Jo-Wilfried Tsonga Wimbledon 2015
Jo-Wilfried Tsonga sur le gazon londonien | LEON NEAL / AFP

Tsonga tient son rang, Monfils et Simon se donnent rendez-vous

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon ont composté jeudi leur billet pour le troisième tour de Wimbledon. Le premier n'a pas fait de détail face à Albert Ramos-Vinolas, bouclant l'affaire en trois sets et 1h40 (6-3, 6-4, 6-4). Le second a eu besoin de quatre manches et 2h30 pour écarter le Slovène Blaz Kavcic, 6-1, 6-1, 6-7, 6-1. Les Bleus sont désormais assurés d'avoir un représentant en huitième de finale, puisque le Niçois, tête de série numéro 12 du Grand Chelem londonien, sera opposé au prochain tour à Gaël Monfils, tombeur d'Adrian Mannarino en trois sets (7-6, 6-3, 7-5). Fin de parcours en revanche pour Benoît Paire, sorti par Roberto-Bautista Agut malgré le gain des deux premiers set, et Nicolas Mahut, éliminé par Tomas Berdych.

Son absence de préparation sur gazon, la faute à un corps fatigué par son parcours à Roland-Garros, s'était ressentie au premier tour pour Jo-Wilfried Tsonga, qui avait bataillé cinq sets pour se défaire de Gilles Müller. Elle est apparue bien moins évidente ce jeudi, tant le Manceau a parfaitement maîtrisé son sujet contre le 65 joueur mondial, loin d'être un spécialiste du gazon. Pour preuve, il n'avait jamais disputé un deuxième tour à Wimbledon jusqu'à cette année.

Dans ce contexte, la tête de série numéro 13 s'est vite remis la tête à l'endroit après avoir concédé un break d'entrée. La seule fois qu'il concédera sa mise en jeu de toute la partie. Performant au service (17 aces, 89% de points gagnés derrière la première balle), le numéro 1 français (12e à l'ATP) a ensuite déroulé. Il a notamment réalisé 37 coups gagnants pour seulement onze fautes directes. De quoi aborder avec optimisme la suite pour le double demi-finaliste du tournoi londonien (2011, 2012), qui aura fort à faire au tour suivant face à Ivo Karlovic. Le Croate s'est défait d'Alexandr Dolgopolov au bout du suspense et de la journée (5-7, 6-3, 6-4, 6-7, 13-11).

Première depuis 2011 pour Monfils

Voilà quatre ans que Gaël Monfils n'avait plus disputé un troisième tour à Wimbledon, sa meilleure performance à Londres, égalée pour la cinquième fois. Une trop longue attente à laquelle le Parisien mettra fin samedi, au bénéfice de son succès sur Adrian Mannarino. La tête de série numéro 18 a fait valoir son expérience pour se sortir du piège face à un joueur qui a, contrairement à Monfils, déjà joué un huitième de finale sur le gazon britannique.

Mais le 34e à l'ATP n'a cette fois pas fait vraiment le poids. Dans une ambiance bon enfant sur le court 3, il a fait la course en tête dans le premier set, jusqu'au sursaut d'orgueil de son aîné et à un tie-break mal négocié. Dans les deux  autres manches, Monfils, très relâché, a su retrouver son sérieux après ses rares sautes de concentrations pour s'imposer finalement en 1h46. Des économies qui pourraient être utiles avant de retrouver son pote Gilles Simon, avec lequel il est habitué aux matches au long cours. 

Un moment d'égarement sans conséquence pour Simon

Qualifié pour le troisième tour de Wimbledon pour la sixième fois de sa carrière, Simon avait toutes les cartes en main pour faire comme ses deux compatriotes et finir le boulot en trois sets. Il avait déroulé dans les deux premiers et s'était mis en position de servir pour le gain du match dans le troisième. Mais un débreak au plus mauvais moment, à 5-4, et une fin de tie-break mal gérée l'ont poussé vers une quatrième manche à l'issue incertaine.

Le Niçois s'est finalement remis à l'endroit pour conclure une partie globalement maîtrisée. La bonne tenue de son service (7 aces, 71% de points gagnés derrière la première balle), son efficacité sur les balles de break (10/14) et son excellent ratio coups gagnants/fautes directes (43/24) sont autant d'indicateurs que celui qui sort d'une belle prépération sur gazon (demi-finale au Queen's, quart à Nottingham) reste sur sa lancée à Wimbledon. Monfils et Mannarino sont prévenus.

Sept défaites en sept matches face à Bautista-Agut pour Paire

Benoit Paire avait raté la marche avant eux. Vainqueur en trois sets de Youzhny au tour précédent, il avait pourtant parfaitement entamé sa rencontre en remportant les deux premiers sets (6-2, 6-4), enchaînant les coups gagnants (57 contre 36 pour son adversaire). Breaké par Bautista en début de troisième manche, il a fini par perdre son tennis (50 fautes directes au total). Le fait de se tordre la cheville au début de la quatrième manche (à 2-0 pour Bautista) ne l'a pas aidé non plus.

L'Espagnol revient de loin et s'impose en cinq sets (2-6, 4-6, 6-3, 6-3, 6-3). C'est la septième défaite de l'Avignonnais en autant de matches contre Bautista qui égale son meilleur résultat à Londres en accédant au troisième tour. Bautista affrontera au prochain tour le Géorgien Nikoloz Basilashvili, issu des qualifications et tombeur de son compatriote Feliciano Lopez, tête de série numéro 15 (7-5, 3-6, 6-3, 2-6, 6-4).

Focus sur le double pour Mahut

Ce n'est pas encore cette année que Nicolas Mahut découvrira les huitièmes de finale de Wimbledon. Vainqueur du tournoi sur gazon de Rosmalen cette année, le 66e joueur mondial s'est incliné sèchement devant Tomas Berdych (6-1, 6-4, 6-4). Le Tchèque est clairement monté en gamme après son entrée en matière compliquée contre Jérémy Chardy et a cette fois-ci évité le marathon à la nuit tombante, grâce à sa 6e victoire en six matches contre le Français de 33 ans. Le tout plié en 1h45.

L'invité français, spécialiste de l'herbe, va désormais pouvoir se consacrer au double avec Pierre-Hugues Herbert en vue du match de Coupe Davis entre la Grande-Bretagne et la France sur l'herbe du Queen's (17-19 juillet).  Sorti en 2014 au 3e tour mais présent dans le Top10 depuis juillet 2010, année où il avait atteint la finale à Wimbledon, Berdych rencontrera maintenant l'Espagnol Pablo Andujar pour essayer de faire mieux qu'il y a un an, alors qu'il a atteint au moins les quarts de dix de ses 11 tournois en 2015. Seule exception : Roland-Garros, où il avait buté sur Tsonga en huitième de finale.