Cori Gauff Wimbledon
Cori Gauff est la révélation de Wimbledon. | Adrian DENNIS / AFP

Wimbledon : Cori Gauff, étoile montante du tennis féminin

Publié le , modifié le

A 15 ans, Cori Gauff brille à Wimbledon. Qualifiée pour la première fois de sa carrière au troisième tour d'un Grand Chelem, la jeune Américaine enchaîne les victoires à Wimbledon et impressionne sur le court. Retour sur une joueuse qui accumule les records de précocité.

Un caractère de battante. Voilà comment son entourage la décrit. A 15 ans, Cori Gauff fait souffler un vent de fraîcheur sur le tennis féminin et bouscule ses adversaires. Celle qui a bénéficié d'une wild-card pour les qualifications de Wimbledon, se retrouve au troisième tour du Grand Chelem londonien. Un hasard ? Certainement pas. L'Américaine, classée au 313e rang mondial, a prouvé qu'elle méritait sa place dans le tableau final. Venus Williams a été la première a en faire les frais lundi. La quintuple lauréate à Londres n'a pas su trouver la faille de cette jeune joueuse et s'est inclinée 6-4, 6-4.  

Une première victoire en Grand Chelem donc pour Cori "Coco" Gauff, qui n'a pu retenir ses larmes après le point de la victoire contre son modèle (les sœurs Williams sont ses idoles). Mercredi, la native d'Atlanta a confirmé ensuite contre la Slovaque Magdalena Rybarikova (139e), ancienne demi-finaliste sur le gazon londonien en 2017 et a remporté le duel  (6-3, 6-3). "Je suis toujours choquée de me retrouver à ce stade de la compétition. Elle servait très bien et ce n’était pas facile de retourner son service. Mais tout s’est bien passé", a déclaré à chaud celle qui n'a pas lâché un set depuis le début du tournoi. Et d'ajouter : "J'ai très bien joué. Elle a très bien servi et c'était dur de bien retourner contre elle. Je pense que je peux battre n'importe qui." Puissante et précise, son niveau de jeu impressionne autant que ses excellents déplacements.

Venus Williams fait partie des idoles de la jeune Cori Gauff.
Venus Williams fait partie des idoles de la jeune Cori Gauff. © Atsushi Taketazu / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun

Record de précocité

Alors qu'elle n'a que 15 ans, Cori Gauff est devenue la plus jeune joueuse à remporter un match en Grand Chelem depuis Anna Kournikova en 1996 à l’US Open. Autre record : elle est également la plus jeune joueuse à gagner un match à Wimbledon depuis sa compatriote Jennifer Capriati en 1991. Impressionnante, Cori Gauff  a aussi excellé chez les juniors : déjà plus jeune joueuse à remporter un tournoi juniors aux Etats-Unis à 10 ans, elle devient trois ans et demi après, la plus jeune joueuse de l’histoire à atteindre la finale de l’US Open juniors en 2017. L'année dernière, elle remporte le titre à Roland-Garros, devenant ainsi la plus jeune à triompher Porte d’Auteuil depuis Martina Hingis en 1993.

Une pépite découverte par Mouratoglou

En 2014, Cori Gauff n'a alors que 10 ans. Elle est repérée par Patrick Mouratoglou, l'entraîneur de Serena Williams, lors d'une semaine de test dans son académie, située dans les Yvelines à l'époque, aujourd’hui basée à Nice. "Elle a fait partie de ce premier groupe que j'ai pris avec Stefanos (Tsitsipas, ndlr). Elle avait des qualités athlétiques fantastiques et un super état d'esprit, extrêmement forte en match, a raconté à l'AFP Patrick Mouratoglou. Certains joueurs savent gagner des matchs mieux que d'autres, et elle a ça. C'est une énorme compétitrice."

Ce dernier n'est pas avare de compliments sur l'Américaine. " J’ai découvert une vraie compétitrice, avec une personnalité très forte. (...) J’ai compris que j’avais en face de moi quelqu’un d’exceptionnel, raconte-t-il encore. Elle m’a dit qu’elle voulait devenir la meilleure joueuse du monde. Je vois aujourd’hui les mêmes choses que j’avais vues quand elle avait 10 ans." Auparavant entraînée par son père, elle a depuis avril un nouvel entraîneur, le Français Jean-Christophe Faurel (ex-coach d'Adrian Mannarino), qui reste sous la houlette de Patrick Mouratoglou. 

Cette rage de victoire lui a été transmise par ses parents : son père, Corey, ancien basketteur à l’université de Géorgie, et sa mère, Candi, ex-heptathlonienne. Ils l'ont même programmée pour gagner. A l'approche de son match face à la Slovène Polona Hercog (60e, tombeuse de la tête de série n°17 Madison Keys) pour une place en huitième de finale, "Coco" ne tremble pas. "Je suis ici pour gagner", a-t-elle affirmé. D'ailleurs, une légende du tennis la voit bien gravir rapidement les marches du classement mondial. "Je serai vraiment très étonné si elle ne devient pas N.1 mondiale avant d'atteindre 20 ans", a estimé John McEnroe. Quoi qu'il en soit, elle est déjà assurée d'intégrer le Top 200.

à voir aussi Wimbledon : Du haut de ses 15 ans, Cori Gauff s'offre Venus Williams Wimbledon : Du haut de ses 15 ans, Cori Gauff s'offre Venus Williams