Le Central Court de Wimbledon
Vue sur le court en gazon de Wimbledon | AFP - STEPHEN POND

Wimbledon suit Roland-Garros pour augmenter sa dotation

Publié le , modifié le

Dix jours après l'annonce de l'augmentation de sa dotation (7%) par les organisateurs de Roland-Garros, le tournoi de Wimbledon vient de faire de même. Face au mécontentement des joueurs qui estiment que les tournois du Grand Chelem ne partagent pas assez leurs bénéfices avec les principaux acteurs, les organisateurs vont faire passer leur dotation de 17.9 millions d'euros à 19.74 millions d'euros, soit une augmentation de 10%.

Les joueurs sont en passe de gagner la partie. En ayant brandi la menace d'une grève, ils ont poussé les organisateurs de Roland-Garros, et désormais de Wimbledon, à faire des efforts sur leur dotation. Reprochant aux tournois du Grand Chelem de gagner beaucoup d'argent sans repartir de manière juste ce fruit notamment à leur endroit, les joueurs sont en train d'obtenir gain de cause. Après avoir obtenu 7% d'augmentation de la dotation globale par les Internationaux de France voici dix jours, c'est le traditionnel Wimbledon qui a fait un pas vers eux, en accordant une augmentation de 10%.

Comme Roland-Garros, le tournoi londonien a mis l'accent sur les premiers tours, accordant une nette augmentation lors des qualifications (+21%) et lors du 1er tour (+26%). ceux qui chuteraient à l'entame du tableau final gagneraient ainsi 17 160 euros, alors que ceux qui soulèveront le trophée, chez les hommes comme les femmes, percevront 61 300 euros de plus (+4.5%) pour atteindre la coquette somme de 1.23 millions d'euros. Philip Brooks, le patron du All England Club, prend le beau rôle en déclarant que "Wimbledon continue à avoir du succès et nous sommes ravis de partager ce succès avec les joueurs", avec cette augmentation qui est "la plus forte hausse depuis 1993."

Après 7% à Paris, 10 à Londres, les joueurs rêvent certainement que New York accordera une hausse encore supérieure lors du prochain US Open. Avant de finir en janvier 2013 par Melbourne, là où la grogne a éclaté au grand jour, mais qui n'a pas encore mis la main à la poche.