Jo Wilfried Tsonga volée revers Wimbledon 2010
Jo Wilfried Tsonga | AFP - Adrian Dennis

Tsonga veut faire tomber "la montagne"

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga va donc retrouver mercredi Roger Federer en quart de finale du tournoi de Wimbledon. Ce sera le deuxième quart du Manceau à Londres, après celui perdu l'an passé contre Andy Murray, et son cinquième au total en Grand Chelem. Fait beaucoup plus fréquent pour le Suisse, qui disputera à cette occasion son 29e quart de finale de suite en Grand chelem.

"Un match extraordinaire à jouer..."

Jo-Wilfried Tsonga veut s'offrir des souvenirs pour la vie en battant Federer. "J'ai la possibilité de jouer un match qui restera gravé en moi. C'est ce genre de rencontres qui comptent vraiment à la fin d'une carrière. Rien que d'entrer sur le terrain, ce sera extraordinaire", explique le 19e joueur mondial, qui jouera probablement sur le Central où le Suisse a gagné six fois le titre. Face au meilleur joueur sur herbe de sa génération, et peut-être de l'histoire, Tsonga ne partira évidemment pas favori. En cinq duels, il n'a réussi à dominer qu'une fois Federer, en 2009 à Montréal.

Leur seul affrontement en Grand Chelem, en demi-finale de l'Open d'Australie 2010, a été un cavalier seul du Suisse, comme leur dernier match en date, ce printemps à Rome, sur terre battue. Ils ne se sont jamais rencontrés sur gazon, leur surface de prédilection à tous les deux. Et même si Federer n'est plus que N.3 mondial et si son dernier titre majeur remonte à dix-huit mois, le Français ne pense pas un instant qu'il soit plus facile à vaincre que naguère. "Sur ce genre de surface, il est toujours aussi fort. Cela demande un peu moins de physique, un peu plus de main et de sens du jeu. Et dans ces domaines, c'est lui le meilleur", explique Tsonga, sans cacher son admiration pour le joueur aux seize titres en Grand Chelem. "Il est capable de tout faire. Tout glisse. Quand on voit les ralentis, c'est tout simplement magnifique. Mais avec mon revers crapuleux, je vais essayer d'aller le chercher", ajoute-t-il.

Battre Federer sur le Central de Wimbledon, ce serait pour l'ex-N.1 tricolore comme grimper son Everest. "Un peu comme lorsque lui avait battu Sampras ici", dit-il, faisant allusion à un match de 2001 que le Suisse cite souvent comme un tournant de sa carrière. Dans la foulée de son très bon Queen's, où il avait battu Rafael Nadal avant d'échouer de peu en finale contre Andy Murray, le Français a fait une première partie de parcours solide à Wimbledon. En quatre matches contre Go Soeda, Grigor Dimitrov, Fernando Gonzalez et David Ferrer, il n'a cédé qu'une seule manche, face au jeune Bulgare. "Il va falloir le bousculer et lui montrer que pour me battre, il faut quand même jouer au tennis. Les stats ne sont pas avec moi, mais elles sont faites pour évoluer", analyse le N.4 Français.

Le Manceau, qui jouera à 26 ans son cinquième quart de finale majeur et son deuxième d'affilée à Wimbledon, a l'expérience de la victoire dans ces grands rendez-vous qu'il adore. On se souvient de son succès sur Novak Djokovic en quart de finale de l'Open d'Australie 2010, mais la référence reste bien sûr son incroyable match contre Nadal dans le même tournoi en 2008. "Battre Rafa au Queen's, c'était super, mais le faire dans un Grand Chelem, c'était encore autre chose", se souvient Tsonga , qui rêve de connaître de nouveau cette ivresse face à l'autre géant du tennis.

29e quart de finale de suite pour Federer en Grand chelem

De son côté, Federer disputera face au Français, le 29e  quart de finale de suite dans un Grand Chelem, une performance unique. Vainqueur 6-7, 6-3, 6-3, 6-3 du Russe Mikhail Youzhny, le Suisse voit plus loin, impatient de prendre sa revanche sur 2010 où il avait été surpris en quarts par Tomas Berdych, futur finaliste. Le Suisse, qui n'a plus perdu avant ce stade de la compétition dans un des quatre tournois majeurs depuis Roland-Garros 2004, améliore un peu plus l'un de ses nombreux records, lui qui détient également le plus grand nombre de demi-finales d'affilée en Grand Chelem (23).

La marque des 29 quarts de finale est d'autant plus impressionnante qu'ils  ne sont que six joueurs en activité, Federer compris, à avoir disputé les 29 derniers tournois du Grand Chelem.

Gilles Gaillard