US Open : Naomi Osaka remporte son 3e tournoi du Grand Chelem et son 2e US Open en battant une Victoria Azarenka aux deux visages

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Dupriez
La Japonaise Naomi Osaka laisse exploser sa rage de vaincre
La Japonaise Naomi Osaka laisse exploser sa rage de vaincre | JASON SZENES/EPA/Newscom/MaxPPP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Lauréate en 2018, Naomi Osaka a remporté l’US Open pour la deuxième fois de sa carrière en venant à bout de la Biélorusse Victoria Azarenka. La Japonaise, ancienne numéro une mondiale, a mis fin à une série vieille de 25 ans qui voyait la gagnante du premier set gagner le titre, pour l’emporter (1-6, 6-3, 6-3). Elle est couronnée pour la 3e fois en Grand Chelem, alors que son adversaire s'incline pour la 3e fois en finale à New York, 7 ans après sa dernière apparition à ce stade d'un Majeur.

Au courage, et malgré un début de match survolé par Victoria Azarenka, Naomi Osaka est parvenue à remporter un 3e titre du Grand Chelem (1-6, 6-3, 6-3). Deux ans après un succès acquis face à Serena Williams, la Japonaise l’a emporté face à la Biélorusse de 31 ans, au terme d’une affiche alléchante qui aurait dû avoir lieu en finale du Masters 1000 de Cincinnati il y a deux semaines. À seulement 22 ans, l’ancienne numéro une mondiale a prouvé aux yeux du monde entier qu’elle possédait un talent fou et un mental d’acier. 

Un tennis de rêve dans la première manche 

Face à une Naomi Osaka, dont les jambes et la tête paraissaient bien lourdes, empruntée en début de match, Victoria Azarenka imprimait une cadence folle grâce à un service presque parfait. La Biélorusse a servi 94 % de 1er service, une réussite qui frôlait l’indécence. En confiance, Azarenka profitait de cet avantage pour attaquer et dominer dans l’échange une Osaka en perdition qui offrait trop de points : 13 fautes directes. En 27 minutes de jeu, en ne commettant que 3 fautes directes sur l’ensemble de la manche, Victoria Azarenka prenait les devants en remportant logiquement la première manche (6-1). Depuis 25 ans, la joueuse qui remporte la première manche est couronnée à New York. On pensait alors que l’expérimentée Azarenka avait fait la différence. 

Tout proche du 3-0, un troisième jeu déterminant 

D'autant qu'elle poursuivait sa folle dynamique en prenant d’entrée le service de la Japonaise, pour mener rapidement 2-0. Mais le troisième jeu changeait le cours de la partie. Sur son service, et alors qu’elle brillait pendant tout le match, Azarenka concédait sa première balle de break de la partie. Naomi Osaka, qui n’en demandait pas tant, saisissait l’occasion de revenir dans le match. Tout proche de mener 3-0, et de prendre un avantage conséquent, Victoria Azarenka voyait son adversaire revenir sur ses talons. Le cours du match était bouleversé. Dominante, et en contrôle, jusqu’à cet instant, la Biélorusse perdait, peu à peu, de sa superbe, ne gagnant plus que 48 % des points derrière sa première balle. Titrée en 2018, Osaka gardait l’espoir de remporter un second titre en remportant la deuxième manche (6-3). Un set durant lequel la Japonaise réussissait 16 coups gagnants pour seulement 5 fautes directes. Sa capacité à rentrer, de nouveau, dans le court pour prendre le dessus dans l’échange faisait la différence. 

Sur la lancée d’un set réussi, Naomi Osaka poursuivait sa bonne dynamique en remportant son premier jeu de service pour faire la course en tête. Mieux, la Japonaise faisait le break pour mener rapidement (3-1). Le plus dur semblait fait, mais Azarenka, avec son orgueil de grande championne se procurait 3 balles de débreak. Osaka parvenait à les écarter et à remporter sa mise en jeu, malgré un service irrégulier, et à filer un peu plus vers une troisième victoire en Grand Chelem. Hélas, Osaka manquait 4 balles de 5-1 et voyait même Azarenka revenir à 4-3 après un break concédé naïvement par la Japonaise. Heureusement pour elle, l’espoir n’était que de courte durée pour la Biélorusse, Osaka faisant une nouvelle fois le break pour mener 5-3 et servir pour le gain du match. Après 1h53 d’effort, Naomi Osaka n'en croyait pas ses yeux sur le court Arthur-Ashe. La Japonaise remportait, au courage, un match qui était tout proche de lui échapper dans la seconde manche. Et "Vika" laissait couler quelques larmes, elle qui n'avait plus atteint la moindre finale en Grand Chelem depuis sa dernière apparition, ici-même, en 2013, face à Serena Williams, qui l'avait battue une deuxième année de suite dans cette finale new-yorkaise. Osaka lui assène une troisième défaite en finale à Flushing Meadows.