US Open - Nadal - Del Potro, la finale avant l'heure en cinq chiffres clés

US Open - Nadal - Del Potro, la finale avant l'heure en cinq chiffres clés

Publié le , modifié le

Après sa grande performance contre Roger Federer, Juan Martin Del Potro (N.24) croise le chemin de Rafael Nadal (N.1) en demi-finale de l'US Open la nuit prochaine. Ce sera le 14e duel entre les deux hommes sur le circuit (l'Espagnol mène 8-5), une finale avant l'heure et leur premier face-à-face depuis leur extraordinaire demi-finale aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, remportée par l'Argentin au jeu décisif. Pour cette nouvelle confrontation, la différence peut se faire dans différents secteurs.

2

C'est en heure l'écart qui sépare le temps passé par les deux joueurs sur le court dans cet US Open. D'un côté, Rafael Nadal a passé 10h46 pour franchir les cinq tours précédents, en abandonnant en tout et pour tout que deux sets. De l'autre, Juan Martin Del Potro est resté 12h52 sur le court, avec un match en cinq sets (contre Thiem) et un en quatre (contre Federer). Or, en fin de quinzaine de Grand Chelem, le physique fait souvent la différence. Surtout lorsque Rafael Nadal est sur le terrain. Véritable broyeur, l'Espagnol va imposer un défi physique extrême au Sud-Américain, dont les deux derniers matches ont été éprouvants, au contraire de ceux de l'Ibère.

26

C'est le nombre de demi-finales de Grand Chelem qu'aura disputé Rafael Nadal dans sa carrière après ce match. Soit autant que André Agassi, ce qui lui permet d'intégrer le Top 5 de l'ère Open. De son côté, Juan Martin Del Potro va disputer son 4e match dans le dernier carré d'un Majeur. A l'expérience, l'espagnol a donc un sacré avantage. 

188

C'est en minutes le temps passé lors de leur dernière opposition. C'était il y a un an, à Rio, pour le compte des demi-finales des Jeux Olympiques. Déjà une demie, mais jouée au meilleur des trois sets, remportée par le Sud-Américain au jeu décisif du 3e après plus de 3h de combat. Un match extraordinaire d'intensité dans la chaleur brésilienne. L'Argentin reste d'ailleurs sur deux succès contre Nadal, à Rio et trois ans avant au Masters 1000 de Shanghaï (en deux sets).

60

C'est le pourcentage de premières balles qui met chacun des joueurs sous pression dans un match. Juan Martin Del Potro est passé une fois en-dessous de cette barre, contre Dominic Thiem lors de son 8e de finale remporté au bout des cinq sets en sauvant deux balles de match. Face à un relanceur de la qualité de Nadal, l'Argentin sera encore plus sous pression dans cet exercice. De son côté, même si l'importance d'un engagement décisif est moindre dans son jeu (seulement 23 aces depuis le début du tournoi contre 68 à son adversaire), l'Espagnol se facilite la vie en frôlant les 70% de réussite en 1res balles. Cela a été le cas lors de ses trois derniers matches (même s'il avait perdu le 1er set au jeu décisif contre Mayer au 3e tour), alors que lors de ses deux premiers matches, il avait tourné à 62% (victoire en 3 sets contre Lajovic avec un jeu décisif) et 61% (victoire en 4 sets contre Daniel).

2009

C'est l'année du premier et seul sacre en Grand Chelem de Juan Martin Del Potro. C'était déjà ici, à l'US Open, et l'Argentin, pour soulever le trophée, avait dominé en demi-finale un certain Rafael Nadal (sèchement 6-2, 6-2, 6-2), avant de barrer le chemin d'un 5e sacre consécutif à Roger Federer. Federer-Nadal, Nadal-Federer, l'enchaînement est identique dans un ordre différent et à un stade différent du tournoi. Mais le présage peut pousser à l'optimisme dans le camp de l'Argentin.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze