Rafael Nadal Wimbledon
Le joueur espagnol Rafael Nadal | AFP - JUSTIN TALLIS

Rafael Nadal a pu se reposer avant d'entamer Wimbledon

Publié le , modifié le

Rafael Nadal débute ce mardi son tournoi de Wimbledon face au Brésilien Thomaz Bellucci. Le 42e mondial est largement à la portée du Majorquin qui a pu se reposer après son élimination en quarts de finale de Roland-Garros. Pour la première fois depuis 2009, il arrive sur le gazon londonien sans titre en Grand Chelem ni en Masters 1000. Pas de quoi faire paniquer l'Espagnol qui a pu se préparer au jeu si spécifique sur herbe.

Nadal et Wimbledon, l'histoire est en train de tourner au vinaigre. Depuis 2011 et sa finale perdue contre Novak Djokovic, l'Espagnol n'a plus dépassé les 8e de finale. Et encore avant sa défaite face au jeune Australien Nick Kyrgios l'an dernier à ce stade du tournoi, Nadal restait sur une élimination au premier tour en 2013 (Steve Darcis) et au deuxième tour en 2012 (Lukas Rosol). Bref, le gazon semble bel et bien devenu maudit pour le nonuple vainqueur de Roland-Garros et double vainqueur à Londres (2008 et 2010). Pire, il arrive dans la capitale anglaise sans titre majeur. Aucun Masters 1000, ni Grand Chelem dans la besace. Son élimination en quarts de finale à Paris contre Novak Djokovic ressemblait bien à une passation de pouvoir sur l'ocre.

Mais avec Nadal il ne faut jamais jurer de rien. Chaque défaite lui a permis de revenir plus fort. Et alors que Wawrinka célébrait sa victoire dans "son" tournoi parisien, Nadal se plongeait dans la courte saison sur gazon avec le tournoi de Stuttgart. Et là surprise, après quatre matches et autant de victoires, il remportait son premier tournoi sur gazon depuis Wimbledon 2010, en écartant au passage Baghdatis, Tomic, Monfils et Troïcki en finale. Une embellie aussi inattendue que bienvenue, suivi d'une nouvelle déconvenue avec l'élimination au premier tour au Queen's la semaine suivante face à Alexandre Dolgopolov. Cette élimination précoce a été un mal pour un bien si on écoute l'intéressé qui est revenu sur sa préparation pour le Majeur londonien.

Golf et repos

Parfois en guerre avec le calendrier de l'ATP, Nadal a cette fois pris le temps de remercier les dirigeants du tennis mondial qui ont enfin rajouté une semaine supplémentaire entre Roland-Garros et Wimbledon. Le passage de la terre au gazon était un grand écart que son corps avait de plus en plus de mal à supporter. Bien souvent il finissait exténué et diminué par sa quinzaine victorieuse à Paris, ce qui amenuisait considérablement ses chances à Londres. Pas le temps de souffler, il fallait enchaîner. Cette année, il a pu prendre le temps de se ressourcer chez lui à Majorque. "J'ai joué au golf, a assuré celui qui possède un handicap 2.7, je suis allé à la maison, pour jouer golf et passer de bons moments avec la famille et les amis. Cette période de repos était très importante pour moi et j'en avais besoin".

Des spécificités de l'herbe

Ce rab de temps lui a permis de se rassurer sur son physique et de prendre mieux ses marques sur une surface beaucoup plus rapide que la terre où il excelle - d'habitude. "Il y a certainement moins de chances de blessures maintenant. Au cours des années précédentes, vous deviez faire la transition entre Roland-Garros et le Queen's en un seul jour, il y avait un risque de blessure et beaucoup de différences dans le jeu. La façon dont vous vous déplacez, la façon dont vous frappez la balle. Il y a moins de danger pour le corps quand vous pouvez faire la transition plus lentement". Même si la victoire à Stuttgart a du lui faire du bien, il aborde Wimbledon avec une confiance nettement moins élevée que ses standards habituels. Sa mauvaise saison sur terre battue est passée par-là, sans parler de ses difficultés récurrentes sur gazon ses dernières années. "Quand je joue mon meilleur tennis sur terre battue, j'ai le sentiment que j'ai du temps pour jouer chaque coup, que je peux jouer la tactique que je veux, être agressif ou plus défensif", a-t-il expliqué. "Je sens que je suis tout le temps en contrôle".

Mais cette sensation disparaît dès que ses pieds foulent une pelouse. "Sur gazon, c'est une autre histoire, il faut se concentrer sur chaque point. Si vous faites deux ou trois erreurs dans un jeu de service, vous avez quasiment perdu votre engagement. Voilà la grande différence. Mais vous pouvez aussi avoir de bonnes chances d'aller au filet et proposer des choses différentes. On n'a pas souvent l'occasion de jouer de cette façon lors de la saison, donc je vais essayer de prendre du plaisir", a-t-il déclaré. Thomaz Bellucci, qu'il a toujours battu en quatre confrontations - dont une fois déjà au premier tour de Wimbledon en 2012 - va lui permettre de se jauger.