Marion Bartoli
Marion Bartoli | AFP - CARL COURT

Cornet manque encore le coche

Publié le , modifié le

Marion Bartoli s'est qualifiée pour les 8e de finale de Wimbledon en dominant en deux sets, l'Italienne Camila Giorgi, 6-4, 7-5. La joie de la numéro 1 française contrastait avec la détresse d'Alizé Cornet dont la route s'est arrêtée au troisième tour face à l'Italienne, Flavia Pennetta lors d'une rencontre qu'elle aurait du gagner en 2 manches mais qu'elle a finalement perdu en 3, 0-6, 7-6 (7/4), 6-2. En 4 confrontations, c'est la 4e défaite de Cornet face à cette adversaire.

Bartoli, dernière rescapée

Marion Bartoli, tête de série n°15, est donc la dernière Française encore en lice. Face à la 93e joueuse mondiale, l'Italienne Camila Giorgi qui l'avait battue à Strasbourg cette année, la numéro 1 tricolore a pris sa revanche. Après un premier set maîtrisé, Bartoli a du serrer le jeu et jouer contre les éléments. Avant l'interruption à cause de la pluie, elle était menée 5-3 dans la deuxième manche, mais à la reprise, elle a trouvé les ressources pour renverser la vapeur et conclure le match après avoir empocher les 4 derniers jeux. Pour la quatrième fois de sa carrière, elle atteint les 8e de finale où elle rencontrera la Portugaise Michelle Larcher de Brito ou une autre Italienne, Karin Knapp. "Faire à nouveau une deuxième semaine ici me fait vraiment  plaisir. Ca a été une longue journée. Mentalement je réponds présent. J'ai plus  d'expérience que ma future adversaire mais il faudra que je me méfie. En  deuxième semaine d'un tournoi du Grand Chelem c'est un nouveau tournoi qui  commence, surtout ici avec ces deux jours de repos. C'est vraiment un gros  break et il faut savoir les gérer ces deux jours", a-t-elle assuré.

La Française a un vrai coup à jouer dans sa partie de tableau puisque la plupart des têtes de série, dont Maria Sharapova, ont été sorties. Pour l'accompagner, il ne reste que l'Américaine Sloane Stephens qu'elle pourrait rencontrer en quarts de finale. En conférence de presse, elle a toutefois voulu tempérer l'enthousiasme : "J'ai déjà fait quart de  finale ici voire mieux. Donc je ne vois pas ça comme une occasion en or. Déjà  ça m'enlève de la pression. Après je ne gère pas les choses comme ça. Favori,  pas favori, ce n'est pas du tout comme ça que je fonctionne. Ce qui m'intéresse  c'est de tout donner sur le court, de développer le maximum d'intensité, d'être  concentrée de ma première à ma dernière balle. Si après mon adversaire, quelque  soit son nom, joue mieux que moi, elle l'aura mérité."

Cornet manque encore le coche

Alizé Cornet pourra ressasser cette rencontre qu'elle avait en main. Elle a survolé les débats dans le premier set, avec beaucoup d'impact et de détermination, enlevant les sept premiers jeux du match avant de lâcher mentalement et perdre ses moyens, en subissant de le retour de son adversaire, 166e mondiale, qui a de son côté usé de toutes ses armes pour jouer le coup à fond. Encore une fois, la Française a manqué de consistance pour poursuivre dans un tableau qui était pourtant assez ouvert; elle n'a atteint qu'une seule fois les 8e de finale en Grand Chelem, c'était il y a déjà huit ans à l'Open d'Australie. "Il y a beaucoup de regrets et  beaucoup de déception. Le tableau s'était ouvert, c'est vraiment dommage.  J'avais l'impression d'avoir ce huitième de finale tout près. Je suis passé à  deux points de la victoire mais je rate un pénalty qui me fait très mal. Quand  je vois mon niveau de jeu, je pense que je suis sur la bonne voie. Mais là  c'est dur", a déclaré la Française après la rencontre.

Les résultats de vendredi à Wimbledon

Christian Grégoire