Roger Federer démarre dans la douleur
Roger Federer démarre dans la douleur | AFP - Glyn Kirk

Federer dans le fossé

Publié le , modifié le

Le Suisse Roger Federer, sextuple vainqueur de l'épreuve et tenant du titre, a été éliminé en quarts de finale par le Tchèque Tomas Berdych (N.12) 6-4, 3-6, 6-1, 6-4. Ce revers va faire tomber l'ancien N.1 mondial au 3e rang de l'ATP, derrière Novak Djokovic (N.3) qui s'est qualifié en battant le Taïwanais Yen-Hsun Lu 6-3, 6-2, 6-2 en 1h52. Un set de mise en jambes et une victoire pour Rafael Nadal (N.2) aux dépens de Robin Soderling (N.6) 3-6, 6-3, 7-6(4), 6-1.

Le tableau masculin de Wimbledon

A Roland-Garros, pour la première fois depuis 23 tournois du Grand Chelem, il n'avait pas atteint le dernier carré. Et Roger Federer semble avoir pris la mauvaise habitude de ne plus faire partie des tout meilleurs dans les tournois. Car à Wimbledon, c'est encore en quarts de finale que l'ancien N.1 mondial s'est arrêté. Un véritable affront pour un joueur qui avait fait de ces terrains en herbe son jardin. Il faut remonter à 2002 pour trouver trace de l'absence du Suisse en finale. Sept finales, six victoires, mais 2010 rimera avec seulement un petit quart de finale.

Sur le Court central tenu pour être le plus prestigieux au monde,Berdych a montré d'emblée qu'il ne craignait pas Federer en luiassénant un coup droit gagnant dès le premier point. Le Tchèque a étéle premier à faire le break au septième jeu en profitant d'un revers unpeu trop long du Suisse. Un autre revers raté a permis à Berdychd'empocher le premier set. Federer s'est relancé dès l'entame du setsuivant en prenant le service adverse et a recollé à une manche partouten lâchant un "Come on!" rageur. Mais il n'a rien pu faire dans lesdeux sets suivants, confronté à l'impassibilité de Berdych qui a sugarder ses nerfs alors qu'il était mené 0-40 et 2 jeux à 3 dans lequatrième set. Les seuls signes de tension sont apparus lorsque ledemi-finaliste du dernier Roland-Garros a servi pour le match. Federern'a pas su exploiter une balle de 5-5 et Berdych a scellé d'un coupdroit la plus belle victoire de sa carrière, sur sa deuxième balle dematch. "Je n'ai pas sorti les bons coups au bons moments. Lui, il a été bon quand il le fallait. Chaque fois qu'il a eu des occasions, il a su les saisir", a-t-il reconnu. Le Suisse a expliqué qu'il n'avait pas pu jouer à 100% de ses moyens à cause de douleurs au dos et à la cuisse. "Ce n'est pas une blessure, ce sont des douleurs, quelque chose de désagréable. Ca ne m'a pas permis de jouer comme je l'aurais voulu. C'est frustrant", a-t-il dit. "Je ne me sens pas bien depuis les deux ou trois derniers matches. Lajambe, c'est depuis Halle. Depuis, ça n'a jamais vraiment disparu. J'aiune raideur dans le dos depuis cinq ou six jours, et aussi en finale àHalle. Je n'étais pas mal au point de vouloir en finir le plus vitepossible. C'est seulement inconfortable. On ne peut pas jouerlibrement. Et quand on ne peut pas jouer librement, c'est le genre deperformance qu'on obtient. Etant donné les circonstances, je crois quej'ai joué un match correct. Il est allé chercher la victoire." Federer avait donné des signes de faiblesse dès le premier tour en frôlant la défaite face au Colombien Alejandro Falla, et même avant le tournoi. Pour la première fois, il avait perdu lors de sa préparation sur gazon, en finale de Halle, contre Lleyton Hewitt. Cette défaite va le rétrograder en 3e position à l'ATP, sortant du Top2 mondial pour la première fois depuis novembre 2003.

Le Tchèque, 13e mondial, atteint pour la première fois à 24 ans les demi-finales de Wimbledon et pour la deuxième d'affilée le dernier carré d'un Grand Chelem après Roland-Garros il y a un mois. Le champion aux 16 titres du Grand Chelem a multiplié les erreurs du fond du court. Il a surtout été inefficace sur les points importants, gâchant sept balles de break sur les huit obtenues. Berdych au contraire en a concrétisé 4 sur 6. "C'est difficile de décrire ce que je ressens en ce moment. C'est fantastique de battre un aussi grand joueur sur ce Central", a réagi le Tchèque. "La demi-finale à Roland-Garros m'a donné beaucoup de confiance. Je vais savourer ce résultat pendant les minutes et heures qui viennent avant de penser à ma demi-finale", a-t-il dit. Il a encore un peu de temps pour penser à Novak Djokovic, son futur adversaire.

Yen-Hsun Lu s'est arrêté également en quarts de finale. Beaucoup plus logiquement. Après avoir sorti Andy Roddick au tour précédent, le Taïwanais a fini par tomber sous les coups de Novak Djokovic. La fin d'un parcours exceptionnel pour le 82e joueur du monde, qui a tout de même obligé le Serbe à serrer le jeu, notamment lors de ce dernier jeu dans lequel il est passé à deux points du débreak. Après avoir échoué en quarts de finale l'an dernier, la tête de série N.3 retrouve quelques couleurs sur l"herbe de Londres, après avoir échoué en quarts de finale des deux premiers tournois du Grand Chelem de la saison. Comme en 2007, il sera donc dans le dernier carré. Mais il rêve certainement d'une autre finalité, puisqu'il y a trois ans, il avait dû abandonner au troisième set face à Rafael Nadal.

L'Espagnol a remis en marche son rouleau-compresseur. Dans la revanche de la finale de Roland-Garros, Robin Soderling a fait illusion un set, le temps d'infliger un sévère 5-1 avant de conclure 6-3. Puis, il a bien réussi à faire de la résistance dans la 3e manche, comblant son break de retard après avoir été mené (5-3), mais le jeu décisif lui a été fatal (7-4). En 2h43, le N.1 mondial a empoché son billet pour les demi-finales sur le score de 3-6, 6-3, 7-6 (7/4), 6-1. Après son forfait l'an dernier, l'Ibère se remet en situation d'atteindre la finale, pour la quatrième fois en cinq années. "Au début, il a très bien joué, très long, avec beaucoup de coupsgagnants. Tout a changé au début du deuxième set. C'est un rêve d'êtreà nouveau en demi-finale. Je suis très heureux de mon jeu", a déclaré la tête de série N.2. Et l'élimination de Roger Federer ajoute une petite cerise sur le gâteau, Nadal prenant une large avance au classement ATP face à son rival de toujours.