Novak Djokovic
Novak Djokovic a dû énormément s'employer | AFP - CARL COURT

Djokovic en finale de Wimbledon après un marathon contre Del Potro

Publié le , modifié le

Au terme de la plus longue demi-finale de l'Histoire de Wimbledon, Novak Djokovic (N.1) s'est qualifié pour la finale du tournoi en battant Juan Martin Del Potro (N.8) 7-5, 4-6, 7-6 (7/2), 6-7 (6/8), 6-3, après 4h43 de jeu. Pour la deuxième fois de sa carrière, le Serbe atteint la finale à Londres, et espère s'y imposer comme en 2011. L'Argentin peut nourrir bien des regrets au terme d'un match plein de courage qui aurait pu lui revenir, lui qui a sauvé deux balles de match dans le 4e set. Le Serbe affrontera en finale Andy Murray (N.2).

Juan Martin Del Potro a bien cru renouer avec son passé. Depuis 2009 et son sacre à l'US Open en battant Nadal puis Federer coup sur coup, l'Argentin est à la recherche de ce genre de performances majeures. En atteignant pour la première fois de sa carrière le dernier carré à Wimbledon (en Grand Chelem) malgré un genou meurtri, l'ancien 4e mondial avait un grand espoir. Un rêve accessible face à un Novak Djokovic qu'il avait battu à trois reprises en onze affrontements, dont lors de leur dernier duel cette année à Indian Wells, et lors de leur seul affrontement sur gazon, ici-même l'an dernier aux JO. Et pendant trois sets, Del Potro a tenu le coup, et a même eu l'occasion de prendre le dessus. 

Del Potro en résistant 

Après la perte du premier set en commettant deux fautes directes pour offrir le break au Serbe dans le dernier jeu (7-5), le Sud-Américain a d'abord dû s'accrocher, pour éviter de céder son engagement à (3-2). Puis, il renversait la tendance pour s'emparer du service adverse au jeu suivant (4-3), sauvant ensuite une balle de débreak en venant au filet pour remporter la deuxième manche (6-4). Dans le troisième set, le match hésitait à basculer. Le N.1 mondial était loin d'être impérial, devant sauver deux balles de break à (3-3) avant de prendre le jeu sur sa troisième occasion (4-3). Puis, c'était au tour de Del Potro de souffrir sur sa mise en jeu, sauvant à son tour trois balles de break consécutives, synonymes de balles de set. Et autant la tête de série N.8 s'est bien battue, autant Djokovic s'est montré peu réaliste, notamment sur cette tentative de lob qui ne dépassait pas la hauteur de l'épaule de son rival alors que les deux hommes étaient à la volée, sur sa troisième opportunité de conclure.

C'est donc le jeu décisif qui départageait les deux hommes. Et Juan Martin Del Potro craquait. A 3-2, alors que son rival avait raté son lob, il ne finissait pas et commettait la faute sur un deuxième smash, offrant un mini-break (4-2). Il commettait ensuite deux fautes directes (6-2) avant de subir un contre de revers sur son retour de coup droit pourtant supersonique. L'Argentin devait ainsi céder ce set (7/2), revenant sur sa chaise avec la tête dans son t-shirt. Après 2h50 de jeu, le N.1 mondial reprenait les commandes.

Djokovic laisse passer deux balles de match

Mais il ne parvenait pas à appuyer sur l'accélérateur avant le 7e jeu. Là, il bénéficiait de deux balles de break, et sur la deuxième, le coup droit adverse terminait sa course dans le filet, lui offrant un break crucial (4-3). Mais un peu comme lors de sa demi-finale à Roland-Garros contre Rafael Nadal, Novak Djokovic laissait l'Argentin revenir au jeu suivant, sur un phénoménal revers le long de la ligne de celui-ci (4-4). Les deux joueurs étaient de nouveau dos à dos. Et là encore, alors qu'il menait 0-30, le Serbe était incapable d'enfoncer le clou, commettant deux fautes et abandonnant le jeu (5-4). En cette fin de manche, les deux hommes enchaînaient les mauvaises décisions, ayant recours au challenge à mauvais escient. Mené 30-15 sur service adverse, Del Potro arrêtait l'échange, mais la vidéo confirmait que la balle était bonne (40-15). Du coup, il ne lui restait plus qu'un seul "Challenge", et il hésitait ensuite à le prendre sur un coup droit annoncé dehors mais qui aurait pu lui permettre d'égaliser à 40A. Finalement, il ne le demandait pas, laissant Djokovic revenir à (5-5), alors que le ralenti (qu'il ne voyait pas) prouvait que sa balle avait touché la ligne... Et dans le jeu décisif, il récidivait, stoppant un échange pour un challenge erroné (2-0 Djokovic), avant que celui-ci ne fasse de même pour un résultat aussi faux (3-2 Djokovic).

Le N.1 mondial faisait une nouvelle fois la différence au filet (5-4), et se procurait deux balles de match (6-4). Mais à l'image de l'ensemble du match, l'Argentin se battait encore comme un beau diable, venant au filet au terme d'un échange intense, pour voir le lob sortir des limites (6-5). Revigoré, Juan Martin Del Potro dirigeait cette fin de jeu décisif, et s'en emparait (8/6) sur un formidable retour. Après près de 4h de match, les deux hommes étaient de nouveau sur la même ligne, à deux manches partout.

Le gâchis de Djokovic, le courage de Del Potro

Face à l'un des plus gros physiques du circuit (avec Nadal), Juan Martin Del Potro devait logiquement voir ses chances de victoire s'amoindrir à mesure du temps passé sur le terrain, surtout avec son genou gauche strappé. Mais il était le premier à avoir une balle de break, à (2-2), après avoir été mené (40-15), mais Novak Djokovic l'effaçait, se procurant une balle de jeu sur laquelle il commettait une double-faute... Le match était acharné, indécis, mais le Serbe se rendait coupable de grosses erreurs à des moments importants. Comme à 3-2, pour le N.1 mondial qui, à 1m du filet, jouait croisé, direction anticipée bien en avance par l'Argentin qui remettait la balle dans le terrain, vide. Cela aurait pu le mettre à 15-30 sur service adverse. Il continuait à gâcher, ratant une balle de break dans ce même jeu, mettant une amortie dans la filet alors que tout le court était ouvert, montrant des signes d'hésitations, et parfois un manque de toucher de balle. Comme si le bras tremblait, comme si la lucidité n'était plus présente. Mais un secteur tenait bon: son jeu de défense, et particulièrement son retour de service. Face à cet énorme serveur, il n'avait concédé que 4 aces, alors que lui-même en avait aligné 22. 

A 4-3 pour Djokovic, après un énorme échange conclu par une amortie suivie d'un lob, le Serbe se procurait ensuite de nouveau deux balles de break. Touché physiquement, le Sud-Américain envoyait son coup droit hors des limites, offrant le break (5-3). Mais deux revers dans le couloir redonnaient l'espoir à l'Argentin (0-30). Mais "Nole" recollait à 30A, avant de sauver une balle de break, pour s'offrir sa troisième balle de match sur un service gagnant. Et sur un dernier revers le long de la ligne, le N.1 mondial l'emportait enfin.

Del Potro battu mais de retour

A Roland-Garros contre Nadal, Novak Djokovic avait perdu après avoir eu un break d'avance dans le 5e set. Cette fois, malgré la perte de la 4e manche après avoir eu deux balles de match, le Serbe a su réagir pour s'imposer, et se qualifier pour sa 11e finale en Grand Chelem. Il y affrontera Andy Murray, pour le 19e duel entre les deux hommes.

Vaincu en demi-finale du tournoi olympique par Roger Federer l'an dernier après plus de 4h de jeu et seulement trois manches, Juan Martin Del Potro sort encore de ce Center Court en perdant. Mais l'Argentin, qui n'avait plus atteint la moindre demi-finale en Grand Chelem depuis l'US Open 2009 et sa victoire, a prouvé qu'il était redevenu un membre des candidats aux victoires finales. Il ne lui reste plus qu'à y parvenir, n'ayant gagné cette saison que le tournoi de Rotterdam malgré ses deux succès consécutifs à Indian Wells contre Murray et Djokovic. A 24 ans, freiné par ses blessures au poignet qui lui avaient presque valu une saison blanche en 2010, l'Argentin est de retour.

Réactions

Juan Martin Del Potro (ARG, battu par le  Serbe Novak Djokovic): "J'ai très bien joué pendant plus de quatre heures et  demie. C'était un match de haut niveau. Il tapait très fort dans la balle.  J'étais près de le battre et je suis bien sûr triste mais dans quelques jours  je me rendrai compte de la grandeur de ce match. Il va rester dans les mémoires  pendant quelques années. Un ou deux points en ont décidé. J'ai joué mon  meilleur match sur herbe depuis longtemps mais ce n'était pas suffisant pour  battre le N.1 mondial. Il faudra que je tape encore plus fort en coup droit la  prochaine fois. Il m'a mis sous pression tout le temps, il a très bien retourné  et il mérite de gagner. Le public a vu les efforts que je faisais. Les gens  savent que ce n'est pas facile de jouer sa première demi-finale ici. Avec  Novak, en dehors du court, nous sommes très amis, mais sur le terrain c'est une  grosse bataille. Il m'a demandé plusieurs fois si mon genou allait. Il est très  fair-play et j'aime ça."

Novak Djokovic (SRB, vainqueur de  l'Argentin Juan Martin Del Potro): "J'ai déjà joué quelques matches épiques.  Celui-là sort du lot avec la finale de l'Open d'Asutralie contre Rafael Nadal  il y a deux ans. J'ai été poussé jusqu'à la limite. C'est un des matches les  plus excitants que j'ai joués. Le niveau de tennis était très haut, il y avait  beaucoup de points gagnants et peu de fautes. J'ai perdu un match long à  Roland-Garros il y a quelques semaines. La force physique et la capacité  mentale font la différence. Je pensais que si j'arrivais à rester dans  l'échange, comme je me sentais bien physiquement, j'arriverais à m'imposer.  J'ai beaucoup de respect pour lui. C'est un type bien aussi en dehors du court.  Il jouait extrêmement long et m'obligeait à reculer. Il y avait beaucoup de  tension, il fallait rester extrêmement concentré pour saisir les occasions.  C'est ce que j'ai fait dans le cinquième set. Pour la finale, ça ira. J'ai déjà  vécu ce genre de situation et j'ai réussi à récupérer."