Roger Federer
Roger Federer éliminé de l'US Open | Getty Images - Clive Brunskill

US Open: Pas de quart pour Roger Federer

Publié le , modifié le

Roger Federer a vécu une nouvelle déception en 8e de finale à l'US Open face à l'Espagnol Tommy Robredo, qui l'a privé de retrouvailles avec Rafael Nadal. L'ancien "King" de New York (cinq fois titré de 2004-2008) s'est incliné 6-7 (3/7), 3-6, 4-6 face à un joueur qui ne l'avait jamais battu en dix rencontres et qui n'avait encore jamais atteint les quarts de finale de l'US Open.

"C'est extraordinaire, j'ai battu le meilleur joueur de tous les temps dans un tournoi du Grand Chelem. C'est un rêve, a réagi l'Espagnol de 31 ans. Roger n'a peut-être plus la même confiance que quand il était N.1, je savais que si j'avais des occasions, en ce moment il pouvait douter." C'est donc Robredo et non le Suisse de 32 ans qui retrouvera Nadal en quart de finale. Le Majorquin a eu trois balles de premier set face à l'Allemand Phillip Kohlschreiber (N.22) mais s'est imposé en quatre manches.

"Sans rien enlever à Tommy, je me suis en quelque sorte auto-détruit. Il a bien réussi à laisser la balle en jeu mais j'ai manqué trop d'occasions, je n'étais pas dans le rythme. C'était une prestation frustrante", a expliqué Federer. Forçant trop en coup droit, il a commis un nombre conséquent d'erreurs (43  fautes directes) et n'est parvenu à concrétiser que 2 balles de break sur 16. "La différence, c'est que j'ai gagné mes balles de break (4 sur 7) et pas lui", a d'ailleurs résumé l'Espagnol de 31 ans, qui n'avait gagné que trois sets au total face à Federer avant lundi.

Federer: "Ma régularité n'est pas revenue"

Il faut remonter à 2003 pour trouver une défaite aussi précoce de Federer à Flushing Meadows. Il faut aussi remonter à 2003 pour le voir manquer les quarts de finale de deux tournois du Grand Chelem consécutifs. Demi-finaliste de l'Open d'Australie, quart de finaliste de Roland-Garros, il avait été éliminé dès le 2e tour de Wimbledon par l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky lors de sa sortie la plus précoce en Grand Chelem depuis 2003.

Cet échec, suivi de deux défaites à Hambourg et Gstaad face à des joueurs classés 114e et 55e mondiaux, l'a relégué à la 7e place mondiale, son classement le plus bas depuis près de onze ans. "Ces trois derniers mois ont été difficiles, a concédé le Bâlois. Ma régularité n'est pas revenue, la régularité set par set, point par point, c'est  quelque chose qui a été difficile pour moi (cet été). C'est peut-être pour ça que j'ai perdu (contre Robredo)."  

Gilles Gaillard