Wimbledon : Andy Murray et Serena Williams associés en double

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Andy Murray lors du tournoi du Queen's.
Andy Murray lors du tournoi du Queen's. | Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Déjà associé à Pierre-Hugues Herbert en double messieurs, Andy Murray a trouvé une coéquipière de choix pour le double mixte : il sera associé à Serena Williams, 14 fois vainqueur à Londres simple et doubles confondus.

Il avait déjà surpris en annonçant au Queen's - remporté en double avec Feliciano Lopez - qu'il disputerait Wimbledon en double aux côtés de Pierre-Hugues Herbert. Andy Murray est encore monté en grade pour le double mixte. 

L'Ecossais se présentera avec la reine de Londres Serena Williams, 14 fois vainqueur à Wimbledon dont une fois en double mixte. L'ex-N.1 mondial, qui a récemment rejoué en double après cinq mois d'absence et une opération à la hanche, cherchait depuis des semaines une joueuse pour disputer le tournoi londonien.

"J'avoue que j'ai été éconduit par plusieurs joueuses", avait confessé le double vainqueur de Wimbledon pendant le Queen's, qui a cru devoir arrêter le tennis en début d'année en raison de ses problèmes de hanche. L'Australienne et N.1 mondiale Ashleigh Barty mais aussi Kristina Mladenovic, N.1 mondiale en double, avaient notamment décliné l'invitation.

Serena Williams avait été interrogée juste avant le début du tournoi sur la possibilité de jouer avec Andy Murray au All England Club. Et elle avait ouvert la porte.  "Je suis disponible. Je me sens mieux maintenant, donc je suis vraiment disponible", avait-elle dit.

Interrogée mardi par les journalistes sur les chances de la voir jouer avec l'ex-N.1 mondial, elle s'est amusée avec la presse, répondant "si vous le voulez", en rigolant. Mais ce qui n'était qu'une association un peu improbable a donc pris corps. 

L'Américaine, qui s'est aisément qualifiée mardi pour le 2e tour de Wimbledon, est en quête à Londres d'un 24e Grand Chelem pour égaler le record de titres majeurs de Margaret Court.

AFP