Wimbledon : Rafael Nadal évite l'obstacle Kyrgios et rejoint Tsonga au troisième tour

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Rafael Nadal
Rafael Nadal | AFP

Non sans difficulté, Rafael Nadal est venu à bout de Nick Kyrgios ce jeudi, au deuxième tour de Wimbledon. Dans le duel le plus attendu du tableau masculin depuis le début du tournoi, le numéro deux mondial a pris petit à petit l’ascendant sur l’Australien pour s’imposer en 4 sets (6-3, 3-6, 7-6, 7-6). Il retrouvera Jo-Wilfried Tsonga au prochain tour.

Cette fois, Nick Kyrgios n’aura pas réussi à faire rompre Rafael Nadal. Alors qu’il présentait un bilan positif face à l'Espagnol avant cette rencontre (trois victoires chacun), l’Australien a dû laisser la prise de pouvoir statistique à son adversaire. Battu en 4 sets (6-3, 3-6, 7-6, 7-6), l’enfant terrible du tennis mondial quitte Wimbledon par la petite porte, lui qui ambitionnait de faire chuter le Majorquin pour la deuxième fois sur le gazon londonien, après sa victoire surprise en 2014 (succès acquis en huitième de finale).

Attendu de pied ferme par le vainqueur de Roland-Garros – qui avait expliqué il y a quelques semaines que Nick Kyrgios manquait, selon lui, "de respect envers son public, son adversaire et lui-même" - le natif de Canberra a été mis au diapason d’entrée. Agressif et bien décidé à prendre sa revanche après sa défaite face à l’Australien à Acapulco en février dernier, Rafael Nadal a remporté la première manche 6-3, non sans être agacé par l’attitude de son adversaire.

Kyrgios s'est appliqué 

Comme à son habitude, Nick Kyrgios a tout tenté pour déstabiliser le Majorquin, alternant coups de génie et fautes grotesques. Le 43e joueur mondial a même tenté à plusieurs reprises des services à la cuillère, avec réussite, ce qui n’a pas manqué de faire sourire son adversaire. Mais voilà, quand il le veut l’Australien sait jouer au tennis, et l’a démontré ce jeudi au All England. Précis au service et excellent en défense, le joueur de 24 ans a changé de visage dans le deuxième set, faisant vaciller un Rafale Nadal pas si serein.

Kyrgios a profité d’un break acquis au bon moment pour s’adjuger la seconde manche 6-3, avant de pousser son adversaire au tie-break du troisième set. Concentré et visiblement désireux de bien faire – ce qui n’est pas toujours le cas sur le circuit – Kyrgios s’est battu comme un beau diable pour chahuter le Majorquin, mais s’est avéré trop fébrile dans les moments clés du match.  On aurait pu croire que la perte du troisième set au jeu décisif allait ruiner les espoirs de l’Australien, mais il a continué de se battre dans le quatrième set, enchaînant les jeux de service. 

Aucun des deux joueurs n'est parvenu à breaker l'autre dans les deux dernières manches, et l'expérience de Nadal a fait la différence au tie-break. Fébrile dans les moments chauds, Nick Kyrgios a de nouveau craqué en fin de quatrième manche, laissant l’opportunité à son adversaire de servir pour le match. La tête de série numéro 3 ne s'est pas gênée pour conclure, et se sortir d'un piège qui semblait lui tendre les bras. Cette fois, Nadal n'est pas tombé dedans, et a su rester insubmersible face aux peites provocations de l'Australien.  Il retrouvera Jo-Wilfried Tsonga, tombeur de Ricardas Berankis, pour une place en huitièmes de finale.