Lucas Pouille
Lucas Pouille, conquérant à l'US Open | AFP - GETTY IMAGES

US Open - Lucas Pouille en 8e de finale, la belle occasion

Publié le , modifié le

Quart de finaliste ici-même l'année dernière, Lucas Pouille s'est qualifié pour les 8e de finale de l'US Open. La tête de série N.16 a dominé, après un set de réglage, le Kazakh Mikhail Kukushkin (103e mondial) 2-6, 6-3, 6-4, 6-4 en 2h22. C'est la 3e fois que le jeune français atteint la deuxième semaine dans un Grand Chelem. Et il a une énorme opportunité d'aller plus loin dans cette moitié de tableau dépeuplée, puisqu'il affrontera l'Argentin Schwartzman, tombeur de Cilic (N.5).

Il était loin d'avoir confiance en arrivant à New York. Pourtant, cet US Open 2017 pourrait celui d'un grand pas en avant pour Lucas Pouille. Lui qui n'avait gagné que deux matches en quatre tournois depuis sa victoire dans le tournoi de Stuttgart à la mi-juin, vient d'enchaîner trois victoires de rang à l'US Open. Bien sûr, il n'y a rien d'extraordinaire pour le 20e mondial à se défaire du 96e mondial (Bemelmans) au 1er tour, le 51e (Donaldson) au 2e, et le 103e (Kukushkin) au 3e. Mais le Français a un défaut d'une de ses qualités: il peut perdre confiance et la reprendre rapidement. Il travaille pour solidifier un mental qui n'est pas pour autant un point faible chez lui, comme l'ont attesté ses premières prestations en Coupe Davis, avec notamment l'apport de Cédric Pioline dans son coin à New York.

Et surtout, le protégé d'Emmanuel Planque, s'il gère la pression qui va certainement s'amplifier alors qu'il était à l'abri des regards jusque-là, pourrait réaliser un immense parcours. Car sa partie de tableau est totalement sinistrée pour les favoris. Logiquement, il aurait dû affronter David Ferrer (N.21) lors de ce 3e tour. Mais Kukushkin a éliminé l'Ibère pour le défier. 103e mondial, le Kazakh n'est pas un tendre, lui qui a été 46e mondial au mieux et atteint le 3e tour dans 3 des 4 tournois du Grand Chelem (sauf Roland-Garros). Le Français en a fait son affaire, après un premier set de rodage perdu sèchement. La suite a été beaucoup plus maîtrisée. En 8e, il aura dû affronter Marin Cilic, vainqueur ici même en 2014 et finaliste à Wimbledon cette saison. Mais le Croate a subi la loi de Diego Schwartzman. 33e mondial, l'Argentin n'a jamais défié le Français sur le circuit. Raison de plus pour s'en méfier. 

Ce sera là le prochain obstacle. Habitué à ne jamais regarder trop loin devant lui dans les tournois, Lucas Pouille sait néanmoins que la suite du parcours peut être à sa portée. S'il venait à battre le Sud-Américain, il jouera alors le vainqueur de Carreno-Busta, opposé à Shapovalov, tombeur de Tsonga. Du redoutable, mais pas de l'impossible. Et de l'autre côté de cette moitié de tableau, les plus grosses têtes de série sont Isner (N.10) et Querrey (N.17). Il ne faut pas brûler les étapes. Mais un tableau si ouvert, dans un Majeur, cela ne se propose pas souvent...

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze