Jo Wilfried Tsonga
Jo Wilfried Tsonga | MIGUEL MEDINA / AFP

Tsonga, Mahut et Paire ne manquent pas le 2e tour

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga n'a pas pas fait se sentiment face à l'Australien Lleyton Hewitt (6-3, 6-4, 6-4). Après avoir été battu les deux dernières années au 1er tour par John Isner, Nicolas Mahut s'est quant à lui qualifié aux dépens de l'Italien Lorenzi, 6-3, 5-7, 7-6 (7/3), 5-7, 6-2. Benoît Paire et Kenny De Schepper complètent la bonne journée française. Rafael Nadal et Andy Murray se sont qualifiés sans trembler mais Tommy Haas est tombé.

LE TABLEAU MASCULIN DE WIMBLEDON

Jo-Wilfried Tsonga n'a pas fait dans la nostalgie face à Lleyton Hewitt. Face à l'ancien n°1 mondial et vainqueur à Londres en 2002 qui tente de retrouver un peu de son lustre d'antan, le Français s'est montré sans pitié. Et il a surtout dissipé les doutes nés de sa blessure au petit doigt contracté au Queen's il y a dix jours. Tellement plus puissant que l'Australien en fond de court et au service, le Manceau a déroulé en mode rouleau compresseur. Les stats parlent d'elles-même : 21 aces à 1, 3 breaks à 0, 61 coups gagnants à 12. "C'est une très bonne victoire contre quelqu'un que je respecte beaucoup.  Je suis content de ne pas avoir passé trop de temps sur le court", a dit le  demi-finaliste sortant. Le bras frappe fort et les jambes tournent vite, de quoi confirmer que Jo-Wilfried est bien l'un des outsiders à suivre durant cette quinzaine. Au tour suivant, le Tricolore retrouvera son compatriote l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, tombeur d'Edouard Roger-Vasselin au bout du suspense et en cinq manches acharnées : 6-7, 6-3, 7-6, 5-7, 10-8.

Pas de revanche Isner-Mahut

Est-ce l'année de Nicolas Mahut ? Après avoir atteint pour la première fois de sa carrière le 3e tour à Roland-Garros, il s'est qualifié pour la troisième fois pour le 2e tour de Wimbledon. Et le vainqueur de ce tournoi en juniors n'avait plus vécu le 2e tour sur le gazon londonien depuis très longtemps, puisque ces deux précédentes qualifications dataient de 2006 (vaincu au 3e tour par Federer) et de 2007 (battu par Gasquet). Bien sûr, l'année 2010, ce mythique match contre John Isner perdu au terme du plus long match de l'Histoire, lui avait laissé quelques bons souvenirs, d'autant qu'il était sorti du tableau des qualifications. Mais l'an dernier, l'Américain était de nouveau face à lui, pour une nouvelle défaite du Français. En 2012, cela ne lui arrivera pas. Pourtant, les deux hommes pouvaient encore s'affronter au 2e tour. Mais le géant américain a succombé d'entrée au Colombien Falla en cinq sets. Et c'est donc contre le 73e mondial que le Parisien disputera ce 2e tour. Un joueur qu'il a déjà croisé à quatre reprises, pour deux victoires sur le circuit principal (gazon et dur) et deux défaites (qualifications à Madrid sur terre et challenger de Cordoba sur dur).

Paire persiste

Demi-finaliste à s'Hertogenbosch la semaine passée, Benoît Paire a confirmé qu'il avait également le "pied vert" en franchissant le 1er tour. Opposé à Matthew Ebden (76e mondial), le Français a su conserver son calme et sa maîtrise. Point faible du 55e mondial, le mental ne lui a pas joué des tours, et pourtant, il y avait de quoi... Menant 6-1, 6-3 aisément, l'Avignonais a en effet multiplié les occasions de faire le break à la fin du 3e set, et de se diriger vers une qualification tranquille. Mais il a été incapable d'en transformer une seule de la petite dizaine qu'il s'est procurée. Il s'inclinait ensuite au jeu décisif (7/1), avant de reprendre le contrôle du jeu et de l'emporter, en moins de 2h30, 6-1, 6-3, 6-7, 6-3. Il affrontera au prochain tour le talentueux Ukrainien Alexandre Dolgopolov (N.22). Autre bonne nouvelle pour le clan tricolore : la qualification de Kenny De Schepper, vainqueur de l'Allemand Matthias Bachinger en trois sets 6-4, 6-2, 6-2.

Nadal et Murray déroulent

En fin de journée, sous un ciel de nouveau menaçant, Rafael Nadal a évité la foudre face à Thomaz Bellucci. Accroché par le fantasque Brésilien en début de match, l'Espagnol, qui manque de repères sur cette surface (seulement deux matchs sur herbe cette saison et une élimination rapide à Halle), a arraché le tie-break avant de rapidement retrouver la bonne carburation pour s'adjuger aisément les deux manches suivantes (6-2, 6-3). Au prochain tour, la tête de série n°2 sera opposée au Croate Ivan Dodig ou au Tchèque Lukas Rosol. Pas de problème non plus pour Andy Murray qui a balayé Nikolay Davydenko (6-1, 6-1, 6-4). Le Britannique a pris six fois le service de son adversaire et n'a pas eu la moindre balle de break à défendre grâce à une belle qualité de premières balles (10 aces).
Davydenko, qui n'est plus à 31 ans le même joueur qu'il y a quelques années et qui, de toute façon, a toujours détesté l'herbe même lorsqu'il était N.3 mondial, n'a pu faire mieux que de la figuration.

Haas sur le carreau

Cette deuxième journée, si elle a épargné les favoris, a laissé un outsider au tapis : Tommy Haas. Récent vainqueur du tournoi de Halle, où il avait battu Roger Federer en finale, l'Allemand a été éliminé par son compatriote Philipp Kohlschreiber en cinq sets 3-6, 7-6 (10/8), 6-7 (5/7), 7-6 (7/1), 6-2. Kohlschreiber, 30e mondial, avait lui aussi réussi un bon tournoi à Halle puisqu'il avait battu Rafael Nadal au deuxième tour, avant de perdre en demi-finale justement contre Tommy Haas. Enfin, après son extraordinaire Roland-Garros, David Goffin a déjà largement fait honneur à l'invitation reçue pour entrer directement dans le tableau final de Wimbledon. Le Belge, 70e mondial, s'est en effet offert la peau de la tête de série N.20, Bernard Tomic, quart de finaliste ici-même l'an dernier. L'Australien s'est incliné 3-6, 6-3, 6-4, 6-4.

Réactions

Nicolas Mahut (FRA/qualifié pour le deuxième tour en battant mardi l'Italien Paolo Lorenzi): "Aujourd'hui (mardi), j'ai commencé comme hier, en étant super agressif. Et comme hier, il a mieux joué vers la fin, mais j'avais déjà le break. C'était compliqué. Il a joué à son meilleur niveau. Ca a été difficile de préparer ce match. Depuis vendredi, on me parlait sans arrêt de (l'Américain John) Isner (son adversaire potentiel au deuxième tour, contre lequel il avait joué le "match sans fin" en 2010, et qui a finalement été éliminé d'entrée, Ndlr). J'essayais d'esquiver les questions, de ne pas trop en parler. Les conditions étaient difficiles, je suis content de m'en être sorti. Je vais pouvoir aborder le deuxième tour tranquillement. (Son adversaire, le Colombien Alejandro Falla) je le connais bien. S'il a battu Isner, c'est qu'il est en forme. Mais je me sens capable de faire un bon match."

Benoît Paire (FRA/qualifié pour le deuxième tour en battant l'Australien Matthew Ebden): "Je suis content de m'en être sorti. Je ne retiens que la victoire, parce que c'était un peu difficile au niveau du jeu. Je ressens un peu de frustration. Je n'ai pas fais un très bon match. Les deux premiers sets ont été bouclés rapidement. Mais j'ai eu beaucoup d'occasions au troisième set. Et je me suis un peu déconcentré, un peu énervé, ce qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Je n'aurais jamais dû perdre ce troisième set. Heureusement, je me suis bien ressaisi au quatrième. J'ai beaucoup progressé (sur gazon). C'est un tournoi où j'ai vraiment envie de faire quelque chose. Pourquoi pas atteindre la deuxième semaine. Je me dis que je peux battre n'importe qui, même (l'Ukrainien Alexandre) Dolgopolov (son adversaire au deuxième tour, Ndlr). Il a gagné en trois sets, donc il doit bien jouer. Ca va être très, très dur. Il est pénible à jouer. Je vais essayer d'être très sérieux."