Rafael Nadal
Le joueur espagnol, Rafael Nadal | AFP - MATTHEW STOCKMAN

US Open: Nadal domine Djokovic

Publié le , modifié le

Rafael Nadal (N.2) a remporté son deuxième US Open en battant Novak Djokovic (N.1) en quatre sets (6-2, 3-6, 6-4, 6-1). Il enlève ainsi son 10e trophée de la saison, le 60e de sa carrière, son 13e titre du Grand Chelem à seulement 27 ans, et son deuxième grand titre de la saison après Roland-Garros. S'il ne dépassera pas le Serbe au classement ATP cette semaine, il ne fait aucun doute que ce sera le cas bientôt. Le record de 17 Majeurs détenu par Roger Federer pourrait bien tomber dans les années à venir.

Incroyable Rafael Nadal ! Malmené par Novak Djokovic durant les deuxième et troisième sets d'une finale superbe, il est parvenu à renverser la vapeur pour virer en tête avant de dérouler dans un quatrième acte à sens unique (comme le premier). L'Espagnol, invaincu cette saison sur ciment (22 victoires, 4  titres), affiche un bilan de 60 victoires et 3 défaites (toutes surfaces  confondues) et a atteint la finale de douze des treize tournois qu'il a disputés (dix titres). 

13 sacres en Grand Chelem sur 37 tentatives

Il effectue la meilleure saison de sa carrière alors même qu'il n'est  revenu qu'en février d'une sérieuse blessure à un genou qui l'avait éloigné  pendant sept mois et notamment privé des jeux Olympiques, de l'US Open et de  l'Open d'Australie. Avec ce nouveau triomphe dans un Majeur, il dépasse surtout l'Australien Roy Emerson pour prendre seul la troisième place  du classement des joueurs les plus titrés en Grand Chelem, derrière Roger  Federer (17) et Pete Sampras (14). Ce mythique record, qui paraissait innaccessible, est donc parfaitement susceptible de tomber dans les deux ou trois ans à venir (avec ce 13e sacre en Grand Chelem en 37 tournois, il dépasse le tiers de réussite).

Le Serbe et l'Espagnol se rencontraient pour la 37e fois, un record dans  l'ère Open. Nadal mène désormais 22 à 15 face à Djokovic (dont 8 à 3 en tournoi  du Grand Chelem). Il a égalisé à 3 à 3 en finale de Grand Chelem. A eux deux, Nadal et Djokovic ont remporté 12 des 15 derniers tournois du  Grand Chelem (depuis Roland-Garros en 2010), dont 7 pour Nadal. Malgré sa défaite, Djokovic est resté N.1 mondial. Le Serbe de 26 ans jouait sa quatrième finale consécutive à Flushing  Meadows (battu par Nadal en 2010, vainqueur de Nadal en 2011, battu par Andy  Murray en 2012).

Nadal attaque fort​

Dans cette rencontre agrémentée d'échanges splendides, les deux hommes ont fait étalage de leur talent. La différence s'est faite sur la constance de Nadal par rapport à un Djokovic éblouissant par moments mais plus intermittent du spectacle. Le premier set durait seulement 42 minutes. Nadal réussissait le premier break à 1-1 : après un revers dans le filet sur sa première occasion à 15-40, l’Espagnol concrétisait au point suivant en retournant un échange mal embarqué pour décocher un coup droit supersonique. Il remettait ça à 4-2 en sa faveur en remportant un jeu blanc sur le service adverse en profitant d’une attaque hors limite de Djokovic (5-2). Au jeu suivant, Nadal achevait le travail, le Serbe ratant une attaque de coup droit (6-2). Les 14 fautes directes de Djokovic (contre 4 petites à Nadal) avaient fait la différence.

Djokovic passe devant

La deuxième manche était un vrai combat. Djokovic se procurait d’abord deux balles de break d’entrée (à 1-0) mais Nadal les annihilaient (faute du Slave puis passing de revers du Majorquin). Les deux hommes évoluaient désormais au même niveau et les points spectaculaires se succédaient. Nadal revenait à 2-2 après un échange de dingue ponctué par un énorme coup droit croisé. Puis Djokovic lui rendait la monnaie de sa pièce en poussant son rival à la faute pour réaliser le break et mener 4-2 suite à un rallye de 54 coups ! Proprement phénoménal. Nadal reprenait immédiatement l’engagement adverse sur un jeu magnifique et une attaque de coup droit imparable pour terminer.

Mais Djokovic ne commettait plus d’erreurs et il ne manquait pas l’occasion de reprendre l’avantage dès le jeu suivant en concluant sur une superbe attaque de revers croisée (5-3). Mine de rien, Nadal venait de perdre deux fois de suite son service alors qu’il ne l’avait concédé qu’une seule fois sur l’ensemble du tournoi (contre Gasquet en demie). Il égalisait à un set partout en lâchant quelques attaques bien senties dont un revers long de ligne sur dernière balle (6-3 après 1h40). Ses 15 points gagnants (à 7) démontraient son ascendant.

Nadal vole le troisième set

Sur sa lancée, Djokovic breakait Nadal d’entrée sur un jeu blanc grâce à des retours et des attaques tranchantes (1-0). Il confirmait derrière en claquant un ace pour mener 2-0 après un jeu disputé. Le numéro 1 mondial ratait une balle de 3-0 dans la foulée avant que Nadal ne réussisse à sauver les meubles. Le vainqueur de l’Open d’Australie effectuait la course en tête (3-2) en profitant d’une première balle très efficace. Nadal revenait toutefois dans le match en s’accrochant et profitant de deux attaques forcées de son adversaire (3-3).

Le Taureau de Manacor semblait retrouver de l’allant mais le Belgradois s’offrait trois balles de break à 4-4, 0-40. Nadal s’en sortait au prix de quelques coups d’éclat extraordinaires (5-4). Mené 30-0 au jeu suivant, il alignait quatre points consécutifs dont un ultime revers époustouflant qui lui valait de virer en tête après 2h42 de jeu (6-2, 3-6, 6-4). L’Ibère venait de remporter un troisième acte globalement dominé par son rival (1/5 aux balles de break contre 2/2).

Djokovic lâche prise

Dès l’entame de la quatrième manche, le formidable combat reprenait. Djokovic gâchait deux balles de break, l’une sur une attaque trop longue, la seconde sur un retour juste dans le couloir. Nadal concluait le jeu sur un smash salué par ses chauds supporters. A 40-0 pour lui au jeu suivant, l’octuple lauréat de Roland-Garros ratait deux grosses occasions avant de lâcher un parpaing de coup droit long de ligne (2-0). Avant de concrétiser sur son engagement (3-0) avec assurance.

A 4-1, 30-40, il enfonçait la tête de Djokovic sous l’eau en le poussant à la faute malgré une volée de revers pas parfaitement touchée (5-1). L’Espagnol avait fait le plus dur. Il parachevait son œuvre sans coup férir (sur une dernière faute en coup droit de Djokovic) pour enlever le match après trois heures et vingt minutes de jeu (6-2, 3-6, 6-4, 6-1). Magistral.

Nadal: "Novak est l'un des plus grands de l'histoire"

Rafael Nadal s'est réjoui de ce nouveau triomphe à l'issue de cette grande partie. "Mon staff sait tout ce que représente ce match gagné. C'est Novak qui me permet de donner le meilleur de moi-même. Il sera l'un des plus grands de l'histoire". Djokovic était lui très affecté après cet échec: "C'est très dur de perdre un match comme ça", a-t-il dit. "Je serai de retour l'année prochaine".