Roger Federer Wimbledon
Roger Federer | ANDREW YATES / AFP

Federer princier

Publié le , modifié le

Roger Federer s'est facilement qualifié pour le troisième tour aux dépens de l'Italien Fabio Fognini (6-1, 6-3, 6-2) sous les yeux du prince Charles, en visite au All England Club pour la première fois depuis 1970. Le Suisse retrouvera le Français Julien Benneteau, vainqueur de l'Américain Russell (7-6, 2-6, 6-4, 7-5). Richard Gasquet a déroulé face au Belge Ruben Bemelmans (6-3, 6-4, 6-4). Novak Djokovic a disposé en fin de soirée de Ryan Harrison (6-4, 6-4, 6-4).

LE TABLEAU MASCULIN DE WIMBLEDON

Programmé sur le court N.1 pour son entrée en lice, Roger Federer a retrouvé le court central où il a remporté six finales. Habitué des lieux, il a pourtant fait la connaissance d'un spectateur prestigieux en la personne du Prince Charles. Devant la "Royal Box", il a fait sa révérence au prince de Galles, qui était accompagné de son épouse Camilla Parker-Bowles avant de mettre à genoux son adversaire. Le Fed-Express était de sortie pour ce 2e tour à Londres. Après n'avoir laissé que trois jeux au premier tour à l'Espagnol Albert Ramos, le Suisse a de nouveau réussi une démonstration contre un adversaire qui n'a pas semblé croire vraiment en ses chances. A l'abri derrière une très bonne première balle (13 aces), Federer n'a eu à défendre aucune balle de break et a lui-même pris six fois le service de son rival, classé 68e à l'ATP. "Je suis très content de ma performance. Je sers bien, je bouge bien, je suis très satisfait aussi de ma concentration", a déclaré Federer.

Le Suisse retrouvera au 3e tour Julien Benneteau, convaincant face à l'Américain Michael Russell (7-6, 2-6, 6-4, 7-5). Fait assez rare pour être souligné, les deux joueurs présentaient des statistiques quasiment similaires à l'issue du match : 73% de points gagnés derrière sa première balle pour Benneteau, 75% pour Russell, 31 montées victorieuses au filet sur 44 pour le Français, 31 sur 43 pour l'Américain, 48 points gagnants contre 47, 3 balles de breaks converties sur 6 pour les deux hommes, même nombre de fautes directes (18) et 126 points gagnés chacun ! C'est dire si le Français a su faire la différence sur les points clés de cette rencontre...

Gasquet au taquet

David Ferrer a quant à lui dû s'y reprendre à deux fois pour se défaire de l'Allemand Dustin Brown (7-6 (7/5), 6-4, 6-4) dans un match du premier tour interrompu par la pluie, et la nuit, mardi. L'Espagnol, qui reste sur un succès probant au tournoi de Bois-le-Duc, retrouvera le Français Kenny de Schepper au second tour. Pour Jérémy Chardy, en revanche, c'est déjà fini. Vainqueur du tournoi chez les juniors en 2005, le Tricolore a chuté face au coriace Argentin Juan Monaco (6-2, 3-6, 6-3, 7-6), tout comme pour Guillaume Rufin, sorti par l'Espagnol Nicolas Almagro  (6-2, 5-7, 6-2, 6-4). Ce dernier devra affronter un Français d'un tout autre calibre au prochain tour en la personne de Richard Gasquet. Ce dernier, opposé au Belge Ruben Bemelmans, a impressionné par la solidité de son jeu : 82% de points gagnés derrière son premier service et seulement 9 fautes directes. Son duel de revers face à Almagro promet énormément... 

Djokovic froidement réaliste

Alors que tous les matchs en cours s'interrompait à la tombée de la nuit, les projecteurs étaient se sortie sur le Centre Court pour permettre à Novak Djokovic de clore la journée. Opposé à l'Américain Ryan Harrison, le n°1 mondial n'a pas forcé son talent, accélérant juste ce qu'il fallait au moment opportun. En bon gestionnaire, le serbe convertissait ainsi les trois balles de break qu'il se procurait dans le match pour s'imposer sur un score impitoyablement linéaire (6-4, 6-4, 6-4). Au prochain tour, il affrontera le Tchèque Radek Stepanek (N.28) ou l'Allemand Benjamin Becker.

Déclarations :

Julien Benneteau : "C'était un adversaire coriace. A un moment donné, j'étais malmené. J'ai eu un coup de barre au début du deuxième set. Un coup d'hypoglycémie, je n'avais plus de jus, je transpirais, je voyais trouble. Heureusement, je suis resté à portée de fusil au troisième et j'ai réussi à m'en sortir. (Au sujet de Roger Federer son adversaire au prochain tour) ici il est un peu chez lui. Il a gagné six fois, il a fait des matches exceptionnels. Il a un jeu naturellement efficace sur gazon. C'est la surface sur laquelle il est le plus fort, encore peut-être plus maintenant. Il a l'air relativement bien, alors qu'il a parfois des débuts de tournoi difficiles. Il paraît plus agressif en retour. Maintenant, je ne m'avoue pas vaincu. C'est un match fabuleux à jouer. Il faudra y aller avec un esprit conquérant et essayer de sortir du match sans regret. Peut-être aura-t-il un jour sans et si c'est le cas, il faudra être présent."

Richard Gasquet : "C'est toujours pénible (de débuter un match aussi tard). On a une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Donc, je suis content d'avoir gagné rapidement et d'avoir fini avant la nuit. Il y a toujours le risque de s'engager dans un match difficile. Pour l'instant, je n'ai rien fait. Je suis tête de série, je me devais d'être au troisième tour. Mais ce n'est jamais facile. (Au sujet de l'Espagnol Nicolas Almagro, son adversaire au prochain tour) Il est plus fort sur terre battue, mais c'est un joueur très talentueux. Il sert très fort. Il faudra faire un gros match pour le sortir. Il y a quelque chose à faire, mais ça reste un très bon joueur."

Julien Lamotte