Eugénie Bouchard
La Canadienne Eugénie Bouchard, la joie contrôlée | AFP - CARL COURT

Eugénie Bouchard: "Pas une surprise pour moi"

Publié le , modifié le

Qualifiée pour la première fois de sa carrière pour une finale d'un Grand Chelem, Eugénie Bouchard est restée très sobre après cet exploit, à seulement 20 ans: "J'ai travaillé très dur pour cela. Je suis juste fière de moi. Pour être honnête, ce n'est pas une surprise pour moi. Ces résultats, je les attends. C'est juste un pas dans la bonne direction."

- Après deux demi-finales, cette première finale est-elle un soulagement?
Eugénie Bouchard:
"Je ne dirais pas que je suis soulagée, mais je suis contente d'être en  finale de Grand Chelem pour la 1re fois. C'est assez excitant. J'ai travaillé  très dur pour cela. Je suis juste fière de moi. Pour être honnête, ce n'est pas  une surprise pour moi. Ces résultats, je les attends. C'est juste un pas dans  la bonne direction.  Je ne m'étais pas fixé d'objectif particulier ici mais je  me suis toujours sentie bien pendant ces deux semaines. Après avoir été bonne  lors des derniers Grands Chelems, j'ai cru dès le début que je pouvais aussi  faire quelque chose de bien ici".
   
- Savourez-vous quand même un peu l'instant?
E.B.:
"Je vais profiter un peu de cette victoire mais il sera rapidement temps  de se reconcentrer. J'essaie de garder mes oeillères et de regarder devant moi,  même si j'essaie aussi d'apprécier ce que j'ai fait avant. Je suis encore dans  l'histoire du Canada. Mais le boulot n'est pas fini. C'est ça mon état  d'esprit. Il reste un match, je ne peux pas encore célébrer entièrement".

"Je ne laisse pas les choses m'affecter"

 
- Quelles conséquences ont eu sur vous les petits incidents lors du  premier set?
E.B.:
"Il s'est passé pas mal de petits trucs dans le match. Dans le premier  set, il y a eu deux pauses inopinées. La première pour lui (la Roumaine Simona  Halep, ndlr) permettre de se soigner et la 2e quand quelqu'un ne s'est pas  senti bien dans le public. Mais c'est assez rude d'arrêter au milieu d'un  tie-break. C'est intense et s'arrêter comme ça pendant trois minutes, ça plombe  le rythme. Je l'ai pris comme un défi. Ensuite, j'ai raté mon retour, ce  n'était pas terrible, mais après j'ai pu élever mon niveau. Je pense être  capable de ne pas me laisser distraire, surtout quand je n'ai pas la maîtrise  des choses. Je ne laisse pas les choses m'affecter. J'aime réaliser les choses  dans la difficulté."
   
- Pourquoi avez-vous eu du mal à conclure?
E.B.:
"Il y avait un peu de nervosité, mais j'avais eu à faire à ça lors des  matches précédents. Mais à l'intérieur, j'étais assez calme. Mon tennis n'a pas  été au top pendant le match, il y a eu des hauts et des bas. Mais je suis aussi  contente d'avoir bien joué quelques points quand même".

Ne pas être le prochain quelqu'un, "mais le premier moi"

- Comment vivez-vous les comparaisons avec Sharapova ou Kournikova?
E.B.:
"Je vois cela de deux façons. C'est un compliment d'être comparée à une  grande championne comme Sharapova. Mais je veux aussi être une personne à part  entière. Je ne veux pas être le prochain quelqu'un, mais le premier moi".

- Un petit mot sur Petra Kvitova, votre adversaire en finale?
E.B.: "Elle aime l'herbe, c'est sûr et a de bonnes armes. Je vais essayer  d'imposer les miennes. Quand elle a gagné, elle était relativement jeune et  n'était pas favorite. Cela avait été une petite surprise pour tout le monde.  Mais elle l'avait mérité".

   
- Avec Raonic, c'est en plus un peu l'année du Canada!
E.B.:
"On en a parlé un petit peu. Je suis toujours contente pour lui. Il joue  vraiment bien. Le rejoindre dans le Top10, c'est sympa. Je lui souhaite bonne  chance pour demain".

AFP

Wimbledon