Caroline Garcia
Caroline Garcia | ANDREW COWIE / AFP

Garcia rate le coche, Cornet expéditive

Publié le , modifié le

Malgré trois balles de match en sa faveur, Caroline Garcia a dû s'incliner face à la Britannique Heather Watson lors d'un match interrompu la veille par la nuit (1-6, 6-3, 8-6). La locale affrontera Daniela Hantuchova pour une place au 3e tour. C'est également fini pour Pauline Parmentier, balayée par l'Espagnole Lara Arruabarrena, 85e mondiale, en deux sets, 6-4, 6-2. Pas de soucis en revanche pour Alizé Cornet, tête de série N.25, qui s'est imposée 6-2, 6-2 en 66 minutes face à la croate Ana Konjuh.

Rien ne va plus pour Caroline Garcia. Déjà sortie au premier tour par la jeune Croate Donna Vekic, 18 ans et 165e mondiale (3-6, 6-3, 6-2), la Lyonnaise, 33e à la WTA, a connu le même sort à Wimbledon. Cette fois, la manière a été encore plus cruelle puisque Garcia s'est procurée trois balles de match à 5-4 mais Heather Watson, soutenue par tout le public anglais, est parvenue à les écarter pour s'imposer finalement 8-6 dans cette dernière manche au couteau. Trop nerveuse, la Tricolore, qui ne s'était encore jamais arrêtée si tôt  à Wimbledon (3e tour en 2014, 2e tour en 2013),  a fini par payer ses nombreuses  erreurs (38 fautes directes, 10 doubles fautes).

Après une préparation frustrante et deux éliminations sur herbe au 1er tour  à Eastbourne et Birmingham qui suivaient sa sortie rageante en 8e à  Roland-Garros, Alizé Cornet est donc repartie de l'avant. L'an passé, elle s'était arrêtée en 8e à Wimbledon, après son exploit du 3e  tour contre Serena Williams. Un premier tour qui aurait pu être piégeux pour la Française puisque  Konjuh, qui avait commencé l'année à la 90e place mais se trouve actuellement à  la 55e,  a remporté le tournoi sur gazon de Nottingham il y a quelques  semaines, le 1er tournoi de sa jeune carrière. Au 2e tour, Cornet affrontera la qualifiée bélarusse Olga Govortsova, qui  n'a pas traîné contre la Roumaine Andreea Mitu (6-1, 6-1).

Déclarations : 

Alizé Cornet :  "Quand j'ai vu le tableau, je me suis dit qu'il  y avait un gros piège. Je l'ai suivie attentivement à Nottingham quand elle a  gagné son 1er tournoi et elle joue très bien. C'est un grand espoir de 17 ans,  je m'en méfiais énormément. Du coup, je suis rentrée encore plus concentrée et  finalement j'ai pris rapidement l'avantage. Ca c'est bien goupillé, j'ai fait  un match complet. Elle n'était peut-être pas non plus dans un bon jour. Je  n'avais peut-être pas eu la meilleure entrée en matière, mais par expérience,  je sais qu'il me faut deux semaines pour être bien sur gazon. Ca n'a pas loupé  et ma préparation était peut-être un mal pour un bien. Ce sont les Grands  Chelems qui comptent avant tout et si je fais un bon Wimbledon, tout sera  oublié. Ma prochaine adversaire (la Bélarusse Govortsova, ndlr), je la connais  bien. On s'est joué quelques fois et en 2007 sur gazon, elle m'avait battue.  Cela ne m'étonne pas qu'elle soit passée. Je m'en méfie énormément. Elle frappe  à plat, elle sent bien le jeu".