Arnaud Clément
Arnaud Clément | ADRIAN DENNIS / AFP

Clément, clap de fin

Publié le , modifié le

Battu lors des qualifications du tournoi de Wimbledon, Arnaud Clément a officialisé la fin de sa carrière. Si le Français disputera tout de même l'épreuve du double sur le gazon londonien, il a aussi d'autres projets dans le tennis à court ou moyen terme puisqu'il est fortement pressenti pour succéder à Guy Forget au poste de capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis.

Arnaud Clément n'a pas réussi à relever son dernier défi. "Je vais essayer de jouer Wimbledon, j'en ai vraiment envie", avait-il déclaré après avoir été sorti par le Belge David Goffin à Roland Garros. Battu par son compatriote Kenny De Schepper (6-7 (8/10), 7-6  (7/5), 6-3), l'Aixois ne pourra donc pas accéder une dernière fois au tournoi final du plus grand tournoi du monde. Personne ne lui en tiendra rigueur. Et lui-même ne semblait pas abattu par cette ultime défaite en simple. "C'est vrai que l'on a un sentiment particulier au moment de ranger ses raquettes à la fin du match et se dire que c'est terminé, mais je me sens très à l'aise avec cette décision. Pour moi, c'est le bon moment! Non, je ne ressens pas vraiment de tristesse", avouait Clément avec sa franchise habituelle. 

Les stripteases australiens

Au delà de son jeu, devenu tellement atypique face aux colosses du tennis actuel, ce sont surtout cette franchise, cette spontanéité qui manqueront le plus au public. Formidable combattant sur le court, où il compensait un déficit de puissance physique par une qualité de déplacement et un coup d'œil diaboliques, Arnaud Clément laissera l'image d'un joueur fair-play, mais aussi capable de faire le show, comme lors de ses fameux stripteases pendant l'Open d'Australie 2001, année où il atteint la finale à la surprise générale (battu par Andre Agassi). Au palmarès de l'ATP, "La Clé" laisse son nom aux tournois de Lyon (2000), Moselle (2003), Open 13 de Marseille (2006) et Washington 2006).

Si la raquette est rangée dans le sac, celui-ci n'est pas encore définitivement fermé. Dans un premier temps, Clément s'alignera une dernière fois en double à Wimbledon avec son compère de (presque) toujours, Michaël  Llodra, avec qui il avait remporté l'épreuve en 2007. Puis ce sera le début d'une nouvelle aventure. Qui pourrait le conduire à la tête de l'équipe de France de Coupe Davis ? Très apprécié des joueurs, l'ancien n°10 mondial n'a jamais caché que la fonction pouvait l'intéresser. "J'ai affiché ma volonté, ça me plairait énormément. On va savoir assez prochainement je pense. Je serais très heureux si c'est moi", a-t-il déjà déclaré. Une chose semble sûre, on n'a sans doute pas fini d'entendre parler d'Arnaud Clément. Et c'est tant mieux.

Julien Lamotte