Roger Federer, Stan Wawrinka, Wimbledon
Roger Federer étreint son compatriote Stan Wawrinka sur le Centre court de Wimbledon | TOBY MELVILLE / POOL / AFP

Federer passe sur Wawrinka pour aller en demie

Publié le , modifié le

Vainqueur de son compatriote Stanislas Wawrinka en quatre sets (3-6, 7-6, 6-4, 6-4), Roger Federer retrouve le dernier carré de Wimbledon. Pour revenir en finale, deux ans après son dernier titre sur le gazon londonien, l'ancien N.1 mondial devra prendre le dessus sur Milos Raonic, tombeur de la sensation australienne Nick Kyrgios.

Les progrès de Stan Wawrinka sur herbe sont évidents. Mais le Vaudois n'a pas encore le niveau pour faire tomber le maître de l'herbe, son compatriote Roger Federer. Présent en quart de finale pour la douzième fois en seize participations au Majeur londonien, l'ex-numéro un mondial a fait valoir sa supériorité au terme de quatre manches disputées. "Avec Stan, on se connaît depuis longtemps et c'est toujours difficile  quand vous connaissez quelqu'un si bien, a confié le vainqueur du jour à l'issue d'un combat de 2h33. Il a très bien joué dans les deux premiers sets et ensuite il a un peu lutté physiquement. Je suis vraiment heureux, on a joué à un très haut niveau tous les deux aujourd'hui". Pour son premier quart de finale dans la capitale anglaise, "Stan the man" a fait belle figure. Eliminé dès son entrée en lice au All England club ces quatre dernières années, le Suisse arrivait en pleine confiance après avoir battu avec autorité Feliciano Lopez, spécialiste de l'herbe vainqueur à Eastbourne et finaliste au Queen's cette saison.

Federer relève la tête

Sur un Centre Court bien rempli et plutôt acquis à la cause de son adversaire, le lauréat du dernier Open d'Australie a semblé décomplexé. Ses lourdes frappes faisaient mouche et lui permettaient de breaker une fois Federer dans la première manche pour prendre les devants sur sa deuxième balle de set (6-3). "C'était tellement décevant d'avoir perdu dès le 2e tour l'an passé, que c'est bon d'être de retour en demi-finale pour la 9e fois ici", confiait "Rodgeur" à l'issue du match. Alors, pour effacer sa déroute contre le modeste ukrainien Stakhovsky il y a un peu plus d'un an, l'élève de Luthi et Edberg a relevé le gant. Gêné par la puissance du troisième joueur mondial, le septuple vainqueur de Wimbledon a serré le jeu sur son service pour ne pas connaître pareille mésaventure que dans le set inaugural. Il obtenait même deux balles de break, sauvées par son coéquipier en Coupe Davis. Dans le jeu décisif, il haussait le ton. Une splendide volée amortie puis une faute de Wawrinka lui offrait trois balles de set. Malgré le baroud d'honneur de son ami, il concluait sur un service volée d'école qu'Edberg a dû apprécier (7-6). 

Wawrinka s'accroche à la vie

Touché par la grâce de son compatriote, virevoltant sur le court comme à ses plus belles années, le disciple de Magnus Norman baissait le pied. Ses fautes directes se multipliaient autant que les passings autoritaires de son adversaire. Plus solide en retour, Roger Federer volait logiquement la mise en jeu de celui qui l'avait empêché d'ajouter le dernier Masters 1000 manquant à sa collection à Monte Carlo. Sur un coup droit sec long de ligne, le Bâlois prenait le large (4-3). Toutes voiles dehors, il confirmait son break avec un jeu blanc puis terminait le set sur un jeu de service impeccable (6-4). Le même scénario semblait se dessiner dans l'ultime manche. L'ancien roi du circuit aux 17 Grand Chelem faisait trébucher Wawrinka, profitant de ses trois fautes consécutives (3-1). Mais cette fois, le natif de Lausanne réagissait. Alors que Federer servait pour le match, "Stanimal" refusait de mourir. Il sauvait une balle de match, obtenait une balle de break puis faisait encore durer le suspense sur deux balles supplémentaires, avant que son aîné helvète ne l'achève d'un service gagnant sur le T. Pour la première opposition sur gazon de leur carrière, la seizième en tout, les deux Helvètes ont offert un superbe spectacle. Efficace au service et l'oeil affûté, Federer peut espérer une huitième victoire dans son jardin.

Raonic dans le viseur

Pour ce faire, en demi-finale, il aura encore besoin d'un grand service. Le Suisse va se coltiner un sacré cogneur en la personne de Milos Raonic. "Il est quand même dans le Top10. C'est un super serveur. Et ici, à Wimbledon, ça suffit pour passer. Contre lui, c'est assez facile: il faut se concentrer sur ses propres jeux de service. Je l'ai très bien fait jusque là et cela me donne confiance, analyse Federer. Et sur ses jeux à lui, je prendrai des risques, je ferai des choix et il faudra surtout prendre sa chance sur ses 2e balles. Je  crois qu'il n'aime pas trop le gazon, c'est peut-être un petit avantage pour moi.." Le Canadien a mis fin au superbe parcours de l'Australien Nick Kyrgios, tombeur de Richard Gasquet et Rafael Nadal, en quatre sets 6-7, 6-2, 6-4, 7-6. C'est sa première demi-finale en Grand Chelem. Il imite son jeune collègue Dimitrov et confirme la montée en puissance des jeunes loups du circuit. "Pour le jeu, c'est excitant de voir de  nouveaux visages comme Kyrgios, Raonic ou Nishikori, poursuit le Maître. Plusieurs frappent  maintenant à la porte même s'il n'y a toujours pas autant d'ados que je ne le  voudrais. Mais c'est compliqué de percer. Pour un jeune, ce n'est pas facile d'être régulier 3-4-5 matches en fin de tournoi." Raonic en sera-t-il capable?

Jerome Carrere