Gasquet, Wawrinka, Simon et Federer
Richard Gasquet face à Stan Wawrinka, Gilles Simon contre Roger Federer, en quarts de finale de Wimbledon | AFP

Federer-Simon, Wawrinka-Gasquet, deux duels franco-suisses pour un exploit

Publié le , modifié le

Huit mois après la finale de la Coupe Davis entre la France et la Suisse, Richard Gasquet et Gilles Simon sont face à deux montagnes suisses, lors des quarts de finale du tournoi de Wimbledon. Si Gilles Simon a battu deux fois Roger Federer par le passé, il ne l'a plus fait depuis 2008, et reste donc sur cinq revers de suite contre le septuple roi de Wimbledon, finaliste l'an dernier pour la deuxième fois de sa carrière. Il n'aura pas la faveur des pronostics. Ce sera moins le cas de Richard Gasquet, opposé à Stan Wawrinka. Les deux se sont affrontés deux fois sur le circuit (1-1), et disputent un quart à Londres pour la deuxième fois de leur carrière. L'Helvète n'a jamais été plus loin, contrairement au Biterrois, mais il a remporté son deuxième tournoi du Grand Chelem, à Roland-Garros.

Demi-finaliste à Wimbledon en 2007, Gasquet n'avait plus mis les pieds en  quarts à Londres depuis. Le Biterrois, 29 ans, avait toutefois vécu un autre  quart lors de son épopée jusqu'en demi-finale à l'US Open en 2013. A 30 ans, Simon, lui n'en avait disputé qu'un seul en Grand Chelem: en 2009  en Australie où il avait été battu par Rafael Nadal. On attendait plutôt cette année Tsonga, demi-finaliste à Roland-Garros,  dans le temple du tennis où il s'était déjà hissé deux fois dans le dernier  carré (2011, 2012). Mai Jo, impuissant face à l'avalanche d'aces (41) du Croate Ivo Karlovic au  troisième tour, a donné une occasion de briller à ses deux partenaires de Coupe  Davis.

La présence à ce niveau de Simon et Gasquet n'est cependant pas le fruit du  hasard. Ils sont tous deux les Français les plus titrés de l'ère moderne (12  titres) derrière Yannick Noah (23). La régularité de Gasquet en Grand Chelem est certaine. Contre l'Australien  Nick Kyrgios (7-5, 6-1, 6-7 (7/9), 7-6 (8/6)), le Biterrois a disputé son  dix-neuvième huitième de finale majeur. C'était le sixième dans le temple du tennis pour le 20e mondial, à qui il  manquait un petit chose pour franchir de nouveau le cap comme en 2007 où seul  Roger Federer l'avait stoppé en demie. Cette année-là, Gasquet avait réussi l'un des plus beaux matches de sa  carrière en quarts de finale contre l'Américain Andy Roddick, qui avait mené 2  sets à 0. Il n'a pas non plus toujours été gâté par le tirage. Huit de ses 19  huitièmes de finale, il les a joué contre des Top 10 (dont 5 membres du Top 5).

Une légende face à Simon

A Londres, s'il peut s'en vouloir d'avoir chuté en 2012 contre l'Allemand  Florian Mayer, Gasquet n'avait pas été verni quatre ans plus tôt en tombant  contre Andy Murray. "J'aurais dû faire un autre quart-de-finale cette année-là", estime  Gasquet, vaincu alors en cinq sets après avoir mené 2 manches à 0 (7-5, 6-3,  6-7(3/7), 2-6, 4-6).

Contre le Tchèque Tomas Berdych, N.6 mondial, écrasé en trois sets (6-3,  6-3, 6-2), Simon disputait pour la huitième fois les huitièmes de finale dans  un "Majeur". Mais sa régularité en Grand Chelem reste encore à démontrer. Son unique quart de finale (en 2009 à Malbourne), il l'avait disputé au  sortir d'une saison excellente, la meilleure de sa carrière, où il avait  disputé le Masters et obtenu des victoires de prestige, dont deux contre Roger  Federer (Canada, Masters) et une à Madrid face à Rafael Nadal, alors N.1  mondial.

Qu'est-ce qui a empêché Simon de réaliser de nouvelles performances ? "Si  je n'ai que deux quarts (à Wimbledon), c'est que je n'étais pas capable de  faire mieux", souligne l'intéressé. "J'ai essayé d'améliorer beaucoup de choses. Mes résultats en Grands  Chelems sont meilleurs ces trois dernières années. Il y a eu quelques moments  où cela pouvait passer, cela ne s'est pas fait, parfois pour pas grand chose.  Aujourd'hui je suis en quart avec des chances de faire mieux encore", ajoute  celui qui a réalisé sa meilleure préparation sur herbe, marquée par une  demi-finale au Queen's et un quart à Nottingham. Ne lui manque plus, comme à Gasquet, qu'à se hisser à son meilleur niveau  mercredi lors d'un défi vertigineux contre Federer, N.2 mondial et maître des  lieux avec ses sept titres à Wimbledon.

AFP