Lucas Pouille
Lucas Pouille | CLIVE BRUNSKILL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

US Open : Pouille, Barrère et Chardy éliminés, Simon contraint à l'abandon : jeudi noir pour les Bleus

Publié le , modifié le

Fin de l’aventure new-yorkaise pour Lucas Pouille. Très loin de son meilleur niveau et plombé par de trop nombreuses fautes directes (81), le Français a craqué en trois sets face à Daniel Evans, 58e mondial (6-4, 6-3, 6-7[4], 6-4). Clap de fin également pour Grégoire Barrère, sèchement battu par David Goffin (6-2, 6-2, 6-2), et Jérémy Chardy, éliminé par Stan Wawrinka (6-4, 6-3, 6-7[3], 6-3). Gilles Simon, touché à la nuque, a dû lui abandonner après un seul set face à Andrey Rublev (6-2, ab.).

Manque d’intention, manque d'intensité et beaucoup de déchets : Lucas Pouille a montré son plus mauvais visage ce jeudi au deuxième tour de l'US Open. Compliqué dans ces conditions de viser une qualification pour le troisième tour du Grand Chelem new-yorkais. Malgré un sursaut dans le troisième set et quelques fulgurances par instants, le Français s'est incliné en quatre sets face à Daniel Evans, 58e joueur mondial (6-4, 6-3, 6-7[4], 6-4), et manque l'occasion  de rejoindre Roger Federer au troisième tour.

81 fautes directes

La possibilité de prendre sa revanche face au Suisse, qui l'avait sorti au 3e tour du dernier Wimbledon, n'a visiblement pas suffi à motiver un Lucas Pouille qui a fait preuve d'énormément de déchets au service et sur son revers tout au long de la rencontre. Avec 24 % de premières balles et 17 fautes directes rien que pour le premier set, le Français avait donné le ton d'un match où il a longtemps paru frustré, à l'image de sa raquette brisée lors de la perte de la première manche. De la frustration évacuée mais pas d'amélioration dans le jeu, la tête de série N°25 continuant d'arroser à tout-va (26 fautes directes dans le deuxième set, 81 au total !) pour permettre a Evans de rapidement mener deux sets zéro.

Mené 4-1, 0-30 dans le troisième set et au bord du précipice, Lucas Pouille s'est réveillé pour aller finalement arracher le troisième set au tie-break. Un sursaut d'orgueil rapidement éteint par Evans, le Français ne faisant que retarder l'échéance face à un Britannique agressif et très porté vers l'avant. Un dernier break à 4-4 finissait d'achever les espoirs de remontée de Pouille, laissant Evans filer au troisième tour sans réellement trembler. Pour Pouille en revanche, c'est une nouvelle déconvenue en Grand Chelem. Alors qu'il avait lancé son année par une demi-finale à l'Open d'Australie, le protégé d'Amélie Mauresmo enchaîne une troisième élimination avant le début de la deuxième semaine. Melbourne est déjà très loin...

Barrère n'a rien pu faire

Comme à Roland-Garros et à Wimbledon, Grégoire Barrère n’ira pas plus loin que le deuxième tour. Deux jours après sa victoire marathon au premier tour de l’US Open face à Cameron Norrie (victoire en cinq sets et 4h07 de jeu), la marche était cette fois trop haute contre David Goffin, tête de série N°15. Le Français n’a pas existé face au Belge, s’inclinant en trois sets secs et 1h26 de jeu (6-2, 6-2, 6-2).

Totalement étouffé par un David Goffin qui n'avait pas l'air de vouloir s'éterniser trop longtemps sur le court N°6, Barrère s'est très rapidement retrouvé sans solution. Avec seulement 14 coups gagnants contre 30 pour le Belge et des double-breaks concédés à l'entrée de chaque set, le Français n'a jamais été en mesure de bousculer son adversaire et a simplement été croqué par plus fort que lui. "Aujourd'hui j'étais un peu plus lent que d'habitude, j'ai fait tout un peu moins bien, et ça ne pardonne pas contre un joueur de ce niveau-là qui rejoue très bien depuis un moment. C'est plutôt logique et c'était compliqué", a commenté le Français de 25 ans.

Mais Barrère n'a pas tout perdu du côté de New-York. 109e à l'ATP avant le début de cette quinzaine, il devrait se consoler de cette élimination avec une prochaine entrée dans le top 100 mondial. Goffin, lui, poursuit sa route et affrontera l'Espagnol Pablo Carreno (69e) ou le Lituanien Ricardas Berankis (68e) au troisième tour.

Wawrinka stoppe Chardy, Simon abandonne

Jérémy Chardy ne verra pas non plus le troisième tour. Huitième de finaliste à Flushing Meadows en 2015, le Français a subi la loi de Stan Wawrinka (6-4, 6-3, 6-7[3], 6-3). Gilles Simon, lui, n'a pas pu aller au bout de son match face à Andrey Rublev. Manipulé par le kiné lors du premier set, le Français a été contraint à l'abandon en raison de trop fortes douleurs à la nuque (6-2, ab). Le Russe en profite pour retrouve le 3e tour d'un Grand Chelem pour la première fois depuis l'Open d'Australie 2018, où il affrontera le vainqueur du match entre Antoine Hoang et Nick Kyrgios.