Queen's Tsonga Nadal joie 062011
La joie de Jo-Wilfried Tsonga | AFP - Ben Stansall

Tsonga poursuit sa route

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga, tête de série N.12, s'est qualifié lundi pour les quarts de finale à Wimbledon, en sortant l'Espagnol David Ferrer (N.7) 6-3, 6-4, 7-6. Face à Andy Murray, Richard Gasquet a calé, sur un court central écrasé par la chaleur, s'inclinant en trois sets (7-6, 6-3, 6-2) et moins de deux heures de jeu. Pas de surprise pour Michael Llodra qui a subi la loi de Novak Djokovic 6-3, 6-3, 6-3.

Jo-Wilfried Tsonga, très solide et bien en jambes, a dicté sa loi à David Ferrer, sixième mondial mais beaucoup plus fort sur terre battue que sur gazon. Tsonga a été extrêmement performant au service, remportant 47 des 51 points disputés derrière sa première balle. A l'abri derrière ce rempart, le Manceau n'a eu à défendre que deux balles de break.Il a pu mettre la main sur le match en orientant les échanges avec son coup droit. Comme depuis le début du tournoi, Tsonga a été impressionnant sur sa mise en jeu.
Les deux autres grands favoris sont aussi passés non sans avoir pourtant été accrochés. Rafael Nadal (N.1) a sérieusement bataillé pour écarter l'Argentin Juan Martin Del Potro en quatre manches 7-6 (8/6), 3-6, 7-6 (7/4), 6-4, tout comme Roger Federer, le prochain adversaire de Tsonga qui a cédé un set avant de sortir Mikhail Youzhny 6-7 (5/7), 6-3, 6-3, 6-3. 

Gasquet trop juste, Llodra trop court

Il a fallu un peine plus d'une heure et demie pour que le Serbe,  tête de série N.2, renvoie Llodra à son véritable niveau. Djokovic n'a pas eu à défendre une seule balle de break
face au vétéran de 31 ans, qui n'avait jamais atteint ce niveau à Londres.  Solide au service (9 aces), Djokovic a mis en échec les montées de Llodra grâce à la qualité de ses retours et de ses passings. Le Parisien n'a marqué le point qu'une fois sur deux au filet.    En quarts de finale, Djokovic, qui n'a plus que deux matches à gagner pour être sûr de devenir N.1 mondial, affrontera l'étonnant 'Australien Bernard Tomic qui s'est qualifié aux dépens du Belge Xavier Malisse (6-1, 7-5, 6-4).

Battu ici même par Andy Murray en 2008, Richard Gasquet s'attendait une rencontre difficile. D'autant que l'Écossais, tête de série N.4, restait sur deux demi-finales sur le gazon anglais. Plus solide, Murray a toutefois mis un peu de temps à prendre le match à son compte. Dans un premier set très disputé, il a dû en passer par un tie-break pour prendre l'ascendant sur le Français (N.17). Gasquet, qui s'était procuré d'entré une balle de break sur le service de son adversaire, a lui laissé passer sa chance. Ensuite, après avoir imposer son tempo, Murray, redoutable sur son service, a déroulé dans les deux manches suivantes pour s'offrir une place en quart en moins de deux heures de jeu (7-6[3], 6-3, 6-2). Il a conclu sur un ace avant de saluer d'une révérence le Prince William. Au prochain tour, Andy Murray affrontera l'Espagnol Feliciano Lopez vainqueur d'un match marathon contrele Polonais Lukasz Kubot 3-6, 6-7, 7-6, 7-5, 7-5. "Je suis satisfait de ma performance, j'ai très bien servi, maintenant il  faut que je m'améliore encore au retour car plusieurs des meilleurs joueurs de  l'histoire sont encore dans le tournoi", a commenté à la sortie l'Ecossais qui espère devenir le premier Britannique à remporter un tournoi du Grand Chelem depuis Fred Perry en 1936, il y a soixante-quinze ans.

Tomic, un express en quarts

Ken Rosewall, Pat Cash, Lleyton Hewitt, Patrick Rafter, Mark Philipoussis. Les Australiens ont été nombreux à tenir les premiers rôles sur le gazon. Il est certain que Bernard Tomic rêverait de détenir une once du palmarès de ses glorieux anciens. Mais il devient le premier Australien, depuis Lleyton Hewitt en 2009, à atteindre les quarts de finale de Wimbledon. Pour le dernier carré, il faut remonter à 2005, et toujours l'ancien N.1 mondial, pour trouver trace d'un Kangourou, et à 2003 pour une place de finaliste (Mark Philipoussis lors du premier sacre de Roger Federer). Malgré la chaleur ambiante, il ne faut pas brûler les étapes. Avec son mètre quatre-vingt-treize, ce jeune joueur né à Stuttgart, en Allemagne, n'en est qu'à ses débuts au plus haut niveau, et il n'a disputé que pour la deuxième fois de sa carrière le tournoi de Londres, ne s'étant jamais aligné jusque-là à l'US Open. Malgré deux tours franchis à l'Open d'Australie (victoires sur Chardy puis Feliciano Lopez), il ne pointe qu'au 158e rang mondial. Les pronostics n'étaient pas en sa faveur à l'heure de défier Xavier Malisse, dont la 42e place mondiale sous-évalue largement son grand talent. Mais le Belge n'a rien pu faire. Malgré 13 aces mais aussi 6 double-fautes et presque trois fois plus de fautes directes que son adversaire, Malisse est passé à la trappe 6-1, 7-5, 6-4.

Résultats

Andy Murray (GBR/N.4) bat Richard Gasquet (FRA/N.17) 7-6 (7/3), 6-3, 6-2
Bernard Tomic (AUS) bat Xavier Malisse (BEL) 6-1, 7-5, 6-4
Feliciano Lopez (ESP) bat Lukasz Kubot (POL) 3-6, 6-7 (5/7), 7-6 (9/7), 7-5, 7-5
Novak Djokovic (SRB/N.2) bat Michael Llodra (FRA/N.19) 6-3, 6-3, 6-3
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.12) bat David Ferrer (ESP/N.7) 6-3, 6-4, 7-6 (7/1).
Mardy Fish (USA/N.10) bat Tomas Berdych (CZE/N.6) 7-6 (7/5), 6-4, 6-4
Roger Federer (SUI/N.3) bat Mikhail Youzhny (RUS/N.18) 6-7 (5/7), 6-3, 6-3, 6-3
Rafael Nadal (eSP/N.1) bat Juan Martin Del Potro (ARG/N.24) 7-6 (8/6), 3-6, 7-6 (7/4), 6-4.

Déclarations

Jo-Wilfried Tsonga: "C'était un match contrôlé. Au tennis, on peut toujours mieux faire, mais aujourd'hui, je me contenterai de ça. J'ai fait un match solide. Ce n'était pas fou, mais solide et ça suffisait pour passer. Je n'ai pas trop tremblé, je n'ai pas eu à sauver trop de balles de break. J'ai breaké au bon moment. Je ne suis pas resté trop longtemps sur le court, c'est bien pour la suite. Quand je mets des aces, c'est beaucoup plus facile aussi sur mes jeux de retour car je suis moins dos au mur, je peux être un peu plus relâché et tenter des trucs. Pour le moment je joue bien, mais je n'ai pas affronté les meilleurs spécialistes de gazon. J'ai eu la chance d'avoir un tableau favorable. En quart, ça va se corser. C'est là qu'on va voir si je joue bien ou pas. J'ai beaucoup galéré, je suis passé par des moments un peu pénibles, maintenant ça me sourit. Federer, il faut que j'essaie de le bousculer, de lui montrer que pour me battre il faut jouer au tennis. Je ne vais pas partir vainqueur car les stats ne sont pas avec moi, mais je me sens bien, je vais me donner à fond. Il y a un peu d'excitation et la possibilité de jouer un match qui peut rester gravé en moi toute ma vie."

Richard Gasquet:
"Si j'avais gagné le premier set ça aurait été un autre match. Ce set m'a fait mal, il a presque duré une heure, je l'ai perdu et j'ai pris un coup. Après il a très bien servi et c'est devenu plus difficile pour moi. Il sait tout faire, c'est un grand joueur. Dans l'ensemble il était au-dessus même si j'aurais pu servir un peu mieux. Il est plus fort qu'il y a trois ans, il a tous les coups du tennis et il a super bien joué aujourd'hui. Il était bien plus fort que ceux que j'avais joués jusque-là. Je suis quand-même content de la semaine que j'ai fait. Quand on joue contre l'un des quatre premiers ça devient tout de suite plus difficile. Le niveau de jeu revient pas mal mais il faut que je continue à travailler."
Novak Djokovic: 
"Ce n'est jamais facile. J'ai élevé mon niveau de jeu par rapport à il y a deux jours, j'ai retourné beaucoup mieux et j'ai bien servi. C'est une belle
victoire car mon adversaire est un spécialite de l'herbe. Face à Tomic, ce sera un grand match. C'est un jeune qui a un potentiel incroyable et il est en train de le montrer. Je sais depuis que je l'ai vu il y a deux ou trois ans qu'il va devenir un grand joueur.