Marion Bartoli
La joueuse française Marion Bartoli | MAXPPP - KERIM OKTEN

Bartoli : "sur le niveau de jeu, elle est favorite"

Publié le , modifié le

Sûrement pour évacuer la pression, Marion Bartoli a estimé que son adversaire Sabine Lisicki était "favorite sur le niveau de jeu" de la finale de Wimbledon entre la Française et l'Allemande samedi.

Pensez-vous avoir de meilleures chances qu'en 2007 contre Venus?
Marion Bartoli
: "Oui, car le contexte est différent. Cette fois j'ai joué une demie  rapide et je ne suis pas fatiguée, alors qu'en 2007, j'avais dû battre Jankovic puis Henin. Le match s'était terminé à sept heures du soir et dès le lendemain je devais affronter Venus Williams qui avait déjà gagné je ne sais pas combien de Grands Chelems. Mais je ne dois pas m'attendre à quelque chose de simple.  Sur le niveau de jeu, elle est favorite. Elle m'a battue les fois précédentes  et elle a éliminé des joueuses très fortes. Elle peut considérer que je serai  l'adversaire la plus facile qu'elle a jouée, mais ça peut se retourner contre  elle."

Pouvez-vous comparer votre style de jeu et celui de Lisicki?
M B
: "Nous tapons toutes les deux la balle fort et à plat. Je prends  peut-être la balle un peu plus tôt. Nous tentons toutes les deux le coup  gagnant du fond du court. C'est un gros point commun. Elle frappe très fort,  elle sert très bien, elle met beaucoup de pression. Elle a tous les coups du  tennis, elle avance dans la balle."

Comment pouvez-vous la gêner?
M B
: "Je sens bien la balle, cela ne va pas se dérégler. J'ai un jeu assez  simple techniquement et je ne vois pas pourquoi du jour au lendemain je n'y  arriverais plus. Les premiers jeux seront capitaux, ma façon de retourner son  service aussi. Je veux sortir du match en ayant l'impression que je ne suis pas  passée à côté. C'est un bonheur de jouer une finale de Wimbledon et je veux  profiter de ces moments qui n'arrivent pas tous les jours. En demi-finale,  j'étais en contrôle de ce que je faisais, jamais paniquée ni stressée. Je vais  essayer de garder ça."