Mannarino
Mannarino à Wimbledon | AFP

Mannarino et De Schepper s'arrêtent là

Publié le , modifié le

Le parcours d'Adrian Mannarino à Wimbledon s'est achevé ce lundi, en huitièmes de finale. Le Français qui a pourtant mené deux sets à un, s'est finalement incliné face au Polonais Lucasz kubot 4-6, 6-3, 3-6, 6-3, 6-4. Pour la première fois dans l'histoire du tournoi anglais, un Polonais se retrouvera inévitablement dans le dernier carré, Kubot retrouvant son compatriote Jerzy Janowicz en quart. En revanche, les Bleus ont tous disparu. Après Mannarino, Kenny De Schepper est tombé face à Fernando Verdasco 6-4, 6-4, 6-4.

Une occasion comme cela en Grand Chelem, cela n'arrive pas souvent. Pour ainsi dire jamais quand on évolue au-delà de la 100e place à l'ATP (111e, ndlr). Adrian Mannarino avait un pied en quart de finale. Malheureusement, la porte s'est refermée trop vite. "C'est difficile de perdre un match comme ça. J'avais l'impression d'avoir fait une bonne partie du boulot en menant deux sets à un, raconte Mannarino. Mais je n'ai pas grand-chose à regretter, il a été très constant, il n'a pas connu de trou d'air. C'est sûr que c'est une occasion ratée mais Kubot est un très bon joueur d'herbe, même si son classement ne le dit pas forcément. J'ai essayé de me dire que ce n'était pas un match ultra important."

Des regrets ? Mannarino en aura mais il a surtout envie de revivre d'autres grands moments comme cette saison à Wimbledon. "C'est vrai qu'un quart de finale à Wimbledon aurait été quelque chose d'incroyable. Mais si on pense à ça on ne dort plus la nuit et on arrive crispé au stade, explique-t-il. Au niveau de l'envie il n'y avait pas un point où je n'étais pas au taquet. Lui prenait tellement de risques que je subissais pas mal. Au retour j'ai fait ce que j'ai pu, ça se passait tellement vite que je n'avais pas vraiment le temps de me poser des questions. Mais ce tournoi me donne pas mal d'envie pour la suite. Je ne m'arrête pas là, j'ai envie d'aller bien plus haut."

Un ton au dessus, l'Espagnol Verdasco a lui logiquement cueilli le Français De Schepper, déjà très heureux d'arriver à ce stade de la compétition dans un Grand Chelem. "Je l'ai fait un peu trop jouer, a avoué De Schepper. Je l'ai breaké au début du troisième set, mais j'ai baissé un peu physiquement après. C'est dommage. Il a été meilleur aujourd'hui. C'est un bon tournoi, une bonne expérience pour moi. Ca prend forme. C'est vraiment  intéressant. Ca donne envie de repartir dès demain à l'entraînement pour aller jouer les meilleurs ensuite." Verdasco rencontrera en quarts de finale le Britannique Andy Murray, N.2 mondial, ou le Russe Mikhail Youzhny. En début de journée, l'Espagnol David Ferrer s'est lui aussi qualifié pour les quarts de finale en battant le Croate Ivan Dodig en quatre sets 6-7 (3/7), 7-6 (8/6), 6-1, 6-1. Tête de série  N.4, Ferrer disputera son deuxième quart d'affilée à Wimbledon face à t l'Argentin Juan Martin Del Potro (N.8), tranquille vainqueur de l'Italien Andreas Seppi  (N.23) 6-4, 7-6 (2), 6-3.

Romain Bonte