US Open : Victoria Azarenka, une défaite en finale mais une renaissance sur le circuit mondial

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Victoria Azarenka s'incline pour la troisième fois en finale de l'US Open
Victoria Azarenka s'incline pour la troisième fois en finale de l'US Open | AL BELLO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Battue en finale de l'US Open hier soir par Naomi Osaka en trois sets (1-6, 6-3, 6-3), la Biélorusse Victoria Azarenka est passée tout proche de remporter son premier tournoi du Grand Chelem depuis 2013. Une forme de renaissance sept ans après pour l'ancienne numéro 1 mondiale, qui a bataillé avec les blessures et a dû mettre sa carrière entre parenthèses avant de retrouver en cette fin d'année 2020 son tout meilleur niveau.

Sa renaissance aura donc un goût d’inachevé. Victorieuse il y a deux semaines du tournoi de Cincinnati, grâce au forfait en finale de Naomi Osaka, Victoria Azarenka s’est cette fois inclinée en finale de l’US Open face à la Japonaise, dans un match serré qui s’est joué en trois sets (1-6, 6-3, 6-3). Mais qu’importe, pour la Biélorusse de 31 ans, cette défaite en finale d’un tournoi du Grand Chelem concrétise tout de même un retour au plus haut niveau, que peu de gens pensaient encore envisageable. Et ses larmes à la fin du match à New York sont révélatrices de tous les efforts réalisés.

à voir aussi US Open : Naomi Osaka remporte son 3e tournoi du Grand Chelem et son 2e US Open en battant une Victoria Azarenka aux deux visages US Open : Naomi Osaka remporte son 3e tournoi du Grand Chelem et son 2e US Open en battant une Victoria Azarenka aux deux visages

Depuis 2013 et sa deuxième victoire d’affilée à l’Open d’Australie, Victoria Azarenka n’était plus parvenue à remporter le moindre tournoi du Grand Chelem. Sa dernière finale datait de la même année, ici-même, à New York. La faute dans un premier temps à plusieurs blessures qui l’ont fortement gênée et l’ont empêchée de confirmer son statut de numéro 1 mondiale. En 2016, la Biélorusse avait ensuite fait le choix de mettre temporairement un terme à sa carrière pour donner naissance à Léo, son premier enfant. Un tournant dans la vie d’Azarenka.

L'année 2020 pour tout changer

"Quand on devient mère, c’est un défi. Mais je suis persuadée que je peux être meilleure. Avoir un enfant te force à être organisée, disciplinée, patiente. Ça me force à prendre en considération différentes perspectives et je ne pense pas que je serais en mesure de faire ça si je n’avais pas mon fils", expliquait-elle il y a quelques mois. Déterminée à revenir au plus haut niveau, Azarenka avait dû patienter quelques mois de plus après la naissance de Léo, en raison de querelles judiciaires avec le père concernant la garde de l’enfant.

à voir aussi US Open : Revivez la finale dames entre Naomi Osaka et Victoria Azarenka US Open : Revivez la finale dames entre Naomi Osaka et Victoria Azarenka

Assignée à résidence en Californie entre août 2017 et avril 2018 pour régler cette affaire, Azarenka ne pouvait participer qu'à quelques tournois, rendant difficile sa quête du succès. L’année 2020 aura tout changé. Bien aidée par son nouvel entraîneur français, Dorian Descloix, la Biélorusse s’est recentrée et a travaillé son physique pour mieux (re)débuter la saison sur la surface dure des tournois américains. Toujours accompagnée de Léo.

"La plus grande différence, c'est que je m'amuse sur le terrain"

Très performante à Cincinnati, Azarenka a ensuite quasiment été intouchable à Flushing Meadows. Son premier set contre Osaka samedi soir a été dans la lignée de ses dernières performances, mais la Biélorusse n’aura pas su résister au retour dans la partie de la Japonaise. Malgré cette défaite en finale, sa troisième à l’US Open après celles perdues contre Serena Williams en 2012 et 2013, Azarenka peut se montrer satisfaite de ces dernières semaines : "Je pense que la plus grande différence, c’est que je m’amuse sur le terrain, ce qui ne s’était pas produit depuis longtemps", expliquait l’ancienne numéro 1 mondiale pendant le tournoi.

Sept ans après sa dernière finale en tournoi du Grand Chelem, Azarenka est donc de retour au plus haut niveau. "Il y a sept ans, après avoir gagné l’Open d’Australie et d’autres tournois, je jouais de manière régulière et on m’attendait en finale. Cette fois, je ne pense pas qu’on m’attendait à ce niveau. Mais c’est beaucoup plus marrant, plus épanouissant et agréable", expliquait Azarenka en conférence de presse avant la finale. Si elle a perdu contre Naomi Osaka samedi soir, la Biélorusse a donc confirmé à l’US Open sa renaissance sur le circuit mondial.