Jo Wilfried Tsonga
Jo Wilfried Tsonga en difficulté contre John Isner | ADRIAN DENNIS / AFP

Wimbledon: Tsonga profite de l'abandon de Gasquet, Pouille fait tomber Tomic

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga, 12e joueur mondial, s'est qualifié lundi pour les quarts de finale de Wimbledon après l'abandon (à 4-2 dans le premier set) de son compatriote Richard Gasquet, vraisemblablement rattrapé par ses problèmes récurrents au dos. Un autre Français verra les quarts: il s'agit de Lucas Pouille, qui au terme d'une rencontre éprouvante est venu à bout de l'Australien Bernard Tomic en cinq sets 6-4, 4-6, 3-6, 6-4, 10-8.

Le duel franco-français très attendu entre Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga a finalement tourné court. Tsonga n'a pas eu à forcer son talent face à un Gasquet visiblement diminué et qui a rapidement jeté l'éponge. Après un bon début de match, solide sur sa mise en jeu, le Biterrois a fait la grimace après avoir frappé un coup droit. Il a tenté de rejouer mais cela semblait impossible pour lui qui souffre depuis deux ans de douleurs récalcitrantes au dos. Il y a d'abord eu le syndrome de Maigne, diagnostiqué en 2014, qui provoque une compression de la charnière thoraco-lombaire, puis une hernie discale qui l'avait empêché en début de saison de participer à l'Open d'Australie.

Gasquet avait pourtant réalisé de bons résultats après son retour en atteignant notamment pour la première fois les quarts de finale à Roland-Garros. Demi-finaliste sortant à Wimbledon, il avait remporté ses trois premiers matches sans trop avoir à puiser dans ses réserves, alors que Tsonga avait livré un marathon sur deux jours au tour précédent contre l'Américain John Isner (19-17 au 5e set). Le Manceau, sans se réjouir des malheurs de son compatriote, peut toutefois en profiter pour souffler et préparer au mieux le prochain tour face à Andy Murray, l'enfant du pays, qui après avoir écarté le fantasque Nick Kyrgios (7-5, 6-1, 6-4) espère maintenant pouvoir aller au bout.    

Pouille pour une première

Lucas Pouille, qui n'avait jamais gagné un match sur herbe avant son arrivée à Wimbledon, s'est églaement qualifié pour les quarts de finale face à l'Australien Bernard Tomic 6-4, 4-6, 3-6, 6-4, 10-8. C'est la première fois de sa carrière que le jeune Nordiste, 22 ans, 30e mondial, accède à ce niveau de la compétition en Grand Chelem. Il confirme ainsi les espoirs placés en lui.  

A force de travail et de séances d'entraînement avec les meilleurs (Federer et Wawrinka notamment), Pouille a gravi les échelons avec une progression constante. Cette année, il était devenu pour la première fois tête de série à Roland-Garros, un statut qui permet d'être un peu plus épargné lors du tirage au sort. Mais il avait été rattrapé par la pression dès son deuxième match face au modeste Slovaque Andrej Martin, repêché à l'issue des qualifications. 

Lors de la préparation sur herbe, Pouille, sur les conseils de son coach Emmanuel Planque, a redoublé de travail et récolte les fruits de ses efforts à Wimbledon. Il avait déjà fait une bonne impression en écartant au troisième tour l'Argentin Juan Martin Del Potro, lauréat de l'US Open 2009 et demi-finaliste à Wimbledon en 2013, qui revenait à un bon niveau après deux saisons quasi blanches à cause de trois opérations à un poignet. Lundi, il a surmonté des douleurs à la cheville droite, apparues dans le deuxième set, et la résistance de l'Australien Tomic, quart de finaliste en 2011 (à 18 ans), 19e mondial, pour se frayer un chemin vers les quarts de finale.

8e e finale

Sam Querrey (USA/N.28) bat Nicolas Mahut (FRA) 6-4, 7-6 (7/5), 6-4
Roger Federer (SUI/N.3) bat Steve Johnson (USA) 6-2, 6-3, 7-5
Marin Cilic (CRO/N.9) bat Kei Nishikori (JPN/N.5) 6-1, 5-1, abandon (douleurs aux côtes gauches)
Milos Raonic (CAN) bat David Goffin (BEL) 4-6, 3-6, 6-4, 6-4, 6-4
Marin Cilic (CRO/N.9) bat Kei Nishikori (JPN/N.5) 6-1, 5-1 (abandon douleurs aux côtes gauches)
Andy Murray (GBR/N.2) bat Nick Kyrgios (AUS/N.15) 7-5, 6-1, 6-4
Lucas Pouille (FRA/N.32) bat Bernard Tomic (AUS/N.19) 6-4, 4-6, 3-6, 6-4, 10-8

Christian Grégoire

Wimbledon