Federer passe le test Pouille avec brio

Wimbledon : Roger Federer, vainqueur en trois sets, passe le test Pouille avec brio

Publié le , modifié le

Lucas Pouille n'a rien pu faire. Face à Roger Federer, il a pourtant tout tenté, et a réalisé un match de haut niveau ; mais Roger Federer s'en est quand même sorti en trois sets (7-5, 6-2, 7-5). Le Suisse répond de très belle manière à la prestation de Rafael Nadal, puisqu'il a atteint un niveau de jeu impressionnant et a pu le maintenir jusqu'à la fin du match. Au prochain tour, il affrontera Matteo Berrettini, vainqueur d'un match-marathon face à Diego Schwartzman.

Lucas Pouille a perdu. Mais Lucas Pouille aura probablement le sourire ce samedi soir en s’endormant. Il a fait un excellent match, probablement l’un de ses plus aboutis de l’année. Et pourtant, Lucas Pouille a perdu en trois sets et deux heures de jeu (7-5, 6-2, 7-6). Ce samedi, c’était, malheureusement pour lui, un grand Federer qu’il défiait. Extrêmement solide, particulièrement agressif, et très véloce, Roger Federer a livré sa meilleure prestation du tournoi. Le Suisse s’avance en huitièmes de finale face au vainqueur du tournoi de Stuttgart, Matteo Berretinni, fort d’une confiance consolidée.

Federer sur nuage, Pouille juste en-dessous

Jusqu'à 5-5 dans le premier set, Lucas Pouille se disait sûrement qu'il y avait de la place. Federer était alors plutôt brouillon, seulement sauvé par son service. Le Français s'est d'ailleurs procuré deux balles de break à 15-40 lors de ce onzième jeu. Mais le Suisse les a écartés. Et alors, le récital a pu commencer. 

Quand Federer est dans cette forme...

Federer a alors remporté les six jeux suivants : 7-5, puis 4-0. Il faut dire que le Français a connu son seul passage à vide du match au début du deuxième set. Mais il a eu beau se réveiller à 4-0, en prenant le service adverse pour la seule fois de la partie et en revenant à 4-2, Federer était déjà propulsé sur son nuage. Sur l'ensemble du match, il a distillé 39 coups gagnants. Pour seulement 13 fautes directes. Il a servi 70% de première balle, et réussi 23 montées sur les 32 qu'il a tentées. 

Le plus étonnant a sans doute été son jeu de jambes. Le Suisse a tricoté, comme il le faisait systématiquement à ses plus belles heures. Même en bout de course, même il n'était que rarement débordé. Il a refusé de reculer malgré la très bonne qualité de balle de Lucas Pouille. Celui-ci a planté 38 coups gagnants pour 29 fautes directes : soit une copie quasi-parfaite. Résultat ? Défaite en trois sets sans l'ombre d'un doute pour Federer. Face à ce Pouille, il fallait bien ça. Le voilà désormais lancé à l'assaut d'un Matteo Berrettini décidément très à l'aise sur gazon. L'Italien, au service massif, a remporté le tournoi de Stuttgart il y a trois semaines, et atteint donc les huitièmes pour la première fois de sa carrière à Wimbledon. Mais ce Federer-là peut voir venir. 

Federer rejoint Connors