Marion Bartoli
Marion Bartoli | AFP - GLYN KIRK

Bartoli, lendemain d'exploit et jour de match

Publié le , modifié le

Après avoir battu hier Serena Williams, quintuple lauréate à Wimbledon, Marion Bartoli ne va pas connaître de répit. Elle doit en effet disputer son quarts de finale contre l'Allemande Sabine Lisicki dès 14h, sur le court Central. Pour atteindra une deuxième fois cette année le cap des demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem (après Roland-Garros), la tête de série N.9 doit vaincre une jeune fille de 21 ans qui reste sur 2 victoires sur la Française, en 3 matches.

Trois jours après avoir mis ses parents hors des tribunes pour mieux parvenir à franchir le 3e tour, au lendemain d'avoir battu l'ancienne N.1 mondiale Serena Williams dans un match complet, Marion Bartoli se retrouve encore sur le terrain. Un quart de finale de Grand Chelem, cela ne se dénigre pas, d'autant plus que c'est le quatrième de sa carrière, et le deuxième consécutif après sa demi-finale à Roland-Garros. "Mon virus a disparu", déclarait-elle après sa victoire sur l'Amérciaine. "Samedi matin, j'avais le teint pâle, j'avais de la fièvre. Je n'étais pas dans mon état normal. Ce qui explique l'épisode avec mon papa. Maintenant, je ne veux pas m'exciter. Le tournoi continue, il faut se remettre dedans. Il faut revenir demain." Après deux matches très éprouvants nerveusement, aura-telle récupéré suffisamment pour défendre ses chances au mieux ? Elle aura besoin de toute son énergie pour dominer Sabine Lisicki. Si elle possède un net avantage au classement (9e mondiale contre 62e), elle reste sur deux revers consécutifs contre cette joueuse peu connue. C'était à chaque fois sur la terre-battue de Charleston (2009 et 2011), alors que leur premier affrontement avait été remporté, en 2008, par la Française, sur la gazon de Wimbledon. "Sabine, elle sert très fort et je me dis que le fait d'avoir affronté Serena va m'aider car aujourd'hui, j'ai pris des obus", glissait la tête de série N.9 après sa qualification pour les quarts de finale. "Sabine a remporté le tournoi de préparation à Birmingham. Elle a vécu deux graves blessures aux chevilles. Du coup, les difficultés par lesquelles elle est passée, ça lui a donné un autre caractère."

Dans l'ombre des Petkovic et Goerges, Sabine Lisicki fait partie de cette belle génération montante venue d'Allemagne. Son modeste 62e rang mondial doit être relativisé par ses nombreuses blessures qui l'ont empêchée de suivre une ascension plus flagrante. Mais si elle n'avait pas connu une cruelle défaillance physique et des crampes, elle aurait éliminé à Roland-Garros la Russe Vera Zvonareva (N.3) voici quelques semaines. Un gros service en plus des traditionnels coups forts du tennis féminin, voilà qui la distingue de certaines de ses rivales. En étant l'une des deux seules joueuses non têtes de série présentes en quarts de finale, elle pourra jouer totalement libérée face à une Marion Bartoli qui voudrait bien revivre les frissons d'une demi-finales d'un Grand Chelem, et pourquoi pas d'une finale à Londres comme en 2007 où elle avait également battu, mais en demi-finale, une N.1 mondiale, en l'occurrence Justine Henin. L'histoire se répétera-t-elle ?