Dimitrov, Zverev, Kyrgios et Thiem
Dimitrov, Zverev, Kyrgios et Thiem | AFP

Zverev, Dimitrov, Thiem, Kyrgios: quatre As pour défier Nadal et Federer à Flushing Meadows

Publié le , modifié le

Alexander Zverev, Grigor Dimitrov, Dominic Thiem et Nick Kyrgios vont tenter de remporter leur premier tournoi du Grand Chelem à Flushing Meadows (28 août-10 septembre). Ces quatre outsiders sont les mieux armés pour contrecarrer les desseins des deux légendes du circuit : Rafael Nadal, de retour au sommet après trois années délicates, et Roger Federer, qui vise sa place sur un trône qu’il n’a plus fréquenté depuis cinq ans. L’Allemand, le Bulgare, l’Autrichien et l’Australien ont pas mal d’arguments à faire valoir sur le Decoturf new-yorkais pour faire souffler un vent de fraîcheur sur le tennis masculin.

Alexander Zverev (20 ans, numéro 6 mondial)

Vainqueur de cinq titres cette saison sur six finales disputées, Alexander Zverev a clairement franchi un cap dans la hiérarchie mondiale. Il est devenu le premier joueur né dans les années 90 à remporter un Masters 1000 (à Rome, succès 6-4, 6-3 face à Novak Djokovic) avant de remettre ça à Montréal début août (6-3, 6-4 contre Roger Federer, certes diminué par une douleur au dos). Le jeune allemand a brillé en indoor, sur terre et sur dur extérieur cette saison, preuve de sa capacité à bien jouer partout. Il n’y a qu’en Grand Chelem que le petit frère de Mischa coince pour le moment : il n’y a atteint les huitièmes de finale qu’une fois en neuf participations, en juillet à Wimbledon (battu par Milos Raonic) et n’a jamais franchi le deuxième tour à New York. Mais lorsqu’il est en forme, ça décoiffe. En coup droit comme en revers. Victorieux à Washington puis au Canada cet été en déroulant un tennis offensif et fluide, Zverev possède un potentiel évident qui devrait être bientôt récompensé. Reste à savoir si ce sera dès l’US Open où il aura la pancarte pour la première fois de sa carrière (beaucoup le placent sur le podium des prétendants avec Nadal et Federer). A la manière d'un Sampras ou d'un Safin, Flushing Meadows pourrait être le théâtre de son avènement au plus haut niveau.

Grigor Dimitrov (26 ans, numéro 9 mondial)

Lauréat de trois titres ATP cette saison dont le tout récent et prestigieux Masters 1000 de Cincinnati où il côtoie désormais les cadors de la décennie (Federer et Nadal), Grigor Dimitrov est peut-être enfin arrivé à maturité. Le surnom de "Baby Fed" a sans doute été trop lourd à porter pour le talentueux bulgare qui possède tous les coups du tennis. Etincelant en début d’année (titre à Brisbane, défaite mémorable en cinq manches serrées contre Nadal à Melbourne), l’ancien boyfriend de Maria Sharapova a subi un contrecoup au printemps, la terre étant sa moins bonne surface (battu dès le 3e tour à Paris par Pablo Carreno-Busta). Dimitrov a tout de même atteint la deuxième semaine en Majeurs lors de trois de ses quatre participations et il reste sur une défaite logique contre un grand Andy Murray l’an dernier en huitièmes de finale à New York. Complet, doté d’un bel arsenal offensif et désormais plus costaud en défense depuis qu’il a compris la dimension physique que requérait le tennis, le Slave se sent plus à l’aise sur le court et ça se voit. Il gère mieux ses matches. Ses succès sur Juan Martin Del Potro, John Isner (7-6, 7-6) et Nick Kyrgios à Cincy attestent aussi d’un progrès mental indéniable. Dimitrov est armé et il semble prêt à franchir le dernier obstacle qui sépare les très bons joueurs des champions.

Dominic Thiem (23 ans, numéro 8 mondial)

S’il n’a remporté qu’un seul titre cette saison (contre quatre l’an passé à cette époque de l’année), Dominic Thiem donne l’impression de continuer à progresser. Le stakhanoviste du circuit a notamment disputé sa première finale en Masters 1000 au printemps (défaite 7-6, 6-4 contre l’ogre Nadal à Madrid) et il s’est installé dans le top 10 mondial à force de régularité (victoire à Rio, finale à Barcelone). La terre battue est de loin sa meilleure surface (demi-finales à Roland-Garros en 2016 (Djokovic) et en 2017 (Nadal) après avoir éparpillé le Serbe façon puzzle) mais l’Autrichien se veut tout-terrain contrairement à son illustre compatriote Thomas Muster qui se délectait avant tout sur l’ocre. Thiem a atteint au moins les huitièmes lors de ses quatre derniers Majeurs dont la saison passée à New York (défaite contre Juan Martin Del Potro). Surpuissant du fond du court, le natif de Wiener Neustadt manque parfois d’un plan de jeu bien établi, contrairement à Zverev par exemple. Il n’en demeure pas moins redoutable pour n’importe qui dans un bon jour y compris Federer et Nadal qui n’arrivent pas à Flushing dans les meilleures dispositions a priori.

Nick Kyrgios (22 ans, numéro 18 mondial)

C’est le seul des quatre qui n’a pas encore gagné de titre cette saison. Le puncheur de Melbourne reste capable du meilleur comme du pire mais il semble moins irrégulier qu’avant. Son troisième et dernier trophée remonte tout de même à l’automne dernier, à Tokyo (victoire contre David Goffin). Finaliste du Masters 1000 de Cincinnati il y a quelques jours, le fantasque Australien a disputé quatre de ses cinq finales ATP sur dur, sa meilleure surface. Il lui reste à atteindre le dernier carré en Grand Chelem, ses meilleures performances étant des quarts de finale à Wimbledon 2013 (défaite contre Milos Raonic) et à l’Open d’Australie en 2015 (battu par Andy Murray). Décevant à Melbourne en janvier (sorti dès le deuxième tour, 10-8 au 5e set par Andreas Seppi), Kyrgios était passé tout près d’éliminer Roger Federer en demi-finales à Miami en mars (défaite 7-6, 6-7, 7-6 après 3h10 d’un combat de titans). Avant de retomber dans ses travers à Roland-Garros (battu au 2e tour par Kevin Anderson) et de se blesser à la hanche pour finalement abandonner au 1er tour au Queens comme à Wimbledon (contre Pierre-Hughes Herbert). Il a également qualifié l’Australie pour les demies de la Coupe Davis en apportant le point décisif contre Sam Querrey en avril. Il n’est jamais parvenu en deuxième semaine de l’US Open mais possède de sérieux atouts pour y briller dont une première balle de service puissante et un coup droit capable de faire pas mal de dégâts. Si ses démons ne reprennent pas le dessus.

Les cotes pour l’US Open
Federer 3,1
Nadal 3,9
Zverev 11
Murray 13
Cilic et Dimitrov 20
Thiem et Raonic 25
Kyrgios et Del Potro 50