Andy Murray, N.1 mondial et tenant du titre, éliminé en 1/4 par Querrey à Wimbledon

Andy Murray, N.1 mondial et tenant du titre, éliminé en 1/4 par Querrey à Wimbledon

Publié le , modifié le

A 29 ans, Sam Querrey a réalisé sa plus grande performance en carrière en se qualifiant pour les demi-finales du tournoi de Wimbledon, après une victoire sur le N.1 mondial et tenant du titre, Andy Murray, 3-6, 6-4, 6-7 (4/7), 6-1, 6-1. Le 28e mondial, tombeur de Jo-Wilfried Tsonga, n'avait jamais atteint le dernier carré d'un Majeur. Le Britannique pouvait perdre sa place de N.1 mondial en cas de victoire finale de Djokovic, mais ce dernier a abandonné après 1h03 de jeu contre Tomas Berdych. Murray demeure donc le N.1.

Deux derniers sets empochés en 49 minutes en ne laissant que deux jeux. C'est l'une des performances, parmi d'autres, de Sam Querrey dans ce quart de finale remporté de manière inattendue contre le N.1 mondial. Le 24e mondial s'est offert le sommet de sa carrière. Battre Andy Murray sur le gazon de Londres, qu'il a dompté à trois reprises (JO 2012 et deux titres sur le Majeur en 2013 et 2016), devant son public, en finissant par un 27e ace dans la rencontre, peu de gens auraient pu parier dessus. Sauf que l'Ecossais n'était pas à son top. Blessé avant le début de la "quinzaine du blanc" à la hanche, le tenant du titre avait paru rassurer les observateurs et lui-même. Sauf qu'il est tombé sur cet Américain, qui n'avait jamais fait mieux qu'un quart de finale en Grand Chelem (ici-même l'an dernier). Et encore, cela ne lui était arrivé qu'une fois dans toute sa carrière.

Querrey, le sommet d'une carrière

Pour les béotiens, Sam Querrey est d'abord un serveur. Du haut de son mètre quatre-vingt-dix-huit, il peut balancer des missiles destructeurs. Mais cela ne lui a que trop rarement permis de briller au plus haut niveau. Professionnel depuis 11 saisons, âgé de 29 ans, il n'a remporté que 9 tournois depuis ses débuts. Et hormis le Queen's (2010), déjà sur herbe, ce n'était jamais des épreuves de premier plan. Pourtant, en 2010, lors de sa victoire à Los Angeles, il avait battu en finale Andy Murray. Le seul échec précédant de l'Ecossais contre ce joueur en 8 rencontres passées. En début d'année, les deux hommes s'étaient affrontés au 3e tour de l'Open d'Australie, et le N.1 mondial l'avait emporté sans céder un set. Mais aujourd'hui, rien n'a tourné comme prévu pour lui. 

D'abord au service. 8 petites aces, c'est très peu sur cette surface pour un joueur comme lui. Surtout quand on ne marque que 60% de points sur 1res balles, et que ce ratio tombe à 40 sur 2nd service. Au retour aussi, puisque Murray est l'un des meilleurs du circuit dans cet exercice mais qu'il n'a fini la rencontre qu'avec 27% de points marqués en retour, et que son adversaire a atteint les 84% de points sur son 1re service.

Murray: "J'ai tout donné"

A l'issue de la 3e manche, qu'il a remportée au jeu décisif, l'Ecossais a ostensiblement baissé de pied. Souffrant de la hanche, ce qui l'avait contraint à renoncer à deux matches exhibition la semaine précédant Wimbledon, il ne pouvait plus se déplacer comme il le voulait. Face à ce cogneur, le handicap était trop important. "Je ne risquais pas d'aggraver ma blessure en continuant donc j'ai insisté et essayé de trouver une solution (pour remporter le match)", a expliqué l'Ecossais de 30 ans, lauréat l'an passé d'un deuxième titre à Londres. "J'ai un problème à la hanche depuis longtemps. Cela me fait mal. Mais j'ai fait de mon mieux, j'ai tout donné et j'en suis fier".

Pour la première fois de sa carrière, Murray tombe à Wimbledon face à un joueur classé au-delà de la 20e place mondiale. Pour la première fois depuis Andy Roddick en 2009, un Américain disputera la demi-finale à Londres. Et il devient le premier depuis Tipsarevic en 2007 à enchaîner trois victoires en cinq sets ici. "C'est super. C'est un rêve qui devient réalité surtout à Wimbledon, un tournoi vraiment spécial pour moi", a réagi Querrey, qui jouera sa première demi-finale lors de son 42e tournoi du Grand Chelem.

Djokovic, l'occasion ratée

Au-delà de cette défaite, Andy Murray aurait pu perdre sa place de N.1 mondial. Eliminé en quarts après avoir gagné l'an dernier, il va perdre 1640 points sur les 2000 qu'il mettait en jeu. Novak Djokovic, qui avait 90 points à défendre, en a déjà gagnés 360 en atteignant les quarts. Il n'a plus que 1425 de retard sur le Britannique. Une victoire et le Serbe retrouverait non seulement le chemin du succès dans un Majeur, après plus d'un an d'insuccès (Roland-Garros 2016), mais aussi le trône mondial. Mais il a été contraint à l'abandon en quarts de finale contre Berdych, alors qu'il était mené 7-6, 2-0.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Wimbledon