Pierre-Hugues Herbert : "Jouer le double avec Murray, c'est énorme"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Pierre-Hugues Herbert

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Il avait décidé de se consacrer pleinement à sa carrière en simple cette année, Pierre-Hugues Herbert va pourtant disputer le double avec Andy Murray à Wimbledon. Dans une interview accordée à L'Equipe, le Français revient sur ce défi excitant et évoque les éventuelles conséquences que pourrait avoir ce choix sur sa relation avec Nicolas Mahut.

A l'aube de ses 28 ans, Pierre-Hugues Herbert était placé au 36e rang mondial (le 11 février dernier), le meilleur classement de sa carrière en simple. Une progression directement liée au choix de mettre de côté le double, une catégorie dans laquelle il a déjà tout gagné : l'US Open (2015), Wimbledon (2016), Roland-Garros (2018) et plus récemment l'Open d'Australie (2019). C'est après ce dernier succès, en janvier, que "P2H" a décidé de s'offrir une échappée en solitaire.

Une décision rapidement payante, puisqu'il s'offre une finale contre Jo-Wilfried Tsonga à Montpellier (10 février). En plus d'économiser le temps auparavant investi sur le double, il n'a plus à passer à l'essoreuse des qualifications. Arrivé sur terre battue, il s'offre Verdasco et Nishikori à Monte-Carlo, où sa route s'arrête en huitièmes. Puis, il enchaîne avec une demi-finale à Budapest. Récemment Herbert a été en vue à Roland-Garros, où il a participé à deux luttes épiques contre Daniil Medvedev et Benoît Paire

"On ne peut pas dire que c'est complètement clean"

Ce vendredi, il joue une place dans le dernier carré de l'ATP 500 de Halle, où il pourrait tenir compagnie à Roger Federer et Alexander Zverev (il faudra d'abord passer l'obstacle Borna Coric). Le natif du Bas-Rhin progresse en solo, mais il a cédé à l'appel du double. Demandé par Andy Murray, de retour de blessure, il s'est engagé à disputer le tournoi aux côtés du Britannique, déjà titré à deux reprises sur ses terres. "Depuis que je suis gamin, je rêve de jouer sur les grands courts, dans des ambiances de dingue. Jouer avec Murray, qui fait son come-back, après une opération de la hanche, c'est énorme. Qu'il me le demande à moi, pour avoir l'honneur de partager le court avec lui, ça peut être une expérience que je n'oublierai jamais... Il peut m'apprendre des choses, il fait partie du fameux Big 4. Ça m'a donné envie de tenter cette expérience", s'est réjoui le Français dans L'Equipe.

Herbert raconte avoir été approché à Madrid par Jamie Delgado, le coach de Murray. A l'époque, il n'avait pas donné suite. Mais il a été approché à nouveau une fois Roland-Garros passé. Comme il n'avait pas l'idée de jouer le double à Wimbledon, et donc pas d'objectifs, il a répondu positivement, "pour le kiff" dit-il. Une décision pas si anodine puisqu'elle questionne sa relation avec Nicolas Mahut, son partenaire éternel en double.

Mahut recrute Roger-Vasselin

Quand Pierre-Hugues Herbert a décidé de voler de ses propres ailes, Nicolas Mahut s'est retrouvé sans partenaire pour continuer à jouer en double. Il est arrivé au joueur de 37 ans de devoir chercher un partenaire cette saison. Il disputera d'ailleurs Wimbledon aux côtés d'Edouard Roger-Vasselin. "Ça ne change pas grand-chose au projet avec Nico. On s'est de toute façon dit qu'on se retrouverait après Cincinnati. Il a à Wimbledon un partenaire (Roger-Vasselin) avec qui il a la possibilité d'aller chercher le titre", s'est dit P2H, comprenant l'incompréhension chez certaines personnes.

"Avec Nico, ce n'est pas le même projet. À la limite, avec lui, quand on s'engage, si on ne gagne pas le tournoi on est déçus. Là, c'est foncièrement du kif. Je l'aborde complètement différemment. Pour être honnête, on ne peut pas dire que c'est complètement clean. C'est certain que je vais jouer le double alors que j'avais dit que je n'allais pas le jouer", a-t-il ajouté tout en rappelant que Mahut avait saisi l'opportunité quand elle s'était tendue à lui. En 2013, il avait fait la paire avec un certain Roger Federer à Brisbane.