Benoît Paire US Open
Benoît Paire | JEWEL SAMAD / AFP

US.Open: l'exploit de Paire, la balade de Tsonga, l'abandon de Monfils

Publié le , modifié le

Jo-Wilfried Tsonga, tête de série N.19, est passé sans trop de problème lundi au 1er tour de l'US.Open en dominant le Finlandais Jarko Nieminen 6-3, 6-1, 6-1. Mais la grosse surprise côté français est venue de Benoît Paire, qui a sorti le Japonais Kei Nishikori, finaliste du tournoi en 2014, et tête de série N.4, en cinq sets 6-4, 3-6, 4-6, 7-6, 6-4. Déception en revanche pour Gaël Monfils, touché au dos et contraint à l'abandon contre l'Ukrainien Illya Marchenko alors qu'il était mené 2-6, 6-4, 5-0.

Paire a sauvé deux balles de match dans le tie-break de la quatrième manche avant de s'offrir le tête de série N°4 et finaliste sortant au terme de cinq manches. Nishikori, battu par le Croate Marin Cilic l'année dernière, avait pourtant disposé de Paire lors de leurs deux dernières rencontres. Mais Paire, 41e mondial au classement ATP, qui n'a jamais fait mieux qu'un 2e tour à Flushing Meadows (en 2010, 2012 et 2014), a trouvé les ressources pour battre le Japonais.

La réaction de Benoît Paire

"C'est une belle victoire, sans  doute la plus importante de ma carrière contre l'un des finalistes ici à  Flushing en 2014. Mais je ne veux pas m'arrêter là... Quand j'ai vu le tirage  au sort, je me suis dit que cela allait être difficile. Il a atteint la finale  l'an dernier ici, je me suis dit qu'il fallait que je prenne du plaisir et que  je m'amuse. J'ai commencé le match en  étant offensif, je me suis senti en confiance, Kei était peut-être un peu  nerveux, puisqu'il avait beaucoup de points à défendre. A deux sets à un pour  lui, ce n'était pas facile pour moi, je ne me sentais pas bien physiquement, il  faut être honnête, j'ai eu pas mal de chance, car il a eu deux balles de match, je ne les ai pas sauvés, c'est lui qui me les a offerts, il était nerveux. Je  savais que je pouvais le battre, ce n'est pas comme si je jouais contre Roger  Federer, le jeu de Kei me convient, je sais que je peux le breaker. Cette victoire me donne confiance  pour la suite, le prochain match sera dur, c'est sans doute le plus difficile,  mais je ne veux pas m'arrêter là, je veux aller le plus loin possible"

De son côté,  Jo-Wilfried Tsonga n'a eu besoin que d'une heure et demie pour prendre la mesure de Nieminen, 105e mondial, en faisant preuve de beaucoup de lucidité et de sérénité. Au deuxième tour, il affrontera l'Espagnol Marcel Granollers qui a éliminé le Slovaque Lukas Lako 6-2, 6-3, 6-1.

Chardy passe, Monfils casse

Déception pour Lucas Pouille. Le 65e joueur à l'ATP s'est incliné en quatre manches contre le Russe Eygeny Donskoy. Le 139e joueur mondial, issu des qualifications, s'est imposé 6-2, 6-7, 6-2, 6-4. Et Pierre-Hugues Herbert a payé sa débauche d'énergie de  Winston-Salem où il avait disputé samedi sa première finale d'un tournoi ATP. L'Alsacien, qui a fait lundi son entrée dans le top 100 mondial, n'a rien  pu faire face l'Espagnol Roberto Bautista 6-3, 6-2, 7-6 (9/7).

Auteur d'une excellente tournée américaine, Jérémy Chardy s'est fait une petite frayeur pour son entrée en lice sur les courts de Flushing Meadows. Il a concédé un set à Ryan Shane, 1410e joueur mondial en simples, avant de s'imposer en quatre manches 6-2, 6-1, 6-7, 6-2. L'Américain était invité dans le grand tableau au titre de sa victoire dans le tournoi universitaire, une tradition à New York.  Au prochain tour, le Palois, tête de série numéro 27, sera opposé au Slovaque Martin Klizan, tombeur de Florian Mayer 6-7, 6-3, 6-3, 3-0 ab.

La belle journée des Français s'est terminée sur une grimace de douleur,  celle de Monfils, qui a abandonné contre l'Ukrainien Illya Marchenko alors  qu'il était mené 2-6, 6-4, 5-0. "Je n'arrivais plus à bouger et à servir comme je le souhaitais, mon seul  choix était d'arrêter, j'ai joué tout l'été blessé au dos", a souligné le N.3  français et 16e mondial. "En plus, j'ai chuté assez lourdement durant le match (dans le 2e set,  NDLR), je suis déçu", a admis le quart de finaliste de l'édition 2014.

Christian Grégoire