L'exploit de Ugo Humbert, vainqueur de Felix Auger-Aliassime, et qualifié en deuxième semaine

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Ugo Humbert lève le point durant son match contre Felix Auger-Aliassime au 3e tour de Wimbledon
Ugo Humbert lève le point durant son match contre Felix Auger-Aliassime au 3e tour de Wimbledon | Ben STANSALL / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'exploit du jour, c'est pour Ugo Humbert ! Le Français a dominé au 3e tour du tournoi de Wimbledon Felix Auger-Aliassime de la tête et des épaules dans le duel des jeunes pousses vendredi en trois sets (6-4, 7-5, 6-3) et 2h09 de jeu. Impressionnant, le Tricolore de 21 ans s'offre son premier billet en huitièmes de finale d'un Grand Chelem, et il aura le droit à une affiche de rêve contre le numéro un mondial Novak Djokovic.

Dans l'affrontement des jeunes premiers, le plus costaud, c'était bien Ugo Humbert ! Le Français s'est offert le luxe de faire tomber Felix Auger-Aliassime, le futur crack du tennis mondial et tête de série numéro 19, au 3e tour du tournoi de Wimbledon. Pour le joueur de 21 ans, c'est un véritable acte de naissance et une première qualification en huitièmes de finale d'un Grand Chelem. Un sacré exploit pour celui qui n'avait jamais joué chez les grands sur le gazon londonien avant cette édition 2019.

Le Messin n'avait même jamais joué sur herbe il y a tout juste un mois. La révélation est totale et elle est surtout amplement méritée. Car Humbert ne doit sa victoire à personne. Celui qui avait profité de l'abandon de Gaël Monfils au 1er tour a fait preuve d'une maîtrise remarquable contre un adversaire de trois ans son cadet mais déjà bien plus exposé et attendu. Pris à la gorge par un Frenchie accrocheur avec son magnifique revers, Auger-Aliassime n'a pas eu le moindre répit de la rencontre. Le Canadien a, il est vrai, bien aidé son adversaire en début de rencontre en gaspillant de nombreuses balles, notamment sur coup droit. Comme si nouvel habitué était le plus tétanisé des deux hommes sur le court N.1.

Sept jeux consécutifs

Aux commandes du match avec une première manche remportée 6-4 sur son service, Humbert n'aura flanché que lors de sa première mise en jeu sur son service en début de deuxième manche. De cette légère décompression est née une rébellion en totale décontraction. Sans paniquer, le 66e joueur mondial n'a rien forcé, même quand son vis-à-vis revenait à un niveau de justesse plus conforme à sa magnifique explosion des derniers mois. Humbert a enchaîné les claques de sa main gauche pour glaner sept points de rang et débreaker alors que FAA servait pour s'offrir le deuxième set. Impressionnant sur sa première balle et ce slice extérieur caractéristique, le protégé de Cédric Raynaud n'a plus eu ensuite à qu'à faire fructifier sa bonne passe, avec des points sur revers de très haut niveau. De 2-5, Humbert est passé à 7-5, 2-0 dans le troisième set. Imparable.

Le contraste entre Humbert en total contrôle et Auger-Aliassime de plus en plus fébrile (à l'image de sa double-faute pour offrir le break au Tricolore à 5-5 dans le deuxième set) se faisait de plus en plus frappant. Comme si Ugo Humbert et ses 21 ans avaient toujours été là. Le Nord-Américain avait beau se reprendre à nouveau dans son match sinusoïdal, le train était passé, avec Humbert comme chef de locomotive. Très solide jusqu'au bout, et même irrésistible avec trois aces de rang pour conclure son dernier jeu de service, Humbert pouvait serrer le poing. Ce vendredi, il vient peut-être d'exploser aux yeux de tous les observateurs, lui qui remportait son premier tournoi Challenger en août 2018.

Un tout autre défi attend désormais sa belle montée en puissance. En huitièmes de finale, Humbert se frottera à ce qui se fait de mieux en la personne de Novak Djokovic. Même si le numéro un mondial a peiné ce vendredi pour se défaire du Polonais Hurkacz, il n'en reste pas moins le numéro un mondial qu'il sera difficile de faire tomber sur le gazon sur lequel il a déjà triomphé à quatre reprises. Pour le Français, la marche s'annonce haute. Reste à lui de faire preuve d'autant de décontraction que depuis le début du tournoi.