Novak Djokovic et Andy Murray
Novak Djokovic et Andy Murray face-à-face | AFP

Djokovic-Murray, un classique en quête de légende

Publié le , modifié le

Pour la 19e fois, Novak Djokovic et Andy Murray s'affrontent, et pour la quatrième fois, il s'agit d'une finale d'un tournoi du Grand Chelem. Cet après-midi, à Wimbledon, les deux meilleurs joueurs du monde tenteront d'établir un sommet de jeu, ce qu'ils ont rarement fait l'un contre l'autre. Entre deux des meilleurs relanceurs du circuit, deux des plus solides défenseurs, l'important sera bien évidemment de sortir vainqueur du terrain. Ce serait la deuxième fois pour le Serbe, et la première pour l'Ecossais, titré sur ce court en août dernier, mais lors de la finale des Jeux Olympiques.

On n'en est pas encore aux 30 affrontements entre Rafael Nadal et Roger Federer, ni aux 35 entre Novak Djokovic et Rafael Nadal, ni les 34 entre Pete Sampras et André Agassi. Mais un duel entre Novak Djokovic et Andy Murray commence à devenir un classique du circuit masculin. Mais il n'en a pas encore écrit l'une des plus belles pages.

En cause, un style. Même jambes infatigables, même revers à deux mains, même ténacité en  défense, même service, même réticence à monter au filet, même efficacité en  première balle... la liste est longue des points communs aux deux adversaires,  qui ont aussi le même âge, 26 ans, à une semaine près, et la même taille ou  presque: 1,90 m pour Murray , 1,88 m pour Djokovic. Les deux champions ont bien sûr leurs différences, et même des caractères  opposés. Le pétillant Djokovic, toujours prêt à faire une blague, a le sang chaud des Slaves du sud et le sens du spectacle alors que Murray  est l'un des joueurs les plus austères du circuit, auquel ni les grandes victoires, ni les  publicitaires n'arrivent à arracher un franc sourire, mais qui est néanmoins capable des plus grosses colères sur le terrain.

Trois victoires de suite pour Djokovic

Têtes de série N.1 et 2, les deux hommes se retrouvent sans surprise en finale, dans un dernier match très attendu. Finalistes de trois des quatre derniers tournois du Grand Chelem (US Open 2012, Australian Open 2013 et désormais Wimbledon), ils commencent à avoir l'habitude de se battre pour une couronne. Pour leur deuxième duel sur gazon onze mois après la demi-finale olympique gagnée par l'Ecossais sur ce même court, Novak Djokovic semble avoir un petit avantage. Assuré de conserver sa place de N.1 mondial, menant 11 victoires à 7 et ayant remporté leurs trois derniers duels, le Serbe a surtout livré un énorme match, intense, en demi-finale contre Del Potro. S'il y a laissé beaucoup d'énergie, il y a aussi gagné de la confiance en sortant vainqueur d'un bras de fer monstrueux.

Mais avec l'appui d'un public tout acquis à sa cause, et dans une finale sur le Center Court qui lui rappellera forcément son sacre olympique si émouvant contre Roger Federer, Andy Murray a l'opportunité de succéder à Fred Perry, dernier Britannique sacré à domicile en 1936. Mais il devra sortir un match d'un tout autre niveau que ceux qui lui ont permis difficilement de battre Verdasco et Janowicz lors des deux derniers tours.