Murray trophée Wimbledon 07072013
Andy Murray avec le trophée de Wimbledon | AFP

Wimbledon conciliant avec Murray

Publié le , modifié le

Les organisateurs du tournoi de Wimbledon ont officialisé ce mercredi le classement des têtes de série pour l’édition qui commence lundi. Ils se sont montrés particulièrement sympathiques avec le tenant du titre, le Britannique Andy Murray, promu tête de série numéro 3, assuré de ne pas rencontrer l’ogre Roger Federer, septuple lauréat de l’épreuve, avant la finale.

Comme d’habitude, Wimbledon n’a pas respecté la hiérarchie officielle, le classement ATP, pour établir son top 32. Les Internationaux de Grande-Bretagne nous ont habitués à cela et il n’y a rien de choquant à ce qu’ils procèdent ainsi, le gazon constituant la surface la plus spécifique du circuit nonobstant sa relative lenteur depuis 2002, année où Lleyton Hewitt a succédé à Goran Ivanisevic.

Federer fait toujours peur sur gazon

Cela donne clairement l’avantage Andy Murray, ressortissant britannique. L’Ecossais est certes le vainqueur sortant, et il avait disputé deux finales sur le Centre Court en 2012 (celle du tournoi, perdue contre Roger Federer, et la finale des JO de Londres, remportée contre le Suisse). Mais le propulser tête de série numéro 3 alors qu’il n’est que 5e mondial revient à léser Stan Wawrinka, numéro 3 à l’ATP et victorieux cette saison à Melbourne.

Wawrinka sans référence sur herbe

Ca permet à Murray d’éviter de croiser la route de Federer (N.4) avant une éventuelle finale. Quand on sait que le Bâlois a remporté sept des quinze derniers Wimbledon, on comprend la décision des organisateurs mais on peut ne pas l’approuver*. On imagine aisément qu’ils rêvent d’une nouvelle finale entre la star locale et le chouchou des spectateurs. Maintenant, c’est vrai que les résultats sur herbe de Wawrinka, qui a atteint seulement deux fois les 8e de finale, n’incitaient pas Wimbledon à le classer devant des anciens lauréats du tournoi le plus prestigieux au monde.

Nadal relégué derrière Djokovic

Mais dans ce cas, pourquoi n’avoir pas monté Murray plus haut, tête de série 1 ou 2 par exemple ? Novak Djokovic, numéro 2 mondial, a bien été promu tête de série numéro 1 à la place du leader du classement ATP Rafael Nadal, récent vainqueur à Roland-Garros. Certains avancent que les résultats récents du Serbe sur le gazon londonien sont meilleurs que ceux de l’Espagnol (victoire, demie et finale sur les trois dernières saisons, contre finale, 2e tour et 1er tour). C’est oublié un peu vite que Nadal a disputé cinq finales de suite dans le Temple, s’adjugeant le trophée à deux reprises (contre une à Djokovic).

Tsonga et Gasquet favorisés

Quelques Frenchies profitent de ce système un tantinet désuet mais o combien anglais : Jo-Wilfried Tsonga est promu du 17e rang au 14e, Richard Gasquet du 14e au 13e, alors que Milos Raonic rentre dans le Top 8. Cela leur permettra d'éviter de rencontrer des gros clients trop tôt. Le Polonais Jerzy Janowicz, 24e au classement, profite de sa demie 2013 pour atteindre le 15e rang. Andy Murray, en tant que tenant du titre, ouvrira bien sûr le tournoi, lundi, sur le court de tennis le plus célèbre de la planète. 

*Depuis 2001, les organisateurs n’établissent plus les têtes de série selon leur bon vouloir mais avec un système de points complexe qui prend en compte les résultats sur gazon des dernires saisons et les points ATP. Cela n'empêche pas les polémiques sachant que les trois autres tournois du Grand Chelem respectent à la lettre le classement ATP.