Marion Bartoli Wimbledon 2011
Marion Bartoli en plein effort | AFP - Carl De Souza

Lisicki fait plier Bartoli

Publié le , modifié le

Comme contre Flavia Pennetta, Marion Bartoli a sauvé des balles de match dans le deuxième set. Mais contre l'Allemande Sabine Lisicki (62e mondiale), cela n'a pas suffi pour qu'elle se qualifie pour les demi-finales. La tête de série N.9 avait sans doute laissé trop d'énergie notamment lors de ses deux précédents matches pour passer cette jeune Allemande. Elle s'incline 6-4, 6-7 (4/7), 6-1 après 2h17 de jeu.

Un toit n'abrite pas de tout. Et Marion Bartoli s'est bien rendu compte que les missiles de Sabine Lisicki faisaient toujours aussi mal, même lorsque le toit abritait de la pluie le court Central. Après ses deux énormes performances contre Pennetta et Serena Williams lors des deux tours précédents, il lui a peut-être manqué un peu de jus et quelques ingrédients pour contrer la dynamique Allemande. Entre retours très incisifs et agressifs, et amorties bien touchées, cette dernière a réalisé un match de tout premier ordre. Et lorsque la Française avait l'occasion de faire la différence, elle a eu bien du mal à maintenir le cap.

"A la fin, mon mental était toujours là, mais mon corps ne  pouvait plus rien faire", a déclaré Bartoli.

Le match démarrait bien mal pour la Française, qui perdait d'entrée son service sur un jeu blanc et sur une double-faute. Mais elle débreakait aussitôt (1-1), pour concéder encore son engagement sur un énorme retour de coup droit (2-1). L'écart se maintenait jusqu'à 5-3, où la tête de série N.9 devait effacer deux balles de set pour rester dans le coup (5-4) avant de céder, sur un revers parfait le long de la ligne de Lisicki après 42 minutes de jeu (6-4). Dans le deuxième set, en profitant de fautes directes un peu plus récurrentes de la 62e mondiale, elle faisait le break sur un coup droit dans le filet de son adversaire (3-1). Mais le ciel bleu n'était pas là pour longtemps pour la protégée de son père Walter, victime d'une splendide amortie après un échange infernal pour rendre son avantage (3-2). L'occasion de se relancer pleinement lui filait encore sous le nez.

Trois balles de matches sauvées

Symbole de cette malchance ou de ces manques, cette balle qui touchait le filet et qu'elle envoyait hors des limites du terrain pour offrir un break au plus mauvais moment, pour que la 62e mondiale mène 6-4, 5-4, service à suivre. Mais depuis sa demi-finale à Roland-Garros, la 9e mondiale est transformée. Après avoir écarté des balles de match contre Flavia Pennetta au 3e tour, elle a remis cela en écartant trois balles de match lors de ce dixième jeu du second set, recollant à 5-5, en plus sur une double-faute de l'Allemande lors de sa première opportunité pour réduire l'écart. Sécouée, Sabine Lisicki s'accrochait tout de même pour disputer un jeu décisif, qu'elle démarrait mal pour être menée (5/2), mais Bartoli n'enfonçait pas le clou, une nouvelle fois, étant reprise à (5/4), avec deux services pour sa rivale. Mais elle avait un nouveau sursaut, retrouvant l'agressivité pour remporter cette deuxième manche (7/4).

Bartoli sans jus

"Quand j'ai pris ce deuxième set, je pensais vraiment que j'allais prendre  le match, a-t-elle raconté. Et puis la fatigue m'a rattrapée. Toute l'énergie  que j'avais mis depuis un mois a fait que je n'en pouvais plus. C'est arrivé  d'un coup. Il n'y avait plus rien, plus d'essence dans le moteur." Les efforts consentis lui coûtaient l'entame du dernier set, puisqu'elle commettait encore une double faute sur la première balle de break (2-0) et ne marquait pas un point au jeu d'après (3-0). Ce qu'explique la Française après la rencontre: "j'ai payé les efforts accomplis depuis un mois, tous  les matches longs que j'ai joués. J'ai essayé de me battre et je n'ai pas de  regrets car il n'y avait rien à faire. Je ne pouvais plus bouger, je commençais  à avoir des crampes dans les jambes". Visiblement éprouvée, très essoufflée, elle voyait s'envoler six balles de premier jeu, en délivrant notamment une double-faute, avant de remporter son service sur la septième (3-1). Avec son service performant, la joueuse d'outre-Rhin bénéficiait de plus de facilités pour le conserver (4-1), alors que Marion Bartoli perdait de plus en plus de lucidité, comme en sortant ce smash de fond de court pour offrir une balle de break, et la laisser en envoyant un revers dans le filet (5-1). Sabine Lisicki ne lâchait plus et se qualifiait pour la première fois de sa carrière pour les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem, deux ans après s'être arrêté en quarts de finale ici-même. Après sa demi-finale à Roland-Garros, Marion Bartoli confirme ses progrès et sa constance nouvelle. Mais elle ne reverra pas le dernier carré londonien quatre ans après sa finale.

"Il faut rester positive et retenir les  bonnes choses que j'ai faites depuis un mois", a conclu la Française de son côté qui reste sur 17 victoires lors de ses 20 derniers matches. "Je suis déçue par le résultat mais je ne m'en veux pas car j'ai tout  donné. La leçon que j'en tire, c'est peut-être de ne pas jouer de tournoi juste  avant un Grand Chelem. Je crois que je peux être fière de moi." En attendant un repos bien mérité. Son prochain objectif sera l'US Open qu'elle va aborder avec une  philosophie différente. "Ces dernières années je jouais tous les tournois sur  dur et j'arrivais cramée à l'US Open. Cette fois je vais alléger ma préparation  en disputant trois tournois au maximum. J'ai gagné là-bas en juniors et le dur  est une surface qui me convient bien", rappelle l'Auvergnate qui s'est  découvert de nouvelles ambitions lors de ses folles dernières semaines.