US Open : Gaël Monfils vient à bout de Denis Shapovalov et passe en huitièmes de finale

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
Gaël Monfils
Gaël Monfils | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Au terme d'un énorme combat long de cinq sets et 3h34 de jeu, Gaël Monfils est venu à bout de Denis Shapovalov, dans la nuit de samedi à dimanche, au troisième tour de l'US Open (6-7, 7-6, 6-4, 6-7, 6-3). Alors qu'il aurait pu être mené deux manches à rien, le Français a su réagir de façon magistrale pour s'imposer et rejoindre les huitièmes de finale, où il aura un adversaire à sa portée en la personne de Pablo Andujar.

Gaël Monfils aime quand c'est dur. Et on ne parle là pas seulement de la surface, sur laquelle il a remporté 85% de ses matches cette saison, mieux qu'un certain Novak Djokovic (83%). Non, le Français Le français aime se transcender face à l'adversité, dans la difficulté, et il l'a encore prouvé cette nuit en dominant l'excellent Canadien Denis Shapovalov au troisième tour de l'US Open. 

à voir aussi US Open : Gaël Monfils a un sérieux coup à jouer US Open : Gaël Monfils a un sérieux coup à jouer

Dernier tricolore engagé à Flushing Meadows, le 13e joueur mondial a tenu son rang - dans un quart de tableau où il est le joueur le mieux classé - et s'est imposé au bout du suspense après un véritable combat de gladiateurs (6-7, 7-6, 6-4, 6-7, 6-3). Mené un set à rien et tout proche de laisser son adversaire du jour s'envoler dans la seconde manche après un break à 5-4, le Parisien a sorti deux passings monstrueux qui l'ont véritablement lancé dans ce match. Derrière, il a su reprendre l'ascendant pour égaliser avant de prendre l'avantage dans le troisième set (6-4). 

Monfils aurait pu tout perdre

On pensait alors que Gaël Monfils allait se diriger finalement tranquillement vers une sixième deuxième semaine à l'US Open, mais c'était sans compter sur l'abnégation du 33e joueur mondial, récent demi-finaliste à Winston-Salem. Le Canadien a rendu la vie dure au Français dans un quatrième set qui n'aurait jamais dû lui échapper. Monfils menait 4-1 et a servi pour le match à 5-3, mais Denis Shapovalov est systématiquement parvenu à répondre, y compris sur la première balle de match en faveur du tricolore à 6-5 dans le tie-break. "A 4-1 (dans le 4e set, NDLR), Denis, il a joué incroyable, a confié Monfils au micro d'Eurosport alors qu'il était encore sur le court. "Honnêtement, j'ai peu de choses à me reprocher. Forcément, on peut changer des choses, je peux peut-être un peu mieux servir, mais il faut lui donner du crédit. Même dans le tie-break, sur la balle de match, il lâche un pétard long de ligne incroyable." 

"À ce moment-là, il était tellement relâché que c'était une blague... Je ne savais plus si je devais jouer son revers ou son coup droit... De 4-1 à 6-5 au quatrième, c'était comme ça (il claque des doigts)" a même ajouté le Français, qui a redressé aussitôt la tête dans le cinquième set. Alors que ce match, comme beaucoup d'autres par le passé, aurait pu lui échapper d'un souffle, Monfils a parfaitement manœuvré pour breaker quand il le fallait et s'imposer finalement 6-3, à quasiment minuit heure locale.

"Mon deuxième Grand Chelem favori"

Demi-finaliste dans le Queen's en 2016, Gaël Monfils prouve une nouvelle fois que le Grand Chelem New-Yorkais est un terrain de jeu qu'il affectionne tout particulièrement. J'aime tellement l'énergie qui se dégage d'ici, dit-il. Je me sens bien. C'est définitivement le deuxième Grand Chelem dans mon cœur, pour plein de raisons. Parce que c'est New York, parce que Arthur Ashe est une idole pour moi. Il se passe toujours des choses magiques. C'est comme ma deuxième maison." a-t-il avoué à l'issue de la rencontre, l'une des plus belles depuis le début du tournoi dans le tableau masculin. 

"J'ai essayé de continuer de croire que j'étais le plus fort ce soir et je savais que j'étais fort dans le 5e set, surtout avec le soutien de vous, le public", a-t-il ajouté. Il a désormais rendez-vous avec l'Espagnol Pablo Andujar en huitièmes de finale. Un adversaire novice à ce niveau de la compétition, et largement à la portée du Français, qui a plus que jamais les cartes en mains pour rejoindre le dernier carré.