Novak Djokovic
Novak Djokovic au service | ELSA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

US Open : Djokovic sur le toit du monde

Publié le

En battant Juan Martin Del Potro en finale de l'US Open (6-3, 7-6, 6-3), Novak Djokovic a réaffirmé son retour au sommet du tennis mondial. Le Serbe, qui a égalé Pete Sampras au nombre de Grand Chelem (14) s'est montré intraitable face à l'Argentin.

Son regard exorbité ne trompe pas. La motivation et la rage de vaincre sont de retour, et les titres qui vont avec aussi. Oubliés les mois de doutes, de blessures, Novak Djokovic est de nouveau la machine qui renvoie tout, qui prend la balle au sommet du rebond et l'adversaire à la gorge. Comme Pete Sampras en 2003, c'est à New York que le Serbe a conquis son 14e titre du Grand Chelem. Mais si, pour l'Américain, il signifiait un dernier baroud d'honneur (ce fut son dernier match), ce sacre pourrait bien annoncer une nouvelle "ère Djokovic". 

Avec un Federer finalement rattrapé par l'usure du temps et un Nadal par celle du corps, le Serbe s'ouvre une voie royale vers une nouvelle prise de pouvoir. Il est encore à 6 longueurs du record en GC du Suisse mais, s'il n'est plus repris par ses démons, il pourrait rapidement revenir dans la course. On n'en est pas encore là et, pour l'heure, il convient simplement et justement d'apprécier sa démonstration en finale face à Juan Martin Del Potro

Avec sa qualité surnaturelle de retour et sa longueur de balle, Djokovic a pris soin d'enfermer l'Argentin côté revers pour parfaitement neutraliser ses coups droits à assommer un boeuf. Dans ses conditions, difficile pour l'Argentin, qui avait déjà perdu 14 de leurs 18 confrontations, de respirer. Rapidement asphyxié dans la première manche (6-3), "La Tour de Tandil" s'offrait un sursaut dans la seconde manche quand il parvenait à débreaker pour la première fois son adversaire à 3-2.

Djokovic si clinique

Sur le service suivant de "Nole", Del Potro avait même trois nouvelles opportunités de ravir l'engagement adverse mais il les manquait. Face à un joueur de ce calibre, cela pardonne rarement. Confirmation lors du tie-break qui concluait cette manche où 4 erreurs en coup droit offraient sur un plateau le gain du 2e set à Djokovic (7 points à 4) au terme de 95 minutes à haut voltage. Moins injouable que lors de la première manche, la tête de série numéro 6 du tournoi restait néanmoins tout aussi clinique et profitait froidement des fautes directes sud-américaines. 

Le vainqueur du dernier Wimbledon se détachait rapidement dès l'orée du 3e set mais il sombrait dans un petit trou d'air qui relançait provisoirement Del Potro et sa cohorte de fans enamourés (3-3). Hélas pour eux, le Serbe refermait rapidement et violemment la porte. D'un coup, le "Djoker" jouait à nouveau les lignes et remettait une intensité terrible dans chaque frappe. La grande carcasse de Del Potro pliait définitivement sur un dernier smash (6-3). Revenu de tout, revenu des blessures, revenu des changements d'entraîneur, revenu de l'échec, Novak Djokovic était revenu sur le toit du monde. 

Julien Lamotte

US Open