US Open : Naomi Osaka et Pablo Carreño Busta qualifiés pour les demi-finales

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Naomi Osaka durant son quart de finale de l'US Open 2020 contre Shelby Rogers
Naomi Osaka durant son quart de finale de l'US Open 2020 contre Shelby Rogers | MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La nuit new-yorkaise a été profitable aux revenants. Naomi Osaka s'est qualifiée pour les demi-finales de l'US Open mardi en dominant la surprenante Shelby Rogers (6-3, 6-4) pour retrouver le dernier carré d'un tournoi du Grand Chelem. Chez les hommes, l'expérimenté Pablo Carreño Busta a eu raison du jeune Denis Shapovalov dans un match renversant en cinq manches. Le voilà en demi-finale d'un Majeur pour la deuxième fois après… l'US Open 2017.

Cette fois, Naomi Osaka est bien de retour. La Japonaise sera au rendez-vous des demi-finales après avoir éliminé Shelby Rogers (6-3, 6-4), surprise de cet US Open dames 2020. Osaka n'avait plus été dans le dernier carré d'un Majeur depuis l'Open d'Australie 2019 et sa folle série qui l'avait vu s'emparer du trône du circuit féminin et faire naître la perspective d'un règne longue durée. Mais la joueuse, toujours aussi fermement impliquée dans le mouvement Black Lives Matter dans ce tournoi (elle rentre sur le court avec un masque portant le nom d'une victime noire de la police différente avant chaque rencontre), avait semblé s'essouffler et peiner à confirmer son statut et son talent. Contre la 93e joueuse mondiale, il n'en a rien été.

L'affiche avait pourtant tout du piège parfait, contre une joueuse qu'elle n'avait jamais dominée en trois confrontations. "Elle avait l'avantage parce qu'elle m'avait toujours battue. Donc j'avais un sentiment de revanche et je pense que mon attitude a été la bonne", s'est réjoui Osaka. Impériale sur sa mise en jeu (7 aces, 83% de points marqués sur 1re balle, 70% sur deuxième), la tête de série numéro 4 n'a laissé que très peu de munitions à son adversaire.

Mise sous pression, Rogers ne s'est pas démontée mais a manqué de justesse pour pouvoir renverser Osaka. La joueuse de Caroline du Sud a peut-être laissé passer sa chance dans le premier set en débreakant son adversaire immédiatement après la perte de son service à 3-2. Mais Rogers n'est pas parvenue à prendre l'ascendant et a finalement craqué sur les deux autres balles de break qu'elle a concédées dans la rencontre. 

A 22 ans, Osaka est paradoxalement la plus jeune joueuse encore en lice. Contre une autre Américaine, Jennifer Brady en demi-finale, elle partira de nouveau favorite face à une joueuse qui n'avait jamais fait mieux qu'un huitième de finale en Grand Chelem avant un US Open 2020 probant. "Elle a une faculté à varier les coups dont je suis un peu jalouse", a d'ailleurs souligné la Japonaise. A cette dernière de faire parler les stats : elle a jusqu'ici remporté les deux Majeurs dont elle avait pris part en atteignant le dernier carré.

à voir aussi US Open : Jennifer Brady qualifiée pour sa première demi-finale en Grand Chelem US Open : Jennifer Brady qualifiée pour sa première demi-finale en Grand Chelem

Carreño Busta, comme un air de déjà vu

Pablo Carreño Busta a dû, pour sa part, s'employer bien plus largement pour atteindre ce stade dans le tableau masculin. Après le psychodrame Djokovic qui lui avait offert une qualification sans même disputer un set entier en huitième de finale, l'Espagnol est cette fois resté 4h08 sur le court du Arthur Ashe Stadium pour se défaire de Denis Shapovalov. Le jeune Canadien n'a finalement cédé qu'en cinq sets aussi décousus qu'agréables (3-6, 7-6, 7-6, 0-6, 6-3).

Le "doyen" des quart-de-finalistes (29 ans) n'a pourtant rien eu de facile à se mettre sous la dent. Pour son premier quart de finale de Grand Chelem, Shapovalov ne s'est pas démonté et a fait parler sa force de frappe. Rapidement aux commandes après le gain du premier set, le 17e joueur mondial n'a jamais refusé le jeu et a fait parler son style : un service de plomb (26 aces) et une grosse présence au filet. Mais face au toujours juste Carreño Busta, il a manqué au natif de Tel-Aviv la constance nécessaire. Shapovalov a bien breaké le premier dans le deuxième et le troisième set. Pour à chaque fois voir Carreño Busta lui rendre la pareille sans s'affoler et remporter deux tie-breaks sans discussion (5, puis 4).

L'Espagnol n'a connu qu'une grosse frayeur, dans le quatrième manche quand des douleurs dans le bas du dos l'ont poussé à faire appel au kiné. Dans un temps faible, diminué, le serial contreur s'est soudainement montré sans défenses pour un set expédié 6-0 par Shapovalov. Il s'en est fallu d'un jeu, et de deux balles de break à 3-2 dans le cinquième set pour que Carreño Busta ne fasse céder le Canadien, battu malgré 76 points gagnants contre seulement 33 à la tête de série N.20 du tournoi. "Je suis détruit, mais très, très heureux, s'est-il félicité. Ces derniers mois ont été durs pour tout le monde. Je me sens chanceux de me retrouver là où je suis ce soir."

Comme en 2017, Carreño Busta domine Shapovalov à Flushing Meadows. Comme en 2017, il est en demi-finale de l'US Open. Et comme en 2017, il y retrouvera un joueur qui n'a jusqu'alors jamais disputé de finale de Grand Chelem, l'Allemand Alexander Zverev. Pour espérer perturber un peu plus les desseins de la vague de jeunesse qui déferle sur le tournoi.

à voir aussi US Open : Alexander Zverev, première demie à New York aux dépens de Borna Coric US Open : Alexander Zverev, première demie à New York aux dépens de Borna Coric