Jo-Wilfried Tsonga
Jo-Wilfried Tsonga soigné lors de son match contre Ernest Gulbis | AFP - CARL COURT

Tsonga met un genou à terre

Publié le , modifié le

Le tournoi de Wimbledon est terminé pour Jo-Wilfried Tsonga, tête de série N.6, qui a jeté l'éponge mercredi au 2e tour face au Letton Ernests Gulbis. Après avoir remporté le premier set 6-3, le Français visiblement blessé à un genou, s'est fait soigner sur le court. Il a en ensuite souffert et laissé filer les deux manches sur le même score 6-3, 6-3. Hors d'état de poursuivre les débats, le Français a donc préféré en rester là.

C'est une grosse déception pour Tsonga qui, après une demie-finale ratée à Roland-Garros, espérait beaucoup de l'herbe de Wimbledon pour se relancer. 

"J'ai un problème au tendon depuis quelques jours, j'ai déjà connu des problèmes avec ça dans le passé. Je risquais d'empirer les choses si je continuais.  J'espère ne pas avoir déjà trop joué", a déclaré Tsonga, demi-finaliste sortant. "Quand la douleur est arrivée la semaine dernière, j'ai arrêté de jouer pendant quelques jours, a-t-il expliqué. Je me sentais un peu mieux avant mon premier  tour et j'ai fait avec les moyens du bord. Je voulais tenter ma chance aujourd'hui mais la douleur a augmenté au fur et à mesure de la rencontre, je ne pouvais plus pousser au service, je ne pouvais plus faire grand-chose, je n'allais pas continuer juste pour faire le spectacle. C'est frustrant mais j'ai déjà connu de tels moments dans ma carrière, je reste positif pour surmonter cette déception", a ajouté le N.1 français dont le début de carrière a été perturbé par de nombreuses blessures.  Epargné depuis deux ans, il souffre à Wimbledon du même problème qui l'avait empêché de disputer la finale de la Coupe Davis en 2010.  

Dominateur en début de partie, Tsonga a perdu pied à la fin du deuxième set, où il s'est fait soigner le genou gauche, mais n'a ensuite plus été le même joueur sur le court. C'est la première fois en six participations que le Français n'atteint pas au moins le troisième tour à Wimbledon.  Demi-finaliste l'an dernier, il va perdre beaucoup de points au classement ATP, en attendant de connaître la durée de son indisponibilité. "Pour avoir une vraie idée du truc, il faut que fasse des images (IRM), mais je pense que ce n'est pas bon signe", a-t-il lancé, pessimiste.

 

Christian Grégoire