Svitolina et Stephens lors du tournoi de Montreal
Svitolina et Stephens lors du tournoi de Montreal. | Minas Panagiotakis / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

WTA - Masters : Un dernier acte inédit entre Stephens et Svitolina

Publié le , modifié le

Le Masters va couronner une nouvelle reine dimanche : le dernier match de la saison du circuit féminin oppose l'Américaine Sloane Stephens, n°6 mondiale, à l'Ukrainienne Elina Svitolina, n°7 WTA, à Singapour.

Les deux joueuses s'invitent pour la première fois en finale du tournoi réunissant les huit meilleures joueuses de la saison. Stephens dès sa première apparition, Svitolina pour sa deuxième. L'une comme l'autre sont invaincues cette semaine. La première n'est plus une novice des grandes occasions : à 25 ans, l'Américaine, n°3 mondiale à son meilleur classement, a déjà disputé deux finales en Grand Chelem, la première gagnée à l'US Open en 2017, la seconde perdue à Roland-Garros début juin (contre Halep). Svitolina, en revanche, s'apprête à jouer la finale la plus prestigieuse de sa carrière, à 24 ans, elle qui n'a encore jamais dépassé les quarts de finale en Grand Chelem (Roland-Garros 2015 et 2017, Open d'Australie 2018). 

Stephens revient de loin

Pour rallier la finale, Stephens a surmonté une entame de match cauchemardesque face à la Tchèque Karolina Pliskova (n°8). Amorphe pendant une cinquantaine de minutes, elle a perdu les huit premiers jeux (6-0, 2-0) et a même été confrontée à plusieurs balles de 3-0. C'est à ce moment-là qu'elle est revenue progressivement dans la partie, jusqu'à remporter douze des quinze jeux suivants (0-6, 6-4, 6-1) pour s'imposer en à peine deux heures. "Gagner ce premier jeu m'a boostée, ça m'a vraiment gonflée à bloc, je me suis dit que je pouvais le faire, et j'ai commencé à mieux sentir la balle", a expliqué l'Américiane, à la suite de sa rencontre.

Svitolina présente à la suite d'un match de grande intensité

Dans la première demi-finale, Svitolina a elle bataillé pendant plus de 2h30 min pour venir à bout de la Néerlandaise Kiki Bertens (n°9) en trois manches âprement disputées (7-5, 6-7 (5/7), 6-4). Bertens, qui a eu les plus grandes difficultés à égaliser à un set partout (une balle de set à 5-3, trois à 5-4 avant de conclure au jeu décisif), est restée menaçante jusqu'au bout : l'Ukrainienne a encore dû sauver deux balles de débreak alors qu'elle servait pour le match, à 5-4, avant de conclure à sa première occasion. "Ca a été un combat tellement difficile aujourd'hui (samedi), je suis heureuse de m'en être sortie. Ca veut dire beaucoup pour moi", s'est réjouie Svitolina.

Rendez-vous donc ce dimanche, à 12h30 pour suivre cette finale inédite. Un Masters qui a vu pour la première fois depuis l'instauration d'une phase de groupes il y a quinze ans, aucune des quatre premières têtes de série dans le dernier carré.

AFP