Daniil Medvedev US Open 2019
Daniil Medvedev alpague encore un peu plus le public américain de l'US Open... | MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

US Open : Daniil Medvedev, le nouveau bad boy du tennis façon John McEnroe ?

Publié le , modifié le

Vainqueur surprise du Masters 1000 de Cincinnati le mois dernier, Daniil Medvedev confirme sa forte progression et a désormais l’occasion de remporter, ce soir en finale de l'US Open, son premier Grand Chelem. Le Russe, N°5 mondial, prouve depuis quelques temps qu’il dispose de toutes les qualités nécessaires pour s'immiscer tout en haut de la hiérarchie mondiale du tennis. Mais Medvedev, comme il l'avoue, devra apprendre à canaliser ses pulsions. Un tempérament tout de même apprécié et validé par le légendaire John McEnroe.

Après la révélation, vient l’heure de la confirmation... Et des polémiques ! Daniil Medvedev, 23 ans seulement, appartient à cette nouvelle génération de jeunes joueurs qui poussent derrière un « Big Three » toujours aussi assoiffé de titres. Preuve en est ? Son premier grand titre sur le circuit ATP, il y a trois semaines lors du Masters 1000 de Cincinnati. Depuis dix jours, c’est sur les courts mythiques de Flushing Meadows, à l’US Open, qu’il s’illustre. Par ses victoires, bien sûr, mais aussi et surtout par son tempérament de feu. Alors qu’il n’a pas hésité à se plaindre d’une mystérieuse blessure avant et pendant le tournoi new yorkais, il a enchaîné les grosses performances tout en se mettant à dos le public américain. Un comportement qui fait jaser.

"J’ai été un idiot. J'ai fait des choses dont je ne suis pas fier et sur lesquelles je travaille pour devenir un homme meilleur sur le court parce que je crois réellement que je suis une bonne personne en dehors du court", a déclaré le Russe dans une sorte d'acte de contrition. Vendredi dernier, lors de son 3e tour contre Feliciano Lopez, il avait commencé par mal se comporter avec un ramasseur de balles qui lui tendait sa serviette entre deux points. Medvedev, qui ne la voulait pas, la lui a arrachée des mains pour la lui jeter au visage. L'arbitre lui a alors donné un avertissement et cette fois c'est sa raquette que Medvedev a lancée vers sa chaise. La séquence s'est terminée sur un geste obscène que le public a pu voir sur grand écran... Vainqueur, il avait assuré au public que ses sifflets lui avaient donné l'énergie de se qualifier en 8e de finale.
 

à voir aussi US Open : Daniil Medvedev se qualifie pour son premier quart de finale de Grand Chelem sous les sifflets US Open : Daniil Medvedev se qualifie pour son premier quart de finale de Grand Chelem sous les sifflets

« Nous avons besoin d’un vilain, d’un méchant dans notre sport »

Ce comportement n’est pas sans rappeler celui d’un certain John McEnroe, lui aussi régulièrement opposé au public en son temps. Toute proportion gardée et sans avoir la prétention de comparer les deux joueurs de tennis, Daniil Medvedev a en effet cette faculté à rapidement dégoupiller. Et pour l’ancien numéro un mondial, ce n’est pas si mal pour le tennis : "Nous avons besoin d’un vilain, d’un méchant dans notre sport" a déclaré, avec son franc-parler habituel, McEnroe sur Amazon Prime

Ce dernier va même encore plus loin, assurant que le géant russe (1m98) est parfaitement conscient de ses faits et gestes : "Il a été capable de recevoir à bras ouverts ce rôle de méchant en transformant quelque chose de négatif en quelques chose de positif." Avant de poursuivre sur un tacle lancé au numéro un mondial : "Prenez Novak Djokovic par exemple : il ne l’a pas fait ! Il veut le respect et la reconnaissance que Rafael et Roger ont. Il ne l’a pas et il ne l’aura probablement jamais malgré tous ses exploits sur le court. Medvedev, lui, semble accepter et exploiter ce rôle, ce qui est inhabituel."
 

Une chose est bien certaine, ce soir (22h00), lors de la finale tant attendue contre Rafael Nadal, en très grande forme comme le prouvent les chiffresDaniil Medvedev sera plus que jamais scruté, et attendu au tournant. Et s’il dispose de toutes les qualités nécessaires pour inquiéter l'Espagnol et rêver d'un éventuel exploit, une question se pose : sera-t-il capable de s’illustrer pour son tennis, ou pour ses frasques ?