournoi de Strasbourg la semaine prochaine (18 - 26 mai) et surtout à Roland-Garros (27 mai - 10 juin)

France tv sport @francetvsport