Jo-Wilfried Tsonga, Wimbledon
Le tennisman français Jo-Wilfried Tsonga sur le Centre Court de Wimbledon | CARL COURT / AFP

Tsonga cette fois interrompu par la nuit

Publié le , modifié le

Au 1er tour, la pluie avait interrompu le match entre Jo-Wilfried Tsonga et Jurgen Melzer, avant que le Français ne l'emporte le lendemain. Cette fois, c'est la nuit qui a stoppé la rencontre entre le Manceau et l'Américain Sam Querrey, alors que les deux joueurs étaient à égalité dans le 5e set après 3h21 de jeu (4-6, 7-6, 6-7, 6-3, 9-9). Ils reviendront jeudi pour en finir.

Jo-Wilfried Tsonga n'a jamais perdu un match en cinq sets à Wimbledon. Manifestement, le Manceau veut continuer de faire gonfler cette statistique. Poussé au bord du vide par Jurgen Melzer dès son entrée en lice, le 17e joueur mondial s'offre un nouveau marathon en deux jours contre Sam Querrey. Lors de son affrontement avec l'Autrichien, la pluie avait joué les trouble-fêtes. Ce mercredi, c'est la nuit qui a enfilé le costume.

Tsonga manque le coup de grâce

Pourtant, à 8-8 dans la cinquième manche, JWT a eu l'occasion de conlure la rencontre. Mais il a manqué un lob dans ses cordes, permettant à son adversaire de rester en vie. Une erreur d'autant plus coupable que la solidité du service de l'Américain autant que sa mise en route compliquée avaient déjà porté préjudice à Tsonga. D'emblée, le Sarthois a perdu sa mise en jeu. Au moment de se frotter à un homme au bras trempé dans l'acier et à la confiance de fer sur gazon, forgée par un 3e tour au Queen's et une demi-finale à Eastbourne, ce n'est pas une bonne idée.

Incapable d'inquiéter son adversaire en retour, Jo-Wil a ainsi égaré la première manche malgré de belles dispositions dans le jeu (4-6). Dans le deuxième set, la physionomie du match ne change pas sauf que le Français ne se laisse pas voler son service et remporte les points importants pour égaliser (7-6). Le double demi-finaliste à Wimbledon en 2011 et 2012 semble lancé. Un sursaut de courte durée. Au moment de mettre Querrey à terre, Tsonga tremble. Comme face à Melzer, il laisse passer de nombreuses balles de break (3 en l'occurrence). Et ce qui devait arriver arriva. Dans le tie-break, JWT gâche une volley et balance deux coups droit loin des limites du court. Querrey reprend les devants. 

Querrey a une balle de match

Cette année à Londres, l'élève d'Escudé et Ascione n'est lui-même que lorsqu'il est au pied du mur. Dans la quatrième manche, le Manceau multiplie les coups gagnants et agresse enfin l'Américain. A 2-1, il vole le service de son adversaire sur un jeu blanc (3-1). Agressif et déterminé, le Tricolore ne lâche plus rien, à l'image de ce coup droit sur l'arête de la partie de terrain de Sam Querrey dans le septième jeu (5-2). Il conclut sereinement (6-3). La lumière s'est allumée 28 minutes pour s'éteindre aussi sec. Dans l'ultime manche, les deux joueurs remportent facilement leurs mises en jeu jusqu'à 6-5 en faveur de Querrey.

Un coup gagnant suite à une amortie de Tsonga offre au natif de San Francisco une balle de match. Il ne la convertit pas et doit serrer le jeu pour reprendre l'avantage 7-6. A 8-8, l'arbitre de chaise désire stopper le match. Le public siffle, les deux joueurs refusent et la partie reprend. C'est là que Jo-Wilfried Tsonga obtient une balle de break. Il la gâche. A 9-9, la nuit vient au secours de l'officiel. Le chrono reste bloqué à 3h21 de jeu. Tsonga et Querrey ouvriront le bal demain sur le Court n.1. Pour confirmer que le Français est imbattable en cinq sets sur le gazon londonien?

Jerome Carrere